Le Nouvel Automobiliste

Nouveau Renault Captur 2019 : mature le Captur !

En se dévoilant aujourd’hui, le nouveau Renault Captur 2019 vient clore une intense séquence découverte sur le segment ultra concurrentiel et toujours en pleine expansion des B-SUV. Après les Peugeot 2008 et Ford Puma, le Renault Captur 2 débarque avec un crédo relativement proche de celui de la nouvelle Clio : conserver l’essentiel des éléments qui ont fait son succès mais changer tout ce qui pouvait être amélioré pour gagner en maturité. Et mieux vous capturer !

Le style extérieur du nouveau Renault Captur 2019 : hormones de croissance

Il grandit le Renault Captur II, et pas qu’un peu puisqu’il profite de cette nouvelle génération pour gagner 11 cm en longueur. Affichant désormais 4,23 m, il en impose naturellement un peu plus mais soigne surtout son aspect global en se montrant plus costaud, plus équilibré, plus fluide aussi. En un mot, plus abouti. Indéniablement, il troque l’aspect certes ludique mais un peu frêle et moyennement valorisant de la première génération de Renault Captur (dont il s’était tout de même déjà un peu départi lors du restylage) pour une proposition nettement plus sérieuse, qualitative et soignée dans ses détails.

Du Captur I, le nouveau Renault Captur 2019 conserve pourtant bon nombre d’éléments visuels permettant de le reconnaitre presque immédiatement et de l’identifier comme un Captur, alors même que tout a été repensé. Nous ne sommes pas au même niveau de proximité qui existe entre la Clio IV et la Clio V mais la filiation est là. A l’avant la calandre mettant fièrement en valeur le losange est reconduite mais légèrement élargie et mise en scène avec des détails chromés, généralisés à toute la grille sur la finition Initiale Paris. Elle surplombe un bouclier intégrant des ouvertures verticales. Fonctionnelles, elles guident idéalement le flux d’air pour réduire la consommation. Les optiques Full LED (désormais de série sur toute la gamme) qui encadrent le tout apparaissent très proches de celles de la génération précédente et intègrent, à l’instar des Renault Koléos, Talisman, Mégane ou nouvelle Clio, la crosse permettant l’expression de la signature lumineuse maison : le C-Shape.

De profil ce sont trois éléments du premier Renault Captur qui sont repris : le modelé des flancs, la forme du vitrage et le pavillon en couleur différenciée. Pour ce dernier, qui peut aussi recevoir des barres de toit, pas de différence majeure avec la précédente génération sur laquelle il avait remarquablement fonctionné puisque près de 80 % des Captur étaient commandés ainsi. Il sera proposé avec l’une des quatre teintes suivantes : Noir étoilé, Orange Atacama, Gris Highland et Blanc albâtre, plus une cinquième naturellement, celle de la carrosserie si le choix de ne pas prendre le bi-ton est celui du client. Pour les flancs et le vitrage en revanche le nouveau Renault Captur 2019 propose une réinterprétation avec une carrosserie plus creusée mais conservant des galbes et une ligne de chrome très structurante qui vient poursuivre la petite vitre de custode en forme de pointe non plus vers le haut mais, à l’horizontal, vers l’arrière .

Et cet arrière est ce qui évolue le plus sur le Renault Captur 2. Reprenant un dessin de feux en C hérités du concept car Symbioz de 2017 (mais aussi un peu du plus lointain initiateur de ce style, l’Eolab) le nouveau Captur transforme sa poupe en l’élargissant singulièrement. Les optiques, presque intégralement à LED (sauf le clignotant) et au traitement très fin, apportent une touche de modernité et contribuent à donner un aspect sérieux mais aussi un peu « sportif » au véhicule. Le tout, posé sur des jantes généreuses (jusqu’à 18 pouces), des arches de roue et un bas de caisse en plastique noir agrémenté devant et derrière de sabots de protection, affirme clairement un côté SUV plus marqué qu’auparavant.

