Le Nouvel Automobiliste
Renault Austral 2022 Esprit Alpine

Renault Austral : le remplaçant du Kadjar, sous vos yeux

Vous connaissiez le Kadjar, maintenant, il faudra composer avec le Renault Austral. Nouveau nom pour une nouvelle vie : avec l’Austral, la firme au losange confirme sa reconquête du segment C, largement amorcée par le succès de l’Arkana et l’arrivée de la Mégane E-Tech 100 % électrique. Design, intérieur, technologies, motorisations : nous faisons le point sur le concurrent direct du Peugeot 3008.

Nos différents articles sur le Renault Austral :
Présentation détaillée du Renault Austral ;
Nos photos et notre vidéo exclusives du Renault Austral ;
Notre interview d’Agneta Dahlgren-Hermine (Renault Design Project Director), à propos du design du Renault Austral ;
– Notre interview de Jean Chevennement, directeur du projet Renault Austral.

Renault Austral 2022 Esprit Alpine

Vous préférez écouter ce sujet ? C’est par ici !

Renault Austral : dans l’air du temps

2015 : avec ses rondeurs et son intérieur à la finition décevante, le Renault Kadjar donnait l’impression, avant même d’être commercialisé, d’être dépassé. Renault semble avoir retenu la leçon avec son remplaçant. Déjà, il porte un nouveau nom. Un aveu d’échec pour le constructeur français ? Oui et non : si le Kadjar n’a jamais déchaîné les passions, il n’a pas non plus été un échec commercial. Pour autant, il n’a pas su s’imposer sur un segment des C-SUV grouillant et porté, en France, par l’éminent Peugeot 3008. De fait, sans doute que le changement de patronyme est apparu comme une solution pour repartir sur des bases plus saines.

Ensuite, le Renault Austral s’offre un design à la page. La signature lumineuse en forme de « C », à l’avant comme à l’arrière, est particulièrement travaillée, tout comme la calandre ou les plis de carrosserie (sur le capot notamment). Clairement, le nouveau SUV au losange est dans l’air du temps. Il est même « athlétique », selon les mots d’Agneta Dahlgren-Hermine (Renault Design Project Director) qui affirme que le design du Renault Austral est « résolument SUV, avec une face avant affirmée, un capot long et horizontal, et des détails précis » (retrouvez, à ce lien, notre interview d’Agneta Dahlgren-Hermine à propos du design de ce Renault Austral).


Le design du Renault Austral est dans l’air du temps. Sera-ce suffisant face à un futur Peugeot 3008 qui serait, selon les indiscrétions, encore plus agressif que l’actuel ?

En termes de gabarit, il ne gagne que deux centimètres en longueur par rapport au Kadjar et atteint ainsi les 4,51 m (avec un empattement de 2,67 m), pour 1,62 m de haut. Sur le plan de la gamme, en revanche, l’Austral adopte les nouveaux noms de finition de Renault : Equilibre, Techno et Iconic. Il introduit par la même occasion une inédite version « Esprit Alpine », au look sportif (jantes diamantées noires « Daytona » de 20 pouces, monogrammes « Alpine », intérieur faisant la part belle à l’Alcantara…). Cette version s’adaptera, au choix du client, sur la finition Techno ou Iconic. S’agissant des teintes de carrosserie, enfin, le Renault Austral en proposera sept : Blanc Glacier, Blanc Nacré, Rouge Flamme, Bleu Iron, Noir Etoilé et une nouvelle teinte Gris Schiste. Un Gris Schiste satin, à l’effet mat, sera disponible en option sur l’Austral Esprit Alpine.

Renault Austral 2022 : un intérieur moderne… enfin !

Au-delà de l’extérieur, c’est surtout à l’intérieur que le Renault Austral se met à la page par rapport au Kadjar. A l’image de la Mégane E-Tech 100 % électrique (pour rappel, notre essai), les écrans prennent une place conséquente. Et pour cause : l’écran tactile central, au format vertical, taille en 12 pouces (soit presqu’autant que l’écran derrière le volant – 12,3 pouces). Baptisé « OpenR Link » et basé sur Android OS, il permet de contrôler le système multimédia de la voiture. Par ailleurs, et ce sera une première chez Renault, l’Austral embarquera sur ses finitions hautes un affichage tête haute de 9,3 pouces directement projeté sur le pare-brise.

En fonction de la version et des options choisies, l’intérieur du Renault Austral est ponctué de bois de frêne, de cuir, d’Alcantara, de textile moussé, de matériaux gainés et de décors laqués (noir brillant ou à l’effet chromé).

Globalement, la planche de bord du Renault Austral ressemble à celle de la Mégane E-Tech 100 % électrique. Comme elle, elle a été dessinée en « strates ». Le regard se pose rapidement sur le repose-bras coulissant entre les passagers ; censé permettre un accès plus facile à l’écran tactile central. Car en bon SUV des familles, l’Austral ne plaint pas les aspects pratiques. Son volume de coffre, par exemple, atteint les 575 l avec la banquette « coulissée » au maximum (500 l sinon – ou 430 l en version « E-Tech Hybrid »). Banquette rabattue, l’Austral offre un volume de chargement de 1 525 l. Des données meilleures que celles d’un Peugeot 3008, mais en-deçà d’un Volkswagen Tiguan (au design néanmoins plus « fonctionnel »).


