Le Nouvel Automobiliste
Suzuki Wagon R

Suzuki Wagon R : 30 ans d’R neuf !

Cet article sur la saga du Suzuki Wagon R est le septième d’une série sur l’automobile au Japon. Nous vous donnons rendez-vous deux fois par mois pour découvrir une nouvelle facette du pays avec nous.

Vous avez peut-être été surpris de découvrir notre essai du Suzuki Wagon R il y a 2 semaines. En effet, même si le Suzuki Wagon R+ est absent des concessions européennes depuis 15 ans, il a continué sa carrière au Japon, mais aussi en Inde. Il n’a d’ailleurs pas été que Suzuki ou Maruti (la branche indienne de Suzuki qu’il détient à 56,21%), nous avons connu des dérivés la marque Opel/Vauxhall eu Europe, mais aussi Chevrolet ou encore Mazda. On ne va pas en faire toute une histoire, mais tout de même, voici un résumé de l’histoire de la Suzuki Wagon R.

Suzuki Wagon R Couverture

Suzuki Wagon R : prendre de la hauteur

Vous l’avez découvert dans notre article sur l’histoire des Kei Car, 1990 a été une année clé dans les évolutions de cette catégorie. La longueur autorisée est passée à 330 cm (+10 cm) et la cylindrée à 660 cm³ (+110). La limite de hauteur n’a pas évolué, toujours limitées à 200 cm. Cependant, la catégorie était jusque-là divisée entre les « berlines » basses et les utilitaires plus hauts. Suzuki a donc pensé qu’il était temps de créer un nouveau segment et a imaginé un modèle plus haut : le Suzuki Wagon R présenté en septembre 1993, il y a 30 ans. C’est un peu le monospace des Kei Cars !

Mais pourquoi ce nom ? Tout simplement car c’est un break Révolutionnaire, d’où Wagon R ! Si le châssis est dérivé de la berline Cervo de 1990, son plancher a été doublé de 8 cm, et la hauteur est passé de 137 cm à 164 cm (hors barres de toit). Autre particularité de ce premier modèle : le nombre de portes. Il y en a 2 côté passagers, une à l’arrière faisant office de hayon, et une seule côté conducteur. C’est une mode qui privilégie la sortie des enfants côté trottoir (les Japonais roulent à gauche pour mémoire). Mais en 1996, une carrosserie plus classique à 5 portes sera proposée, avec l’arrivée d’un moteur turbo. Et pour le rendre moins classique, nombre de préparateurs ont créé des kits de carrosserie, plus ou moins intégré à la gamme, comme ce Suzuki Wagon R Column :

Suzuki Wagon R : succès surprise 

Mazda AZ Wagon 1993

Avoir une porte en moins au début de sa carrière ne l’a pas empêché d’être élu voiture de l’année en 1994 au Japon, une première pour une Kei Car. Avoir une porte en moins ne l’a pas empêché d’avoir du succès, les 4000 exemplaires par mois prévu par Suzuki fut rapidement insuffisant, le Suzuki Wagon R sera construit à 900 000 exemplaires sur cette génération (soit plus de 14 700 exemplaires par mois). Revenons en 1994, du fait des accords avec Mazda, le Autozam AZ Wagon est commercialisé au Japon.  

En 1997, un autre dérivé apparait et s’affranchit des codes des Kei Car : la Suzuki Wagon R Wide. Le moteur passe à 1 000 cm³, et les dimensions passe à 341 cm en longueur (+11 cm) et 157,5 cm de large (+17,5 cm). Il s’agit bien sûr de la version export que nous avons connu en France dès 1998, où le Wide (large) a été remplacé par un ‘’+’’. Nous avons connu en France le Suzuki Wagon R+ en 2 motorisations : 1 000 cm³ de 65 ch et 1 200 cm³ de 69 ch, en 2 ou 4 roues motrices. Il sera proposé dans certains pays d’Amérique du Sud en tant que Chevrolet Wagon R avec une fabrication en Colombie.

