Le Nouvel Automobiliste

Essai Dacia Duster Eco-G 100 Prestige : roulons à l’essentiel !

Rouler à l’essentiel, ça pourrait être le créneau de la marque Dacia. Mais avec la version Eco-G, Dacia vous propose de moins rouler à l’essence, ciel ! Car Eco-G veut dire GPL en langage Dacia. Et n’allez pas croire que c’est une version au rabais. Dacia croit en cette bicarburation depuis une dizaine d’année et continue à la développer. C’est même la motorisation que la marque met en avant sur la nouvelle Dacia Sandero présentée mardi. Mais revenons au Duster GPL, nous allons essayer de résumer notre essai à l’essentiel.

Dacia Duster, roulons à l’essentiel

Faut-il encore présenter le Dacia Duster ? La seconde génération, dévoilée au salon IAA de 2017, est toujours basée sur la Dacia Sandero II (le pare-brise et les portes sont les mêmes). Un look en continuité avec la première génération en plus moderne, plus mastoc. Proposé en 2 ou 4 roues motrices, le Dacia Duster est toujours prêt à s’éloigner des routes pour emprunter des chemins plus escarpés, merci à la garde au sol de 21 cm. Pas de quoi en faire un roman cependant, ce n’est pas un tout-terrain pur et dur. 

Le gabarit du Dacia Duster le fait entrer dans la catégorie des tout-chemins compacts : 4,34 m de long, 1,80 m de large et une hauteur de 1,69 m avec les barres de toit. Le volume de coffre affiche 450 l, de quoi répondre aux besoins hebdomadaires d’une famille moyenne. Ne cherchez pas trop de modularité toutefois, seuls les dossiers se rabattent et c’est bien suffisant.

Et comme les SUV sont à la mode, le Dacia Duster en profite, grâce aussi à son prix, pour se hisser à la 10ème place des véhicules vendus aux particuliers cette année en France. 

Sans plomb dans les ailes

Une Dacia sur cinq vendue est une version Eco-G ou GPL. La marque décline alors enfin cette bicarburation sur le dernier Dacia Duster. Le moteur de base est le TCe 100 ch. Le passage en GPL ne fait pas évoluer la puissance, mais le couple passe tout de même de 160 à 170 Nm. Et si la consommation officielle grimpe de 6,1 à 7,8 l/100 km, le CO2 suit le chemin inverse en chutant de 139 à 126 g/km sur la version de base. Voila qui représente 75€ de gagné à l’achat en raison de l’absence de Malus. Il n’y a pas de petites économies. Nous reviendrons sur la consommation réelle en fin de l’essai. A noter qu’avec le passage à l’Euro 6D Full, la version essence TCe perdra 10 ch, mais pas la version Eco-G.

Le moteur Eco-G est proposé sur le Dacia Duster à partir de 12 490 € (finition « Access »), soit un surcoût par rapport à la version essence de… 0 €. Seule différence, la version Eco-G n’a pas la possibilité d’avoir de roue de secours, elle est remplacée par le réservoir GPL de 34 l. Le réservoir de 50 l essence n’évolue pas.

Notre version du jour est la finition Prestige, qui représente le haut de gamme, proposé à 17 300 €. Elle propose la climatisation, le Media Nav, les jantes alliages, etc… La teinte Orange Atacama s’ajoute contre 500 €. Notre Duster est aussi équipé des options carte mains libres (250 €) et du pack city plus avec avertisseur d’angles morts et caméra 360° Multiview (400 €). La sellerie cuir peut être ajoutée contre 600 € ainsi que les sièges chauffants pour 200 € de plus.

Quittons l’autoroute, au prix que ça coûte

Monter à bord du Dacia Duster, c’est retrouver une simplicité automobile. La présentation est simple, trouver la bonne position de conduite est aisé. Il n’y a pas de fioriture, et avouons-le-nous : ça fait du bien. Le Dacia Duster donne vraiment l’impression de conduire, et pas de se faire conduire. La ville, la campagne, les routes nationales : on retrouve le plaisir de rouler. Nous aurions presque envie de dire « comme avant », mais le Dacia Duster n’est pas pour autant suranné. Il est très actuel, très essentiel dans son approche.

