Le Nouvel Automobiliste
Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (42)

Essai Citroën C3 restylée : Produit en croix

Nouveau regard, mais même vision ! Avec sa nouvelle face avant en X, la Citroën C3 change un peu de look mais pas de philosophie, pour ne pas bouleverser ses fidèles mais insuffler doucement les bases du futur style de la marque. Plus soignée, plus confortable, plus personnalisable, elle renforce des qualités qui la distinguaient déjà. Mais à tout miser sur ses atouts sans prendre de risque, la Citroën C3 pêche-t-elle par excès de confiance face à des concurrentes plus féroces que jamais ?

Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (42)

Design de la Citroën C3 restylée : croix de fer

Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (29)

S’il y a une évolution que même les néophytes ne peuvent pas rater sur cette C3 2.0, c’est son nouveau regard plus moderne et distinctif. Moderne, parce que les phares sont désormais à LED, et ce sur tous les niveaux de finition. Distinctif, car ceux-ci sont désormais reliés entre eux et avec les feux de jour par un motif en X. Les deux projecteurs sont ainsi joints par une ligne chromée partant d’un phare à l’autre en remontant vers le chevron dont elle fait partie intégrante. La calandre supérieure en profite par ailleurs pour se faire légèrement raboter et devenir un peu plus anguleuse.

De profil, on note une petite différence avec de nouveaux Airbumps, qui arborent 3 grandes « gélules » au lieu de 5 petites auparavant et adoptent un matériau moins souple, pour une fonction plus décoratrice que protectrice. De nouvelles jantes font leur apparition, notamment les 17 » Vector diamantées de notre modèle d’essai. Et de derrière ? Rien, à part un éclairage de plaque minéralogique à LED. On retrouve le même arrière rebondi et jovial avec son par-choc protecteur qui remonte bien haut…

D’ailleurs, que ce soit sur les côtés, devant ou derrière, la C3 demeure une des seules citadines à protéger sa carrosserie des petits chocs inhérents à un usage urbain ! Si elle ne suit pas la tendance de la tôle « à nu », bien lui en prend, cela contribue aussi à son identité.

Vous allez nous dire que c’est bien beau tout ça, mais entre 3 gélules et une croix chromée, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Pourtant, d’un point de vue esthétique, les nouveautés sont plus nombreuses qu’il n’y paraît, grâce aux nouvelles possibilités de personnalisation. Deux nouvelles teintes Spring Blue et Rouge Elixir sont par exemple introduites. 4 packs de ponctuels (les décorations autour des antibrouillards et sur les Airbumps) sont proposés (noir, blanc, rouge, bleu), quatre couleurs de toit (noir, blanc, rouge ou bleu) ainsi que 3 décors de toit (Emeraude, Rouge ou Techwood) sont également au choix du client. Multiplié par les 7 teintes de carrosseries et après avoir soustrait certaines incompatibilités, on arrive à un total de 97 combinaisons possibles.

À bord de la C3 2020 : croix de bois

Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (36)

À bord aussi, c’est une salle, trois ambiances ! Nous n’avons pas vraiment compris pourquoi l’ambiance rouge, qui avait le plus de succès sur la précédente génération, est passée à la trappe (elle reste en quelque sorte disponible sur la série spéciale C-Series), mais toujours est-il que Citroën a renouvelé son offre de thèmes intérieurs. Notamment avec cette ambiance Techwood inspirée du concept-car CXperience, que nous avons trouvé réussie avec un matériau à la fois gai et sobre sur la planche de bord, les rappels sur les sièges sous forme de bande et la partie haute du dossier et les appuie-tête couleur crème. La décoration reprend le graphisme du bois dans une teinte moderne, mais en lui ajoutant un une trame technique pour moderniser l’ensemble et éviter l’effet « mauvaise imitation ». Deux autres ambiances sont proposées : Emeraude, en supplément également, et Mica Grey, de série sur toutes les finitions sauf Shine Pack.

L’autre nouveauté majeure, la seule, la vraie, c’est l’apparition des sièges Advanced Comfort malheureusement en option sur toutes les finitions à partir de Feel, sauf Shine Pack. Plus jolis et qualitatifs avec leur revêtement valorisant et leurs motifs, plus confortables avec leur mousse à haute densité, ils ont déjà fait leurs preuves sur le Citroën C4 Cactus et sur le C5 Aircross, dans lequel nous avons parcouru 4000 km sans aucune fatigue musculaire.

Au volant de la nouvelle Citroën C3 : on y croit encore !

Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (46)

Commençons ce chapitre par une remarque en préambule : nous avons roulé avec la C3 PureTech 110 ch EAT6 couleur Sable, mais pour des raisons pratiques avons photographié un exemplaire Rouge Elixir en boîte manuelle, toujours avec le PureTech 110 ch. Une configuration mécanique que nous avons par ailleurs éprouvée en novembre dernier au volant d’une C3 Origins phase 1. Idéal pour comparer les évolutions !

Évolutions au pluriel est quelque peu exagéré. Trains roulants, motorisations, direction rien n’a changé. Une hybridation légère ? Pas besoin, PSA est déjà bien placé en termes de rejets de CO2 et a réussi à diminuer les émissions de 5g sur ce moteur rien qu’avec le restylage – et quelques détails comme les pneus et les lubrifiants ! Des amortisseurs à butées hydrauliques progressives comme ses grands frères ? Trop cher pour une citadine et inutile au vu de son poids contenu.