Suzuki Wagon R+, parenthèse Européenne et +

Le Suzuki Wagon R+ n’aura été commercialisé que 2 ans chez nous. Son concept de petite voiture habitable a donné des idées à son partenaires General Motors, qui y a vu une bonne idée à développer en Europe, pays qui voit la part du monospace exploser à l’époque. Il y aura donc eux modèles en Europe sur la même base : l’Opel Agila et le Suzuki Wagon R+ La recette est la même que la première génération, avec un gabarit un peu supérieur : 354 cm x 162 cm. La hauteur reste inchangée à 170 cm avec les barres de toits. 

L’offre moteur est élargie et propose une puissance de 53 à 94 ch, essence ou diesel, et toujours en 2 ou 4 roues motrices. La Suzuki Wagon R+ est assemblé en Hongrie, alors que l’Opel Agila est assemblée en Pologne. Sa carrière s’arrête en 2008 : ce sera le Suzuki Splash qui prendra le relai (jumeau de l’Opel Agila de seconde génération).

+ pour l’Europe, mais aussi au Japon !

« Notre » Suzuki Wagon R+ de seconde génération sera tout de même commercialisé au Japon dès 1999, avec le même nom qui évoluera en Suzuki Wagon R Solio fin 2000. La planche de bord évolue en 2002 avec une évolution de la face avant. En 2005, le modèle subit un nouveau restylage, et son appellation évolue à nouveau pour ne garder que l’appellation Suzuki Solio. Sa carrière s’arrête en 2010 pour une seconde génération désormais techniquement et stylistiquement indépendant de la gamme Suzuki Wagon R, qui n’a rien en commun avec la Suzuki Splash commercialisé en Europe.

Cette génération a aussi connu un dérivé chez Mazda, en tant AZ-Wagon, mais surtout chez Chevrolet, en tant que Chevrolet MW au Japon. La majorité des pièces est commune, la face avant est spécifique et la présentation générale plus sportive. Ce dérivé Chevrolet ne sera proposé que sur cette génération au Japon.

Suzuki Wagon R seconde génération, japonais avant tout ?

Alors que la première génération arrive en Europe en 1998, c’est aussi l’arrivée de la seconde génération au Japon le 7 octobre. Son style devient un peu plus rond, à l’image du Suzuki Wagon R+ qui arrivera en 2000 en France. Ses dimensions évoluent cependant pour coller à la mise à jour des normes (+10 cm en longueur, +7,5 cm en largeur). Le Suzuki Wagon R conserve la particularité d’avoir 2 carrosseries : 5 portes mais aussi l’asymétrique version 4 portes. 

En 1999, le 1 000 000e exemplaire commercialisé au Japon sort le 21 avril, Suzuki en profite pour commercialiser une série spéciale limité à 1 000 exemplaires. L’an 2000 est une année clé pour le modèle. La production dépasse pour le première fois les 30 000 unités produit en un mois en mars.  C’est aussi le lancement du modèle en Inde, le Maruti Suzuki Wagon R avec un moteur de cylindré de 1 100 cm³, nous y reviendrons plus tard. C’est également l’année où le modèle asymétrique à 4 portes termine sa carrière. En 2003, c’est déjà la fin pour cette génération, après 1 060 000 exemplaires produit.

R comme Renaissance Chinoise

En 2004, surprise : le Suzuki Wagon R+ de première génération réapparait sur le marché Chinois sous le nom de Changhe Beidouxing (groupe BAIC). La ligne est reprise avec quelques adaptations (calandre, feux effet cristal à l’arrière). Le moteur passe quant à lui à 1 400 cm³ Son style évolue plus fortement en devenant Suzuki Beidouxing E+ en 2010 où la face avant est tranformé et allongée. Ensuite, la gamme est complétée avec Changhe Beidouxing X5, qui allonge le porte à faux arrière en 2012, avec des feux qui passent à la verticale au niveau des vitres. Il aura même une version utilitaire et électrique. 

Pourtant, une seconde génération de Changhe Beidouxing est présentée en 2019, où il change totalement de look et se détache du style originel du Suzuki Wagon R. Cependant, cette génération n’a pas signifié l’arrêt des Suzuki Beidouxing E+ et Changhe Beidouxing X5 qui sont toujours proposés.

Suzuki Wagon R, changement dans la continuité !

