Le Nouvel Automobiliste
Nouvelle Fiat 500e 2020 électrique

On a découvert la nouvelle Fiat 500e 2020

Crise du coronavirus oblige, Fiat n’a pas pu dévoiler sa troisième génération de 500 au salon de Genève. Qu’à cela ne tienne : la marque italienne a installé des « casa 500 » à Marseille, Lyon et au Chesnay. L’occasion d’appréhender de visu la nouvelle Fiat 500e, 100% électrique.

Nouvelle Fiat 500e 2020 électrique

Des boutiques spéciales pour découvrir la nouvelle Fiat 500e 2020

Peu à peu, les constructeurs automobiles délaissent les salons internationaux. Le Covid-19 finira sans doute de confirmer la tendance, comme en atteste l’annulation du salon de Genève 2021. Certaines marques y voient l’opportunité de créer des évènements spécifiques pour révéler leurs nouveaux modèles, et c’est notamment le cas de Fiat qui lance les « casa 500 ». En France, trois boutiques spéciales ont vu le jour début juillet à Marseille, Lyon et au Chesnay près de Paris.

C’est justement au Chesnay, dans le centre commercial Westfield Parly 2, que nous avons découvert la nouvelle Fiat 500e 2020. Celle-ci dispose d’un espace de 150 m2 au niveau 1, près de la porte Concorde. Elle y est présentée dans un coloris Vert Océan, qui fait partie des trois couleurs proposées sur l’édition de lancement « La Prima ».

Design, habitacle : nos impressions concernant la nouvelle Fiat 500e 2020

Sans doute que l’exercice était difficile pour les designers transalpins, qui avaient la lourde tâche de renouveler une voiture qui doit en grande partie (qui a dit en totalité ?) son succès à sa plastique. Et pourtant, lorsque l’on se retrouve nez à nez avec la nouvelle 500, le charme opère. Si la ressemblance avec l’ancienne génération est évidente, les phares full-Led ou les poignées de portes dissimulées viennent apporter la touche de modernité qui lui manquait. La Fiat 500 paraît encore plus « précieuse » qu’auparavant. D’ailleurs, elle n’arbore plus de logo « Fiat » à l’avant, mais uniquement un logo « 500 ». A l’arrière, « Fiat » est écrit en toutes lettres.

A l’intérieur, le logo « 500 » figure sur le volant tandis que le logo « Fiat » se retrouve sur la sellerie des sièges (tout du moins dans cette version « La Prima »). Le design de la planche de bord a était profondément revu bien qu’il garde ses rondeurs. L’habitacle, dans sa globalité, présente bien : l’écran central tactile de 10,25 pouces et l’instrumentation digitale intègrent la nouvelle Fiat 500e 2020 à son époque. Par ailleurs, les assemblages nous ont paru plutôt bons. En fait, la 500 reste fidèle à elle-même, en arborant une présentation léchée mais une habitabilité limitée et ce, malgré l’augmentation de ses mensurations (3,63 m, soit + 6 cm).

Nouvelle Fiat 500e 2020 : elle est électrique !

Eh oui : la nouvelle Fiat 500 tire une croix sur les moteurs thermiques. Ce choix pourra en contrarier certains car il aura une incidence, nous le verrons, sur le prix d’achat. Néanmoins, au regard des velléités citadines de la voiture et des décisions et objectifs que semblent se fixer les pays européens (rappelons que la France a pour ambition d’interdire la vente des véhicules thermiques à partir de 2040), il semble raisonné. La Fiat 500e avance à ce titre une autonomie (honorable) de 320 km en cycle WLTP grâce à son pack batteries de 42 kWh (soit près du double que la Renault Twingo Z.E. – 22 kWh) et « accepte » la recharge haute puissance jusqu’à 85 kW. A noter toutefois qu’en France, la plupart des points de recharge ouverts au public délivrent entre 14 et 22 kW selon le dernier baromètre de l’Avere-France qui rappelle, au passage, que 90% des recharges se font à domicile ou sur le lieu de travail.

Le bloc électrique délivre 118 ch et autoriserait un 0 à 100 km/h en 9,1 secondes, ce qui devrait promettre une belle vélocité à la nouvelle puce italienne. Et le prix, dans tout cela ? 34 900 euros pour la version de lancement suréquipée « La Prima ». Le tarif peut grimper à 37 900 euros si vous la choisissez, comme sur nos photos, en cabriolet. C’est relativement cher, mais il convient d’apporter deux précisions : tout d’abord, les versions d’entrée de gamme, pas encore dévoilées, devraient faire passer le prix sous la barre des 30 000 euros. Ensuite, le bonus gouvernemental est actuellement fixé à 7 000 euros, auquel peuvent s’ajouter des aides régionales et une prime à la conversion de 5 000 euros en échange d’un modèle diesel immatriculé pour la première fois avant 2011, ou essence avant 2006. De quoi décider les acheteurs ? Nous le verrons dans les prochains mois.