Le Nouvel Automobiliste
Essai Hyundai Kona Hybrid

Essai Hyundai Kona Hybrid Executive : page blanche

Essai Hyundai Kona : le modèle évolue pour faire fi de son positionnement de SUV urbain pour passer dans le monde du SUV compact. Une croissance de taille pour une croissance des ventes ?

Le Hyundai Kona a été un peu la surprise de la gamme Hyundai ces dernières années. Le Hyundai Kona a en effet été commercialisé à près de 55 000 exemplaires en France depuis 2017 malgré un physique particulier. Essence, Diesel, Hybride ou Électrique, le Hyundai Kona multipliait les motorisations pour viser une clientèle large. Cependant, 90% des clients s’orientaient vers l’hybride et l’électrique, seules motorisations reconduites. Pour le reste, Hyundai est parti d’une page blanche pour créer la seconde génération du Kona. Impression renforcée par les teintes de notre Hyundai Kona Hybrid Executive.

Essai Hyundai Kona : évolution de genre

En 2021, Hyundai présentait une surprise de taille : le Bayon. Présenté comme le petit frère du Hyundai Kona, il était pourtant plus grand. Si ce n’est pas un soucis chez nous les humains, chez les constructeurs automobiles, ça peut être un vrai sujet de positionnement marketing. Sans surprise, la nouvelle génération du Hyundai Kona a donc grandi de près de 20 cm. Il se rapproche de son cousin Kia Niro et laisse désormais un peu d’air au Hyundai Bayon. 

CaractéristiquesHyundai Kona 
Hybrid 2019
Hyundai Kona 
Hybrid 2023
Kia Niro
HEV
Hyundai Bayon Hybrid
Longueur416,5 cm435 cm442 cm418 cm
Largeur180 cm182,5 cm182,5 cm177,5 cm
Hauteur155 cm158 cm158,5 cm150 cm
Empattement260 cm266 cm272 cm258 cm
Coffre361 l466 l451 l411 l
Moteur thermiqueKappa 1.6 l 105 ch.Kappa 1.6 l 105 ch.Kappa 1.6 l 105 ch.1.0 l 
Moteur électrique (batterie)32 kW/44 ch. (1,56 kWh)32 kW/44 ch. (1,56 kWh)32 kW/44 ch. (1,32 kWh)10 kW / 13,4 ch. (0,46 kWh)
Puissance cumulée 141 ch.141 ch.141 ch.100 ch.
Couple265 Nm265 Nm265 Nm172 Nm
Boite de vitesseDCT 6 rapportsDCT 6 rapportsDCT 6 rapportsDCT 7 rapports
Poids1 451 kg1 485 kg.1 474 kg1 220 kg
Consommation Mixte3,9 l/100 km (NEDC)4,8 l/100 km (WLTP)4,6 l/100 km (WLTP)5,3 l/100 km (WLTP)
Consommation réelle32 550 €*
(Executive)
7,12 l/100 km6,49 l/100 kmn.c.
Prix 32 550 €*
(Executive)
38 900 € (Executive)36 740 € (Premium)28 700 € (Executive)
*37 022 € avec inflation

Essai Hyundai Kona : présentation de la gamme.

Le Hyundai Kona est disponible depuis cet été en version électrique, nous nous concentrons sur la version HEV pour cet essai. La motorisation est reprise telle quelle de la génération précédente sans évolution, et si le Hyundai Kona grandit, il ne pèse qu’une trentaine de kilogrammes en plus. 