Le style intérieur du Renault Captur II : fini de « jouet » !

Même si le restylage avait un peu amélioré les choses de ce côté-là, c’était, comme pour la Clio IV, le gros point noir du Renault Captur de première génération : un habitacle qui ressemblait plus à un assemblage de jouets pour bébé qu’à un intérieur d’automobile du XXIe siècle. Mais ça c’était avant. Car comme la Clio V, le nouveau Renault Captur II a revu sa copie. Place au sérieux et au qualitatif. Avec juste ce qu’il faut de fun quand même.

Le dessin général reprend celui de la Clio V avec un large bandeau transversal de couleur (selon les choix de personnalisation) venant habiller l’ensemble et une console centrale surélevée et flottante accueillant le levier de la boîte de vitesses EDC. Ce dernier est une jolie pièce d’orfèvrerie comme Renault ne nous en avait pas proposé depuis l’Espace V et fonctionne sans câble mécanique (shift by wire comme sur la nouvelle Zoé), ce qui permet de libérer l’espace en-dessous et d’y positionner une zone de recharge par induction pour smartphone. Attention toutefois, les versions à boîte mécanique n’y auront pas droit.

Le principe du Smart Cockpit apparu sur la Renault Clio V est repris dans son intégralité et intègre l’écran tactile vertical de 9,3 pouces (ou 7 pouces pour les finitions inférieures) ainsi qu’un combiné d’instrumentation de 10,2 pouces (là encore, 7 pouces pour les finitions d’entrée de gamme). Le système multimédia Easy-Link permet de paramétrer toutes les options du véhicules : aides à la conduite, type de réglages routiers (Multi Sense) ou encore ambiance lumineuse.

L’habitacle du nouveau Renault Captur 2019 conserve ses aspects pratiques et ses petites originalités, à commencer par la boîte à gants tiroir à l’avant. De nombreux rangements sont disséminés devant et derrière ainsi que la connectique USB et 12V désormais indispensable. Renault annonce 27 litres de rangement dans la voiture mais surtout, la longueur du véhicule aidant, un coffre de 536 litres soit 81 de plus que sur la précédente génération. La banquette arrière, comme auparavant, peut toujours coulisser sur 16 cm vous permettant de choisir entre le chargement ou l’espace à bord. Ce dernier est amélioré pour les passagers arrière puisque l’empattement du Renault Captur gagne 2 cm et que les sièges avant sont creusés.

Personnalisation du nouveau Renault Captur 2 : les goûts et les couleurs

Avoir un véhicule qui vous ressemble est devenu un élément de vente essentiel. Renault l’avait déjà bien compris sur le Captur I et pousse le concept encore un peu plus loin sur ce nouveau Renault Captur II. Pas moins de 90 configurations différentes s’offriront en effet à vous pour l’extérieur, en panachant les couleurs de carrosserie (11 au total), celles du toit (5, citées un peu plus haut) mais aussi celles des skis avant et arrière, des coques de rétroviseurs et des protections latérales (3 couleurs : Gris Highland, Blanc albâtre et Orange Atacama). Difficile de garantir que toutes les combinaisons seront réussies mais le résultat peut-être très convaincant comme vous pourrez le constater sur nos photos du Renault Captur 2019.

Mais ce n’est pas tout puisque le nouveau Captur propose aussi 18 configurations pour personnaliser son habitacle. Sept packs, qui viendront modifier les couleurs et textures des contreportes, des aérateurs du bandeau transversal de la sellerie ou de l’embase du levier de vitesses seront disponibles selon les finitions choisies. Quatre à partir du second niveau de finition (Caramel, Bleu, Rouge et Turquoise) et 3 à partir du troisième niveau de finition (Gris clair, Gris sable et Orange).

