Le Nouvel Automobiliste
Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (42)

Essai Mazda 2 restylée : simplement sympa !

Pas de jeu de mot farfelu dans notre titre, une fois n’est pas coutume. Non pas que nous ne sommes pas inspirés par la Mazda 2 cru 2020, mais au contraire nous sommes ressortis de l’essai de ce modèle avec un ressenti clair, net et précis, empreint d’une évidence : cette citadine méconnue est réussie, tout simplement !

Mazda 2 restylée : design version 6.5

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (42)

Contrairement à la Mazda3 (que nous avons essayée en essence 122 ch et avec le Skyactiv-X 180 ch), la petite Mazda 2 n’en est pas à sa 7ème génération, mais “seulement” à la 6ème. Pourtant, avec son restylage récent, la puce d’Hiroshima mime le style de sa grande sœur plus moderne.

Surtout au niveau de la face avant, qui connaît la plus grosse évolution stylistique de ce restylage. On retrouve donc le jonc de calandre chromé épais qui naît sous les phares effilés et descend raser le bitume de sa pointe acérée. Avec ses pupilles bien rondes et ce regard agressif, la Mazda 2 capte le regard.

De profil, la ligne de ceinture de caisse ascendante et l’abence de vitre de custode donnent du dynamisme à une silhouette rondouillarde, accentuée par un popotin tout en rondeur. Celui-ci n’évolue que peu par rapport à la génération précédente. On note le dessin des feux et les monogrammes légèrement différents.

Et nous n’ajouterons rien de plus sur ce design que l’on juge simple et efficace, à la fois élégant et discret, agressif et rassurant, chic avec ses petits détails (répétiteurs de clignotants dans les rétroviseurs, jupes de pare-chocs…) et ses jolies jantes. Pour éviter le côté tristounet de notre exemplaire en teinte Machine Gray, nous conseillons d’opter pour une teinte plus vive, comme le sublime Soul Red Crystal ou le bleu Eternal Blue Mica.

À bord de la Mazda 2 : sobriété et qualité

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (25)

4 mètres, 5 portes, 5 places. La Mazda 2 annonce aussi à l’intérieur du simple et du pratique. L’accessibilité est aisée et naturelle. L’espace avant est convenable, la banquette arrière relativement accueillante compte-tenu des dimensions extérieures réduites. Quant au coffre, il propose une valeur de chargement décent de 280 litres. C’est évidemment plus petit que ses concurrentes systématiquement plus grandes, mais suffisant au quotidien. Seul son son seuil haut perché imposant une grande marche pour sortir les bagages pourra s’avérer gênant.

Une fois installé au volant, tout tombe bien sous la main. Il faut dire qu’avec les dimensions réduites de la japonaise, aucune commande n’est hors de portée ! Les compteurs et l’ordinateur de bord regroupés sous une visière ne font pas dans la fantaisie et sont autrement plus traditionnels que le tableau de bord virtuel de la Peugeot 208, mais ils sont lisibles du premier coup d’oeil. Le reste de la planche de bord est dans la lignée des autres productions de la marque, très épuré et traité à l’horizontale. Seuls les petits aérateurs et l’écran de 7 pouces au sommet rompent cet épurement relaxant.

En partie basse se trouvent les commandes de climatisation physiques, facile à utiliser car sous forme de molettes. Puis entre les deux sièges, la console centrale regroupe le frein à main, le double porte-gobelets et les commandes du système multimédia. À l’usage, elles se révèlent parfois plus pratiques que les écrans tactiles, qui imposent de quitter la route des yeux.

Plus généralement sur cette ambiance à bord, la sobriété se double d’une impression de qualité satisfaisante, dans la bonne moyenne du segment, avec des assemblages sérieux et un mélange de matériaux apportant la touche de design et de variété bienvenue. Les sièges en tissu marron ne vous plaisent pas ? Une sellerie cuir bleue à détails blancs est proposée et apportera une touche chic et originale !

Essai Mazda 2 : vivante et peu exigeante

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (43)

C’est une ritournelle à chaque essai d’une Mazda mais dont on ne se lasse jamais : le constructeur japonais sait faire des voitures agréables à conduire. Et on va finir par croire qu’il ne sait faire que ça ! Car même la modeste Mazda 2 est gratifiante au volant. La philosophie de conception de la marque, appelée jinba ittai et promettant une harmonie parfaite entre le conducteur est sa voiture, a également été au programme sur ce modèle, le plus abordable de la gamme.

Direction précise et douce, embrayage et levier de vitesse sans à-coup ni accroc, réponse immédiate des pédales aux sollicitations… L’expérience de conduite est fluide et vivante. En ville, le moteur 4-cylindres essence de 90 ch, épaulé par une micro-hybridation de 48V, assure un dynamisme appréciable et des redémarrages silencieux. Sur nos chères routes de campagne, l’agilité du châssis et la légèreté de la citadine (une tonne tout rond) facilitent la tâche du bloc Skyactiv-G. Mais il ne faut pas hésiter à aller chercher la puissance dans les tours. Cela est même recommandé puisqu’il n’y a guère de turbo. Et comme l’insonorisation est très bonne, notamment grâce à la discrétion surprenante du moteur Skyactiv-G, autant y aller franchement.