Quatre finitions sont proposées :

  • Hyundai Kona Intuitive, à partir de 33 400 €, avec comme principaux équipements :
    • Aide au stationnement avant et arrière 
    • Assistance active à la conduite sur autoroute 
    • Assistance active au maintien et au suivi de voie 
    • Caméra de recul
    • Climatisation automatique bi-zone 
    • Compatibilité Apple Car Play et Android Auto 
    • Feux avant bi-LED et feux arrière à LED
    • Feux de route intelligents
    • Frein de parking électrique avec auto-hold
    • Freinage d’urgence autonome 
    • Freinage régénératif modulable
    • Jantes alliage 16″
    • Pare-brise avec film acoustique
    • Régulateur de vitesse adaptatif intelligent 
    • Services connectés Bluelink avec carte SIM incluse 
    • Sièges avant réglables en hauteur 
    • Système d’accès mains-libres et démarrage sans clé́
    • Système de navigation Europe avec programme de mise à̀ jour à distance et services Hyundai Live 
    • Système multimédia avec écran couleur tactile 12,3″ 
  • Hyundai Kona Creative, à partir de 35 750 €, qui propose en plus de la finition Intuitive :
    • Alerte de circulation transversale à l’arrière avec fonction freinage
    • Capteur de pluie
    • Chargeur sans fil pour téléphone compatible 
    • Compteurs numériques 12,3″
    • Éclairage d’ambiance à LED
    • Jantes alliage bi-ton 18″
    • Ligne de caisse satinée
    • Rails de toit 
    • Rétroviseur intérieur jour/nuit automatique 
    • Rétroviseurs rabattables électriquement
    • Sellerie cuir-tissu
    • Siège conducteur avec support lombaire électrique
    • Sièges avant chauffants 
    • Skis avant et arrière au grain métal 
    • Surveillance active des angles morts 
    • Vitres arrière surteintées
    • Volant chauffant 
  • Notre version d’essai, la Hyundai Kona Executive, à partir de 38 900 €, y ajoute :
    • Affichage caméra des angles morts 
    • Aide au stationnement à̀ distance via télécommande (avant/arrière)
    • Aide au stationnement arrière avec fonction freinage
    • Aide au stationnement avant et arrière avec capteurs latéraux
    • Caméra 360°
    • Clef digitale – accès et démarrage par smartphone 
    • Feux avant bi-LED type « projection »
    • Feux « Seamless Horizon » avec bandeau LED Hayon mains-libres intelligent
    • Sellerie cuir (dossier et assise)
    • Sièges arrière chauffants
    • Sièges avant réglables électriquement
    • Sièges avant ventilés
    • Système audio premium Bose, 5 haut-parleurs, 2 tweeters et subwoofer 
Hyundai Kona Jantes
  • Hyundai Kona N Line, à partir de 39 900 €, au look plus sportif, finit de compléter l’équipement :
    • Boucliers avant et arrière-N Line au look plus sportif
    • Ciel de toit noir
    • Double sortie d’échappement
    • Intérieur noir intégral avec inserts décoratifs, liserés et surpiqures rouges 
    • Jantes alliage bi-ton 18 » N Line 
    • Pédalier façon aluminium
    • Protections d’ailes couleur carrosserie
    • Rétroviseurs extérieurs noir laqué Sellerie cuir et alcantara 

Seule la version N Line propose la couleur bi-ton (toit noir Abysse exclusivement, option à 700 €) qui s’ajoute au prix des options des teintes :

  • Couleurs métallisées (550 €) :
    • Gris Cyber
    • Rouge Ultimate
  • Couleurs perlées (550 €) :
    • Gris Ecotronic
    • Bleu Denim
    • Noir Abysse
  • Couleur opaque :
    • Vert Mirage (de série, non disponible en bi-ton)
    • Blanc Atlas (200 €)
Hyundai Kona Couleurs

Les deux premiers niveaux de finitions n’ont pas d’options proposées en dehors de la teinte, et la seule option disponible sur les deux versions haut-de-gamme est le toit ouvrant électrique (format large mais seulement au-dessus des places avant). La version Exécutive propose cependant le choix de l’ambiance intérieure, soit tout noir, soit presque tout blanc avec des plastiques en nuance du gris clair vers le plus foncé sur le haut de la planche. Et ce, sans supplément de prix. Nous, au Nouvel Automobiliste, nous aimons les intérieurs clairs, de plus en plus rares, nous aimons donc l’intérieur du Hyundai Kona !