Et pour les plus exigeants, la finition Initiale Paris vous proposera de transformer votre Renault Captur 2 en véritable petit SUV de luxe par l’ajout, à l’extérieur, de la teinte Noir Améthyste (en option), des monogrammes Initiale, des jantes spécifiques ou de l’antenne requin et, à l’intérieur, par la possibilité de choisir entre deux ambiances spécifiques (Noir Titane ou Gris Sable). Les sièges en cuir, en partie matelassé, ont des surpiqûres couleur Whisky et dessinent des losanges tandis que la planche de bord adopte un décor en bois noir.

Équipements et motorisations du nouveau Renault Captur 2019 : en prise (mais pas trop) avec son temps

Reposant sur la nouvelle plateforme CMF-B, le Renault Captur II se dote de la plupart des dernières aides à la conduite et se met ainsi à jour (et même un peu plus) face à une concurrence de plus en plus pointue sur ce domaine. Pour être parfaitement exhaustif dans ce domaine mais sans pour autant détailler ici chacune de ces aides (pour certaines bien connues) on soulignera que le nouveau Renault Captur 2019 peut recevoir le régulateur de vitesse adaptatif avec Stop & Go (sur les versions EDC), l’assistance de centrage dans la voie, l’alerte de franchissement de ligne, le commutateur automatique des feux de route, le freinage actif d’urgence, l’avertisseur d’angle mort, la reconnaissance des panneaux de signalisation, la caméra 360°, la détection active de véhicule arrière (lors d’une sortie de place de parking en marche arrière), l’aide au parking avant et arrière et l’Easy Park Assist.

Côté mécanique le nouveau Captur reprend à son compte les motorisations de la récente Clio V mais y ajoute une petite exclusivité. On retrouve donc en essence le 3-cylindres TCe de 100 ch couplé à une boîte manuelle à 5 rapports (une bi-carburation GPL est possible pour ce bloc), le 4-cylindres TCe 130 ch, qui permet de choisir entre la boîte manuelle à 6 rapports et l’EDC à 7, et, pour coiffer la gamme, le TCe 155 ch et 270 Nm uniquement couplé avec la boîte EDC 7. L’offre Diesel est constituée par le 4-cylindres Blue dCi décliné en version 95 ou 115 ch. La première oblige à la boîte manuelle à 6 rapport mais la seconde vous laisse le choix entre la boîte mécanique ou la boîte à double embrayage EDC 7.

Mais l’attente la plus importante porte surtout sur la nouvelle motorisation hybride plug-in E-TECH promise sur ce nouveau Renault Captur 2019. Contrairement à Peugeot et son 2008, Renault n’a pas fait le choix du tout électrique pour son nouveau Captur mais celui d’une motorisation hybride. Si cette dernière sera aussi présente sur la nouvelle Clio V la petite citadine ne pourra en revanche pas profiter du petit plus réservé au Captur, espace oblige : la recharge. Le SUV disposera en effet d’une batterie de 9,8 kWh et d’une prise de recharge compatible Mode 2 (prises domestiques) et Mode 3 (stations de recharge) lui permettant une autonomie en tout électrique de 45 km jusqu’à 135 km/h. La motorisation s’articule autour d’un 4-cylindres essence de 1,6 litre, deux moteurs électriques et une boîte de vitesses multimodale. Mais, si cette motorisation sera disponible sur le Renault Captur 2 dès le niveau de finition intermédiaire, il nous faudra encore patienter quelques temps pour en connaitre les autres caractéristiques. Et l’essayer bien entendu.

Le Renault Captur II semble donc avoir atteint l’âge de raison. Il se présente comme un véhicule abouti, sérieux et mature a priori bien armé pour affronter une concurrence féroce et surtout nombreuse. Avant de le voir se confronter aux Peugeot 2008, Ford Puma, Seat Arona, Volkswagen T-Cross (ou T-Roc ?), Mazda CX-3, Fiat 500 X, Suzuki Vitara et consorts il faudra cependant patienter un peu puisqu’il n’apparaitra dans les concessions qu’en fin d’année.

Le nouveau Renault Captur 2019 en vidéo ? C’est par là.

Toutes nos photos du nouveau Captur II ? C’est par ici !