Le Nouvel Automobiliste

Renault Twingo restylée (2/7) : la présentation de la gamme

Ah, la Renault Twingo ! Qui ne connaît pas cette petite voiture qui égaie la gamme Renault depuis sa présentation en octobre 1992 ? D’abord espiègle et pratique, elle s’est transformée en urbaine polyvalente dans sa deuxième génération. Certains diront qu’elle y a perdu son âme. Habilement restylée au salon de Francfort 2011, outre la calandre à nœud papillon imaginée à l’arrivée de Laurens van den Acker, cette génération a aussi connu l’arrivée de feux ronds additionnels. Ce détail jovial a permis de faire la transition avec la troisième génération présentée au Salon de Genève 2014. Cinq ans et 200 000 exemplaires vendus en France plus tard, la Renault Twingo a connu une mise à jour l’an passé. Alors que la version Z.E. a été présentée hier, arrêtons-nous sur la gamme thermique.

Renault Twingo restylée : un nouveau regard

Ce qui saute aux yeux, c’est bien sûr l’abandon de ces petits phares ronds, remplacés par les cerclages de LED en C qui lui permettent de mieux s’intégrer dans la gamme du constructeur. Ils servent aussi bien aux feux de position qu’aux clignotants. La calandre évolue plus légèrement : les écopes d’ouverture de capot y sont mieux intégrées et la version Intens y ajoute du chrome. La prise d’air n’est plus accompagnée d’une bande plastique, mais de deux écopes latérales fonctionnelles. Associée à la diminution de 1 cm de garde au sol, la nouvelle Twingo semble plus large et plus premium. C’était aussi un des objectifs de ses designers.

De profil, les changements sont menus. Les clignotants latéraux restent dans les ailes, et les protections latérales peintes équipent désormais les Twingo dès la finition Zen. Côté gauche, la prise d’air de la GT est généralisée à toute la gamme, pour un meilleur refroidissement moteur. A l’arrière, les changements sont plus nombreux bien que parfois discrets. La hayon évolue : la vitre est prolongée de 15 mm afin de minimiser sa liaison avec le pare-chocs. Au quotidien, c’est la migration d’ouverture du hayon sous l’essuie-glace qui se remarquer : finie la double action pour l’ouvrir.

Les feux évoluent pour intégrer un peu plus l’effet C-Shape des LED, et gagnent un peu de relief. Pourtant, à y regarder de plus près, la structure et le positionnement des ampoules sont les mêmes. Le pare-choc abandonne aussi sa bande plastique. Il peut en plus être équipé d’une baguette chromée ou colorée. Ici aussi, ces modifications permettent à Twingo de gagner en assise et en qualité perçue. 

Renault Twingo restylée : haute en couleurs

En plus de ces changements de carrosserie, deux nouvelles teintes font leur apparition : le Jaune Mango (230 €) et le Blanc Quartz (nacré, 740€). Les 6 autres teintes étaient déjà disponibles précédemment : le Noir Etoile, le Rouge Flamme, le gris Lunaire, le Blanc Cristal, le Vert Pistache et le Bleu Dragée. Le Orange Piment a donc disparu (il était associé à la finition GT, disparue elle aussi). Les teintes Jaune Eclair, Bleu Pacifique, Brun Cappucino et l’Ultra Violet avaient déjà déserté la gamme depuis fin 2018.

De nouveaux strippings font leur apparition : tricolore (3 lignes de série sur Intens), Cosmic (hérité de feue la série spéciale éponyme) et « Dots ». Les deux dernières sont proposées à 200 €. Côté roues, les enjoliveurs évoluent tout comme les jantes. Les enjoliveurs Akaju (gris ou diamantés), les jantes Argos (3×2 branches), Emblèmes (5×2 branches), et Juvaquatre (4×2 branches) disparaissent. Les nouveaux enjoliveurs singent des jantes 5 branches sous le nom Makao.

Renault Twingo restylée : de la personnalisation

Les jantes qui équipaient les premières Twingo 3 sous le nom Exception reviennent en version diamantées sous le nom de Venetian. Les deux équipent des roues d’un diamètre de 15 pouces. Pour passer en 16 pouces, il faut se tourner sur les Monega, (8×2 branches) qui peuvent faire penser aux jantes des versions Initiale Paris. Une finition dont Twingo ne profite pas, alors qu’elle était apparue sur la phase 2 (collection 4) de la toute première génération de la Renault Twingo, dommage ! Côté look, et comme toute propulsion qui se respecte, les pneus arrière sont plus larges. 