Hyundai Kona : style en évolution

Le Hyundai Kona marque donc un point sur cette ambiance intérieure. On nous dit dans l’oreillette que nous ne notons pas les voitures au Nouvel Automobiliste. Qu’importe ! L’association avec la livrée Blanc Atlas lui va à merveille, et s’il a grandi, le Hyundai Kona conserve quelques traits de style de la première génération. À commencer par les protections de roue en plastique (plus grise qu’auparavant), avec les phares et feux dessinés dans son prolongement. 

Les feux à double niveaux sont également conservés, même ils sont cette fois reliés entre eux pour créer une seule ligne lumineuse. Elle est un peu plus intense à l’avant au niveau des phares, et n’a pas de fonction clignotant qui sont maintenus en partie basse des feux. La ligne perd un peu de rondeur avec l’apparition de quelques arrêtes. C’est bien dessiné, le Hyundai Kona reste original tout en étant un peu plus classique. Est-ce notre œil qui s’est habitué ? Il y a sûrement un peu de ça, le nuancier un peu moins voyant contribuant à l’impression de classicisme. 

Clair et net

Au risque de nous répéter, monter à bord du Hyundai Kona nous apporte une grande satisfaction : presque tout l’intérieur est blanc. Mais l’ambiance n’est pas glaciale pour autant, bien aidé par le gris chaud utilisé pour teinter le haut de la planche de bord. Contrairement à son cousin Kia Niro, le style est sobre, très horizontal. L’animation d’accueil faite de lignes bleues finissants sur l’apparition du logo de Hyundai est accompagné d’une musique rappelant le jingle pub.

Les réglages des sièges du rang 1 sont électriques, avec l’ajout d’un réglage lombaire (en profondeur). Les rétroviseurs extérieurs sont aussi à réglage électriques, ce n’est pas le cas du rétroviseur intérieur qui reste manuel et est étrangement peu épais sur les bords, qui donne une sensation de fragilité qui n’est bien sûr pas réelle, il est bien fixé ! Comme souvent, une fois les réglages fait, l’assise nous parait un peu courte, et elle n’est pas réglable en profondeur, mais elle l’est en inclinaison, ce qui compense bien pour trouver une bonne position de conduite. 

Allons faire un tour

Il est temps de démarrer, mais où est le sélecteur de vitesse ? Le sélecteur rond sur la base de la console sert à choisir le mode de conduite (éco, sport ou snow/neige), il n’y a pas de sélecteur ailleurs sur la console… Il est en fait derrière le volant, non pas sur la partie haute comme chez Renault ou Mercedes-Benz mais plutôt en bas, à l’image du satellite cher au losange. 

Ce choix demandera un peu d’habitude, il faut le tourner dans le sens des aiguilles d’une montre pour passer sur le mode Drive, dans le sens inverse pour passe en mode Reverse (marche arrière). La commande de frein à main est déportée en bas à gauche du tableau de bord, mais nous ne l’avons pas utilisé au cours de notre essai, nous avons laissé l’électronique s’en charger. Une électronique très présente sur le Hyundai Kona sans pour autant l’être trop, surtout dans cette version Executive. 

En soi, dans la sensation de conduite, tout nous rappelle le Kia Niro. Nous regrettons l’absence d’affiche tête haute mais, en contrepartie, le Hyundai Kona propose l’affichage des angles morts au compteur. Cette option est très pratique en ville. Moins pratique, le limiteur de vitesse donne l’impression de ne pas maintenir celle qui est sélectionnée avec de léger à coups, comme une impression d’être sur des vagues.

Monter dans les tours

Nous relevons ce point car c’est un peu le seul défaut que nous avons trouvé sur le Hyundai Kona. Enfin, si nous n’avions pas essayé le Kia Niro quelques semaines auparavant. Les comparaisons peuvent être difficiles. Sur le périphérique parisien par exemple, le Kia Niro nous avait surpris à rouler quasiment exclusivement en mode électrique. Avec le Hyundai Kona, nous n’avons pas réussi à renouveler cet exploit. D’où une consommation décevante lors de notre essai de 7,12 l/100 km alors que nous avions atteint 6,49 l/100 km avec le Niro. 