La banquette arrière coulisse sur 16 cm. La hauteur sous pavillon, de 90 cm, permettra aux personnes de plus d’1,80 m d’être à l’aise à l’arrière.

Renault Austral : le plein de technologies

Nous ne nous y attendions pas forcément, mais le Renault Austral pourra disposer, en option, du système 4 roues directrices « 4CONTROL » de troisième génération, introduit il y a près de 15 ans par feu la Laguna GT. Une technologie étrennée habituellement sur les modèles haut-de-gamme de la marque au losange… Rôle qui, avec les disparitions annoncées des Talisman et Espace, reviendra à l’Austral (en attendant le remplacement du Renault Koléos et une inédite version « SUV coupé » de l’Austral) ! Avec cette technologie, les roues arrière de l’Austral pourront aller dans le sens des roues avant ou alors, dans le sens inverse (de – 5 à 5°), selon l’allure et les nécessités de la route. Le « 4CONTROL » garantira par ailleurs un rayon de braquage de 10,1 m.

Renault Austral 2022 Esprit Alpine

Au chapitre des équipements, toujours, nous pouvons dénombrer les phares matriciels, le freinage d’urgence automatique en marche arrière, l’adaptation automatique de la vitesse, un assistant éco-conduite prédictif, des aide(s) au parking… Au total, le Renault Austral embarquera 32 aides à la conduite.

Renault Austral : de l’hybride, mais pas d’hybride rechargeable

Seules des motorisations essence, avec un degré d’hybridation plus ou moins élevé, trouveront place sous le capot du Renault Austral. Premier niveau d’hybridation : la motorisation Mild Hybrid, qui s’appuiera sur un moteur essence 4 cylindres 1,3 litre turbocompressé à injection directe, déjà disponible sur une partie de la gamme Renault. Développé en collaboration avec Daimler, ce moteur sera assisté par un alterno-démarreur et une batterie lithium-ion de 12V. Il sera disponible avec une boîte de vitesses automatique X-TRONIC en deux niveaux de puissance, 140 et 160 ch, et en transmission manuelle 6 rapports en version 140 chevaux.


Equipé d’un système « Mild Hybrid advanced », un autre bloc 1.2 TCe (3 cylindres) de 130 ch, couplé à une batterie de 48V et un (petit) moteur électrique permettra d’atteindre, selon Renault, une consommation mixte de 5,3 l / 100 km et des rejets équivalents à 123 g de CO2 / km. En tête d’affiche, la variante « E-Tech Hybrid » associera ce moteur 1.2 TCe de 130 ch à un bloc électrique de 50 kW (68 ch) et une batterie de 1,7 kWh. La puissance obtenue sera de 160 ou 200 ch, tandis que la consommation en cycle mixte pourrait atteindre, dans le meilleur des cas, 4,6 l / 100 km pour 105 g de CO2 / km. Le tout sera couplé à une boîte automatique à 7 rapports entièrement nouvelle.

Quid d’une déclinaison hybride rechargeable ? Il n’y en aura tout simplement pas… Ou en tout cas, pas au lancement. Jean Chevennement, le directeur du projet Renault Austral (interviewé ici), explique que l’Austral, en version « full hybrid », offre une « plus grande facilité d’utilisation » qu’un modèle hybride rechargeable et des « niveaux de consommation déjà très bas » pour un SUV. Si l’argument s’entend, il n’en demeure pas moins que les entreprises (acheteuses majoritaires des modèles hybrides rechargeables en France) auraient pu être intéressées, notamment pour des raisons… fiscales. D’ailleurs, le Renault Austral n’aura, de fait, pas droit au bonus écologique.

Parmi les éléments phares de moteurs, le rendement atteint par le bloc E-Tech Hybrid 130 ch à cycle Miller, supérieur à 41 % de rendement. Ce 3 cylindres reçoit l’huile la plus fluide du marché, 0W16, et des cylindres sans chemise – ils comportent de la projection de carbone hyper dense. Dans le compartiment moteur, le bloc est compact et participe à la réduction de poids (102 kg seulement contre 131 kg pour le 1,3 à 4 cylindres). Le couple est présent avec 410 Nm au total à raison de 205 Nm grâce à l’hybridation puis 205 Nm une demi-seconde plus tard grâce au turbo à géométrie variable. “Il nous fallait ces performances pour remplacer un Diesel, c’est-à-dire gagner 25 % en consommation ce qui se fait grâce au 3 cylindres mais aussi en aérodynamique et grâce au poids” indique Michael Proust, chief powertrain engineer.


Le Renault Austral ne proposera pas de transmission intégrale, même en option. Cependant, un système « Extended grip », avec des roues de 18 pouces équipées de pneus « tous temps », sera au catalogue, avec un mode « All-terrain » et « Snow ».

Il est, quoi qu’il en soit, encore trop tôt pour parler des tarifs : la voiture ne sera commercialisée qu’au 4ème trimestre 2022, et fabriquée en Espagne, à Palencia, non loin de ses moteurs produits à Valladolid. D’ici là, nous aurons l’occasion de l’essayer dans les prochains mois afin de jauger de ses qualités.

Galerie photos Renault Austral

La gamme couleurs & matières du Renault Austral

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021