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (50)

Bonus, la consommation ne s’en ressent même pas ! En adoptant une conduite tout à fait normale (et même plutôt vive), en effectuant de la ville, des routes de campagne, voies rapides et même un peu d’autoroute, nous sommes tombés à un petit 5,5 litres/100 km, et même 5,3 litres pendant les phases un peu plus calmes.

Il y a malgré tout de petits bémols. L’absence de turbo ne saurait cacher la longueur notable des rapports de la boîte manuelle, en vue d’optimiser les consommations et émissions. Ce n’est pas désagréable en soi, mais parfois juste un chouïa frustrant car on sait que le châssis permettrait de réellement s’amuser avec un moteur typé sportif. Notre seconde remarque concerne également cette boîte. Sa 6ème vitesse est comme les SUV coupés : elle ne sert à rien. Sur autoroute, même en la passant à 130, on n’a plus rien sous le pied et même l’indicateur de changement de rapport supplie pour qu’on repasse en 5è.

Équipements Mazda 2 : optez pour le niveau 2 !

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (3)

La version que nous avons à l’essai est une finition Signature, soit le deuxième niveau sur 4 au total. Et c’est déjà une proposition très honnête à considérer ! Le premier niveau de finition, Elégance, apporte l’essentiel mais la climatisation manuelle et le minuscule écran de radio sont indignes d’un véhicule de 2020 à plus de 17 000 euros. Notre version Signature se distingue à l’extérieur par ses jolies jantes de 16” en alliage (15” sur Elegance), son antenne de toit type aileron de requin et sa signature LED élégante.

À l’intérieur nous l’avons dit, l’écran de 7 pouces ne brille pas par sa taille mais est lisible et ergonomique, une fois qu’on s’est habitué à ses commandes par molettes. Il est de plus compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, ce qui facilite la connexion au quotidien. Toujours côté multimédia, 6 haut-parleurs sont installés ainsi qu’un port USB supplémentaire.

Le niveau d’équipement est honorable avec les phares et essuie-glace automatiques, les sièges avant ET le volant chauffant (un petit luxe !), la clim auto et la caméra de recul avec radars de stationnement. Les technologies de sécurité s’enrichissent de l’alerte d’angles morts avec reconnaissance active d’obstacles en marche arrière. Mais ces rétroviseurs ne sont pas rabattables électriquement pour autant. Autre élément qui nous a manqué, l’ouverture et la fermeture mains libres.

En bref, la finition Signature offre pour 20 000 € l’essentiel et même un peu plus. La Mazda2 peut être encore plus richement équipée en passant aux finitions supérieures. Elle n’a alors plus rien à envier aux segments supérieurs : affichage tête haute, phares à LED adaptatifs, navigation, voire sur Exclusive Edition la caméra 360, le régulateur de vitesse adaptatif ou encore une jolie sellerie cuir !

Prix Mazda 2 restylée : elle vise juste.

Mazda2 2020 LNA Thibaut Dumoulin (51)

Mazda2 à partir de 17 650 €
Modèle essayé : Mazda2 Signature 1.5 Skyactiv-G M-Hybrid 90 ch BVM à 20 050 € incluant l’option peinture métallisée Machine Gray à 650 €

Concurrence :

La Mazda2 vient se frotter à des citadines aux dents longues qui lorgnent carrément, par leur taille et leurs équipements, sur le segment des compactes. Parmi elles, les incontournables Peugeot 208 et Renault Clio, fraîchement lancées. Ces dernières coûtent plus de 1 000 € que la Mazda 2 à équipement équivalent. Côté japonais, le concurrence est plus agressive. La Suzuki Swift s’affiche à 2 000 euros de moins à équipement équivalent mais en étant moins logeable et plus rustique, tandis que la Nissan Micra semble alignée en termes d’offre sur ce que propose la Mazda2.

  • Peugeot 208 Allure 1.2 PureTech 100 ch à partir de 21 000 €
  • Renault Clio Intens TCe 100 ch à partir de 20 900 €
  • Ford Fiesta Titanium 1.0 EcoBoost 95 ch à partir de 19 500 € (21 100 € avec options)
  • Nissan Micra N-Connecta IG-T 100 à partir de 19 690 €

500. Ce n’est pas le modèle de Fiat, mais le nombre de Mazda2 vendues en France au premier semestre 2020. En comparaison, il s’est vendu dans le même temps… 40 900 Peugeot 208, soit 80 fois plus ! Et même la Mini, pourtant pas donnée, s’est vendue 10 fois mieux que notre petite japonaise. Celle-ci a pourtant tout pour plaire. Consensuelle mais élégante et toujours moderne, dynamique sans être inconfortable ni gourmande, facile à garer mais relativement spacieuse… C’est une petite auto sans compromis, intéressante également d’un point de vue financier. Alors si votre crédo est celui de la simplicité et du plaisir automobile dans sa définition la plus pure, si les écrans XXL et les compteurs digitaux n’ont pas d’importance pour vous, nous ne pouvons que vous conseiller d’y jeter un oeil !

Galerie Photos Mazda 2 2020

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.