La 3e génération renoue avec un style un peu plus carré, mais aussi un peu plus classique. Cette génération est présentée fin 2003, et évoluera légèrement en 2005 avec une nouvelle calandre. En 2007, une nouvelle variante apparait : la Suzuki Wagon R Stingray. Cette version présente une face avant totalement différente, avec une calandre donnant l’impression d’avoir un phare unique (façon Mercury Sable, ou Honda Civic du 8egénération). Cette génération sera commercialisée 5 ans, avec 1 090 000 exemplaires produits.

La 4e génération de Suzuki Wagon R est présentée fin 2008, avec une ligne plus élancée, sui abandonne sa vitre de custode. Ce détail change son profil particulier mais permet aussi d’agrandir la porte arrière et améliorer l’accessibilité. Son dérivée Suzuki Wagon R Stingray est conservée. Cette génération sera commercialisée 4 ans, et aura un peu moins de succès, sa production sera de 740 000 exemplaires. 

La 5e génération prend le relai en 2012, avec un style plus conventionnel. C’est aussi l’apparition d’une motorisation hydride. Si l’accord avec Mazda est maintenu, le modèle change d’appellation pour Mazda Flair. Le style des deux modèles évoluera en 2014 pour retrouver des phares carrés. Le dérivé Stingray évoluera moins côté style en conservant l’horizontalité de l’ensemble phares / calandre. Las, le public semble se lasser, seuls 456 000 exemplaires seront produits en 4,5 ans. 

Voici quelques images des dérivés Mazda sur ces 4 dernières générations :

Suzuki Wagon R, Retour aux Racines

En 2017, le Suzuki Wagon R de 6e génération est présenté. Son style retrouve des gimmicks de la première génération : retour au profil à 3 vitres, la face avant est plus verticale et les feux redescendent vers le parechoc. Un aileron de requin façon DS3 apparait sur le montant B. Cette génération accueille un nouveau venu : le Suzuki Wagon R Custom Z, au style plus sportif. Quant au Suzuki Wagon R Stingray, il abandonne les phares horizontaux pour des phares verticaux, qui rappelle le style Cadillac. 

Pour en savoir plus sur cette génération, vous pouvez retrouver les détails ici dans notre article consacré à toutes les Kei Cars du marché nippon, et également dans notre essai paru il y a 2 semaines.

Essai Suzuki Wagon R

Cette génération du Suzuki Wagon R accueille un nouveau dérivé : le Suzuki Wagon R Smile, à la carrosserie totalement différente. 

Maruti Suzuki Wagon R, indien vaut mieux que …

Comme annoncé un peu plus haut, Suzuki a pris la décision de lancer le Maruti Suzuki Wagon R en Inde. Il est alors très proche de la version Européenne Suzuki Wagon R+. Si le style est similaire, son châssis est adapté aux routes locales et il n’est équipé d’une seule motorisation. Son style évoluera par deux fois, pour peu à peu s’éloigner du style initial.

En 2010, le Maruti Suzuki Wagon R est remplacé par une toute nouvelle génération. Il s’affranchit un peu plus du style original : la face avant est plus longue et le 3e vitre latérale disparait également. En 2013, le style évolue déjà et sera suivi en 2014 d’une version Stingray, qui s’inspire du style japonais avec une calandre translucide qui rejoint les phares.

L’Asie du Sud-est sous la charme du Wagon R

En 2013, Suzuki Karinum annonce la production indonésienne du Wagon R, dérivée de la seconde génération du Maruti Suzuki Wagon R Indien. Le dérivé Stingray le rejoindra l’année suivante. Une version utilitaire tôlée complète également la gamme. L’usine indonésienne fournit en plus les pièces au Pakistan qui commercialise le Pak Suzuki Wagon R à partir de 2014. Il est toujours commercialisé alors que la version Indonésienne s’est arrêtée en 2021.

Retour en Inde en 2019, une troisième génération de Maruti Suzuki Wagon R est présentée en janvier. Il grandi à nouveau pour atteindre 366 cm de long pour 162 cm de large. Si la hauteur est proche de autres générations (167 cm), son style prend encore plus d’indépendance : feux verticaux, avec une bande plastique qui le relie au vitrage de la porte, face avant adoucie… il propose désormais 2 puissances : 68 et 82 ch. L’année 2022 a été une année record pour le Maruti Suzuki Wagon R avec plus de 215 000 exemplaires produits.