Enfin, le pack couleur permettra de vous différencier de vos voisins en modifiant les joncs de calandres, les baguettes latérales et le jonc du bouclier arrière en Blanc Cristal, Rouge Flamme ou Jaune Mango. Cette option est au prix raisonnable de 150 €. Les deux premières ambiances existaient déjà, le Jaune Mango est tout nouveau. 

L’intérieur n’est pas oublié…

Cette personnalisation est aussi disponible à l’intérieur entre 150 € (Intens) ou 200 € (Zen) : elle transformera la bandeau de la planche (appelé « Race track ») et les surpiqures de la sellerie en jaune, rouge ou noir. La différence de prix entre les 2 versions se justifie par la sellerie partielle en TEP qui est en série sur l’Intens, contrairement à la finition Zen. Cette évolution d’ambiance, c’est la console qui évolue le plus. Désormais débarrassée de son rangement mobile, elle peut accueillir 2 gobelets et 2 prises USB selon les finitions.

La qualité des matériaux évolue peu sauf les accoudoirs désormais légèrement moussés sur la finition Intens. La boîte à gants est obligatoirement fermée, dès la version Life : c’est une des rares évolutions intérieures de la finition d’entrée de gamme en plus de la console centrale, car la sellerie n’évolue pas. C’est le statu quo aussi pour la finition Zen, même sellerie, avec le choix d’une ambiance Gris Clair ou Noir/Gris. L’ambiance rouge disparaît avec le restyling. 

…mais moins de choix à bord

Qu’il soit celui d’une boîte manuelle ou automatique EDC, le levier de vitesses est modifié et a un toucher plus qualitatif, notamment pour le premier. Côté look de la planche de bord, la finition du bandeau race track de la planche façon balle de golf est conservée sur les 2 premiers niveaux de finition Life et Zen. La personnalisation de la Renault Twingo a cependant laissé des plumes dans le restyling.

Certaines personnalisations ne sont tout simplement plus proposées en option. C’est la cas des élargisseurs d’ailes, du pack sport (façon ancienne finition « Edition One »), pack Vert Pistache (hérité de la série limitée « La Parisienne »), du Pack Chic (Sellerie Cuir/tissus, décors blancs…) et du GPS. Eh oui, pour l’instant il vous faudra vous armer d’un smartphone pour vous diriger en ville ! Si vous n’êtes pas pressé, l’option sera de retour cette année.

Bye-bye GT

Côté finition, pas de changement pour la gamme classique qui est toujours composée des finitions Life, Zen et Intens. La GT n’a pas été reconduite, le mix de vente atteignant à peine 1,5 %. La mise à jour des normes d’homologation y est aussi pour quelque chose. Comme annoncé plus haut, toujours pas de version Initiale pour coiffer la gamme ! Cependant, et pour son lancement, Renault décline son partenariat avec Le Coq Sportif de la Formule 1 aux voitures de production. Pas question de remplacer la version GT cependant, on est dans l’esprit Grand Tourisme, mais Grand Tourisme de ville…

La Renault Twingo abandonne les moteurs au delà de 100 ch, mais les autres motorisations évoluent. Le 3 cylindres turbo de 898 cm3 gagne 3 ch pour atteindre les 93 ch, mais son nom commercial est pourtant TCe 95… Le couple moteur de 135 Nm à 2500 tr/min est inchangé. C’est aussi le seul moteur disponible au choix avec la boîte manuelle à 5 rapports ou la boîte robotisée EDC à 6 vitesses.

1 nouveau moteur et 1 évolution

En entrée de gamme, feu le 3 cylindres atmosphérique 1.0 l SCe 70 est remplacé par un tout nouveau moteur. Mais il garde le même nom : 1.0 l SCe. Il propose cependant 2 évolutions de puissance. Soit à la baisse avec 65 ch, soit à la hausse avec 75 ch. Le couple évolue légèrement dans les deux cas, il passe à 95 Nm à 4000 tr/min, contre 91 Nm à 2850 tr/min. Pour cette offre d’accès, seule la boîte manuelle à 5 rapports est proposée. 