Le Dacia Duster Eco-G a cependant une faiblesse : l’autoroute. Ce n’est pas son terrain de prédilection. Les bruits sont plus présents, et le régulateur de vitesse n’est pas constant. Dacia nous informe qu’une mise à jour doit être faite sur notre véhicule de pré-série. Mais si vous prenez l’autoroute occasionnellement, la situation sera alors acceptable, le confort de roulement est lui bien présent.

Est-ce qu’on pourrait mieux se conduire ?

Arrivés à destination sur la côte d’Opale, nous retrouvons le plaisir de rouler évoqué plus haut. Le relief entre Boulogne-sur-Mer et Calais nous permet de nous amuser un peu. On profite du bon maintien des sièges, et de la bonne tenue de route. On peut négocier les virages comme des hommes, pas des sauvages. Laissons les chauffards foncer aux arbres, le Dacia Duster se conduit tranquille. Il ne brusque pas, même quand on le brusque. Pourtant, il semble parfois hésitant à bas régime en mode GPL. Un défaut qui serait spécifique aux versions de pré-série. Là encore…

Mais le paysage est trop tentant, nous sortons de la route pour rouler à travers champs. La garde au sol nous aide bien sur une parcelle de blé fraichement coupé. Le Dacia Duster est joueur, et nous avec. Sur ce type de terrain, on roule à notre allure, pas trop vite pour profiter de la glisse. Et c’est fun. Comme il y a peu d’aides à la conduite, nous n’avons pas besoin de les débrancher pour nous amuser. Un vrai SUV en somme.

Sans plomb dans les ailes

Passer du mode GPL au mode Essence se fait par un bouton à gauche du volant. En plus d’être très accessible, le changement se fait sans à coup. Il est juste dommage que le niveau du réservoir se fasse aussi par ce bouton via des diodes, la main gauche posée sur le volant nous les masque complètement. Vivement une mise à jour comme la nouvelle Dacia Sandero avec report de l’information sur l’ordinateur de bord. Nous avons donc sorti la calculette pour vous faire un bilan des consommations, à l’ancienne.

En mode Essence, nous avons parcouru 430 km, dont 80 % sur autoroute. La consommation du Dacia Duster s’est alors élevée à 9,41 l/100 km. En mode GPL, nous avons dissocié nos deux parcours. Sur autoroute, nous avons roulé 242 km, nous avons consommé 11,09 l. Soit de 20 % de plus qu’en essence (lire l’interview de Loïc Bouttier). Par contre, en usage mixte ville/route, la consommation est descendue à 9,3 l/100 km. Avec 34 litres de réservoir, l’autonomie GPL s’élève à 365 km. Grandement suffisant pour la semaine. Mais la surconsommation est largement compensée par le prix moyen du GPL. À 0,86 €/L (semaine du 21 septembre), le plein de GPL revient à moins de 30 €. De quoi ressortir de la station-service avec le sourire !

Et qu’on respire

À l’heure du bilan, que retenir du Dacia Duster Eco-G ? Sa simplicité en fait sa principale qualité. Et en version Eco-G, l’expérience au quotidien s’en trouve grandie. Car en plus de coûter le même prix que la version essence, le coût à la pompe est largement inférieur. De quoi mettre KO le Diesel proposé 1 600 € plus cher. Ne chercher pas de concurrent, l’offre GPL n’existe pas à ce prix dans ce gabarit. Et à l’heure où de nouvelles versions du malus se préparent, savoir que cette version émet moins de CO2 est bienvenu, et ça permet, comme dirait Zazie, Que la terre souffle un peu et qu’on respire, Oui qu’on respire.

Article : Guillaume AGEZ

Clichés : Romuald Terranova, Romain Bresadola & Guillaume AGEZ

Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas reconnue, les zones de textes en italique sont des extraits de la chanson de Zazie : L’Essenciel :

Quelques clichés en plus :