Et pourtant, elle arrive à faire encore mieux… grâce à ses sièges Advanced Comfort. Sur les pavés de Chantilly, la suspension étale son talent de filtrage tandis que l’assise nous isole des vibrations. La direction est douce, juste un peu trop démultipliée, le moteur volontaire et silencieux pour peu qu’on ne « tape » pas dedans… Il n’y a que les bruits aérodynamiques à haute vitesse et la boîte EAT6 pour perturber la quiétude à bord. Lassés de ses interventions tardives et de ses hésitations, nous la passons en manuel et changeons les vitesses à la main. Problème réglé !

En bref, on est encore un cran au-dessus de la mouture précédente niveau confort et douceur. Pour retrouver nos impressions de conduite complètes, il suffit de (re)lire notre essai de la C3 avant restylage !

Équipements de la Citroën C3 : ça croît…

Premier équipement à faire son apparition grâce au restylage : les projecteurs sont désormais à LED, de série ! Une touche de modernité et d’efficacité bienvenue. Sont également accueillis avec joie, cette fois-ci pour la population citadine, les radars de stationnement avant, disponibles en packs dès la finition Shine. Un premier pack le regroupe avec le système de surveillance des angles morts tandis qu’un second pack y ajoute la caméra de recul.

Mais pas d’autre nouveauté en termes de technologies d’aides à la conduite. L’alerte de franchissement de ligne ne corrige toujours pas la trajectoire, le régulateur de vitesse n’est toujours pas adaptatif et le limiteur de vitesse n’adapte toujours pas la vitesse aux panneaux de signalisation. Citroën justifie ce choix par le caractère citadin de la C3 ; ces équipements seraient superflus. Certes, avec la Mazda2 elle fait partie des rares citadines à ne pas franchir les 4 mètres de long, mais elle peut toutefois s’aventurer bien au-delà de la ville…

Notre version haut de gamme Shine Pack recevait les 12 aides à la conduite disponibles, dont celles précitées, l’accès et le démarrage mains libres et l’Active City Brake ainsi que le système de surveillance des angles morts, tous trois optionnels. Pour 900 € de plus que la Shine, cette itération Shine Pack ajoute les jantes en 17 », la caméra de recul, le rétroviseur intérieur électrochrome, la roue de secours, les vitres arrière surteintées et à ouverture électrique séquentielle.

Les sièges Advanced Comfort sont facturés 300 € sur toutes les finitions sauf Shine Pack – qui dispose de l’ambiance Techwood – et disponibles par défaut en Ambiance Emeraude ou, en ajoutant encore 150 €, en Techwood.

Prix Citroën C3 : à chacun sa croix…

Citroën C3 facelift Thibaut Dumoulin LNA (51)

Nouvelle Citroën C3 à partir de 15 200 €.
Modèle essayé : Nouvelle Citroën C3 Shine Pack 1.2 PureTech 110 ch EAT6 à 24 220 € incluant les options suivantes :

  • Accès et démarrage mains libres à 250 €
  • Aide au stationnement avant, surveillance des angles morts et caméra de recul à 400 €
  • Pack Safety 2 et Citroën Connect Box à 350 €
  • Sièges avant chauffants à 200 €
  • Décor de toit Techwood à 120 €

Concurrence :
A-t-on vraiment besoin de nommer les rivales de la Citroën C3 ? Dans l’hexagone, les Peugeot 208 et Renault Clio lui mettent systématiquement des bâtons dans les roues pour accéder à la tête des ventes toutes catégories confondues. La première offre pour 800 € de plus un système actif de maintien dans la voie et la boîte EAT8. La seconde dans sa version haut de gamme offre la sellerie cuir, l’assistant de maintien de voie, le frein à main électrique…donc compense également son surcoût face à la C3 et offre en plus un prix d’entrée à seulement 14 100 €. À l’échelle européenne, on trouve la Ford Fiesta pour un prix et un équipement similaire, et la Volkswagen Polo, qui joue les premium face à ses cousines Ibiza et Fabia mais n’est pas plus chère que la française… Et en changeant de continent, l’offre est également fournie du côté de l’Asie, entre la Nissan Micra, la nouvelle Honda Jazz, les Hyundai i20 et Kia Rio… Pas particulièrement bien placée, la Citroën C3 est téméraire…

  • Peugeot 208 GT-Line 1.2 PureTech 100 ch EAT8 avec option système actif de surveillance des angles morts à 25 000 € / Peugeot 208 à partir de 15 900 €
  • Renault Clio Initiale Paris TCe 100 ch X-Tronic à 25 600 € / Renault Clio à partir de 14 100 €
  • Ford Fiesta ST-Line X 1.0 EcoBoost 125 ch DCT-7 à 24 100 € / Ford Fiesta à partir de 14 500 €
  • Volkswagen Polo R-Line Exclusive 1.0 TSI 6 CV 110 CH DSG 7 à 24 000 € / VW Polo à partir de 16 90 €
  • Hyundai i20 Executive 1.0 T-GDI 100 DCT-7 hybride à 23 600 € / Hyundai i20 à partir de 13 950 €

La Citroën C3 renforce clairement son positionnement et s’affirme sur le marché des citadines comme une alternative plus fun et très confortable aux très « techno », mais un peu trop sérieuses, concurrentes. Trop sérieuses, mais pas forcément moins chères à équipement équivalent et pouvant devenir de véritables routières quand la nouvelle C3 fait l’impasse sur un certain nombre d’aides à la conduite et de raffinements. Citroën fait le pari de la simplicité et de la personnalisation, il ne nous reste qu’à observer les ventes pour voir si la marque tirera son épingle du jeu au cours des prochains mois !

Nous tenons à remercier Christine et son équipe pour leur accueil spontané et chaleureux dans la cour du Château de Pontarmé où nous avons réalisé la majorité de nos photos.

Galerie Photos nouvelle Citroën C3

Texte et Photos Thibaut Dumoulin pour Le Nouvel Automobiliste