En terme d’association, le moteur SCe 65 n’est associé qu’à la version Life avec en prix d’appel fixé à 11 400 €. Le moteur SCe 75 démarre à 13 700 € en version Zen. Le TCe n’est proposé qu’en boîte manuelle à 14 500 €. Pour se passer d’embrayage, il faut opter pour la version Intens, à 16 900 €. C’est un surcoût de 1200 € par rapport à la boîte mécanique qui est proposée à 15 700 €. Le moteur SCe 75 s’échange en Intens contre 14 900 €.

Le choix des finitions

La version Life offre le stock nécessaire. En plus des équipements de sécurité obligatoire, les vitres avant sont électriques, l’aide au démarrage en côte est présente et le C-Shape LED est de série. Les protections latérales sont noires tout comme l’intérieur, juste agrémenté du décor de planche de bord blanc façon balle de golf. En option, les pneus anti-crevaison (130 €) et l’intéressante Radio Connect R&GO (350 €), qui utilisera votre smartphone comme écran additionnel. 

La version Zen ajoute entre autre, la climatisation manuelle, la radio connect R&GO, des rangements sous la banquette et les contre-portes arrière, la nouvelle console avec écran fixe. Côté look, poignées de porte, rétroviseurs et becquet passent en ton carrosserie. Les options commencent à s’étoffer : pack sécurité (régulateur/limiteur de vitesse et franchissement de ligne (300 €), aide au parking arrière (250 €), pack modularité intérieure (200 €) et toute la gamme de personnalisation citée plus haut.

Toujours 4 niveaux de gamme

L’Intens s’offre un look plus premium : les baguettes latérales se teintent comme la carrosserie et un jonc chromé apparaît. Les flancs s’habillent aussi de stripping, et les jantes passent en alliage (modèle Venetian en série). L’intérieur se veut plus clair avec les panneaux de porte blancs. Le pack modularité et le régulateur/limiteur passent en série, et l’autoradio est remplacé par l’écran Easy Link. Les options sont encore plus nombreuses : pack confort (climatisation automatique et capteurs de pluie : 400 €), toit ouvrant en toile (toujours pas de toit panoramique… : 1000 €), alerte de franchissement de ligne (200 €).

Twingo sportive ?

Quant à la série spéciale Le Coq Sportif, les motorisations sont les mêmes que la version Intens, mais avec 1000 € de plus à débourser. Qu’offre-t-elle en plus ? Du look, avec le stripping extérieur personnalisé aux couleurs de la marque, l’ambiance rouge intérieure (+150 € sur Intens) avec stripping sur la planche de bord et la plaque « Le Coq Sportif », les jantes alliages Monega avec cabochon rouge (+300 € sur Intens), des rétroviseurs rouges (+150 € sur Intens mais avec les joncs de calandre et pare-choc rouges).

Côté équipements, le pack confort (climatisation automatique et capteur de pluie), et la caméra de recul avec aide au parking passe en série. Ces options sont proposées sur la version Intens contre 400€ chacune. A noter, que la seule couleur sans surcoût proposée sur la Renault Twingo Le Coq Sportif est le Blanc Cristal. Le Gris lunaire et le Noir étoilé demandent un investissement de 540 €, et le Blanc Quartz vous déleste de 740 €.

C’est d’ailleurs avec cette teinte que vous pourrez choisir le Pack Premium BBR (Bleu Blanc Rouge) qui propose un stripping de toit rouge et bleu, qui se prolonge sur la porte arrière gauche. Les joncs de calandre passent au bleu, et ceux du pare-choc arrière passent au rouge. Cette option finira par réduire vos économies de 200 €… mais est incompatible avec l’option toit ouvrant en toile (1000 €). Et dernière option, l’alerte (sonore) de franchissement des voies à 200 €.

Les prochains rendez-vous Twingo :

Nous avons essayé 3 versions de la dernière génération de la citadine de Renault :

Et pour aller plus loin :

Article : Guillaume AGEZ

Crédit Photographie : Guillaume AGEZ & François Mortier