Pourtant, nous avons fait un trajet similaire, dans des conditions proches. Certes, nous avons eu un peu de pluie et de vent sur un après-midi, mais pas de quoi justifier un tel écart. L’explication vient de la gestion des rapports de vitesse, où sur l’autoroute le régime moteur atteignait les 4200 tr/min, sans véritable action de notre part. Seule solution, passer en mode ‘’Eco’’ pour adopter une vitesse de croisière sur l’autoroute, à 2400 tr/min. 

Ce régime nous permet aussi de profiter d’un calme bienvenu, même si le Hyundai Kona nous a semblé mieux insonorisé que la Kia Niro. Il reste cependant asiatique et laisse passer les bruits de roulement sans être désagréable. Une conversation peut se tenir à l’intérieur sans hausser la voie.  

Kona le barbare ?

Nous n’avons pas tenté de sortir des sentiers battus, mais nous avons tenté de brusquer sans barbarie le Hyundai Kona sur des routes sinueuses. Même avec la chaussée humide, il est difficile de le prendre à défaut. Cependant, il sera aussi difficile de s’amuser à son volant. Le Hyundai Kona est stable, sa direction obéit au moindre mouvement de volant, mais sans plaisir de conduite. Le Hyundai Kona est sûr, sans surprise et aussi sans fun. C’est un peu dommage, mais pour la plupart des conducteurs, le Hyundai Kona sera rassurant. 

Pour plus de fun, il faudra se tourner vers le Renault Arkana, récemment restylé et aussi lié à la Corée du Sud, puisqu’il y est fabriqué localement (seule la version électrique du Hyundai Kona est fabriquée en Tchéquie). Nous ne manquerons pas de tester prochainement la version E-Tech full Hybrid 145 ch du Renault Arkana fraichement (mais légèrement) restylé. S’il présente un volume de coffre un peu plus petit (466 l contre 480), le Hyundai Kona se montre plus accueillant aux places arrière, et pas seulement parce qu’il propose les sièges arrière chauffants. 

Il pourrait presque se faire passer pour un monospace. Après tout, le premier Hyundai Kona prenait le relai de l’oublié Hyundai iX20. A défaut de proposer des sièges individuels des monospaces, le dossier s’incline pour s’adapter aux envies des passagers. Nos passagers arrière ont passé un bon moment à son bord, l’espace aux jambes est généreux pour les adultes. La 3e place est un peu plus inconfortable, mieux vaut la laisser libre pour que les passagers profitent de l’accoudoir qui permet d’y poser des gobelets. 

Hyundai Kona : pas déKONAnt

En changeant de taille, le Hyundai Kona se fait moins urbain, mais plus familial. Et s’il permettait auparavant de transporter les enfants à l’école, il permet désormais de les emmener partout ailleurs, et de faire face à leur croissance à l’adolescence. Le Hyundai Kona a grandi et surtout mûri. Nous aurions aimé un peu plus d’amusement à son volant, pour autant, nous avons passé de bons moments à son bord. Il gagne en homogénéité et nous l’avons préféré à son cousin Kia Niro. Nous ne voyons pas pourquoi il ne serait pas un succès, au point de faire de l’ombre à l’autre SUV de la gamme : le Hyundai Tucson, à peine plus grand, et surtout moins accessible financièrement. 

Photos : Guillaume Agez

Rendez-vous régulièrement cette année pour suivre notre thématique sur l’automobile en Corée ! Et si jamais vous êtes passés à côté de nos précédents articles, voici nos liens : 

Les essais en Corée :

Les essais des nouveautés coréennes :

Les découvertes :

Les Showrooms :

Le Seoul Mobility Show 2023 :

L’autre corée

Nos réseaux sociaux