Le Nouvel Automobiliste
Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (21)

Essai Skoda Kamiq 1.0 TSi 116 Style : stratégie Kamiqaze ?

Il y a un peu plus de 50 ans sortait le premier SUV de Škoda, le Trekka. Avec une bouille de petit Land Rover Defender, ce dernier a été produit entre 1966 et 1972 à environ 3 000 exemplaires. Depuis 2017, la marque de Mlada Boleslav poursuit la lignée avec la sortie du Kodiaq, grand SUV d’un gabarit équivalent aux Peugeot 5008 ou Tiguan Allspace, rejoint l’an dernier par le Karoq, concurrent direct des Peugeot 3008 ou Kia Sportage. Depuis fin 2019, la marque complète son offre avec le Škoda Kamiq, nouveau venu sur le segment très concurrentiel des SUV urbains autrement appelés crossover. La légitimité de Škoda sur le segment des SUV est-elle doublée d’une différentiation suffisante ou les efforts des tchèques sur un segment saturé sont-ils vains ?

Škoda Kamiq : Un design typiquement Škoda pour se différencier

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (28)

D’un gabarit intermédiaire (4,24 m) face aux Renault Captur et Peugeot 2008, longs respectivement de 4,20 et 4,30 m, le Škoda Kamiq a fort à faire pour se créer une place au soleil.

Esthétiquement, le petit nouveau ne peut renier sa filiation avec ses grands frères Kodiaq et Karoq, en reprenant sur la face avant les optiques à double étage à LED dès le premier niveau de finition (feux de jour, de position, de croisement et de route). Les feux arrière se dotent également de cette technologie pour les feux de stop et de position. 

Pour renforcer l’esprit « baroudeur citadin », des sabots avant /arrière (noir mat ou gris platine selon la finition) ainsi que des barres de toit du même coloris sont de la partie. Le reste de la ligne s’inspire quant à elle du dessin inauguré récemment par la compacte de la gamme, la Scala

Le Škoda Kamiq a le sens de la famille

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (37)

L’intérieur du Kamiq se calque également sur celui de la sœur Scala. Le haut de la planche et des contre portes avant bénéficient d’un revêtement souple agréable au toucher. Les parties basses se contentent, elles, de matériaux durs. La présentation est dans l’air du temps et la qualité d’assemblage bonne. Il est cependant à regretter que des inserts reprenant le motif de la planche de bord n’aient pas été repris sur les poignées des contre-portes. Il est possible de choisir 7 couleurs d’insert pour le tableau de bord et 8 selleries différentes.

Les commandes tombent naturellement sous la main. Les grands gabarits seront gênés par le manque d’amplitude de réglages de la colonne de direction. Cela oblige à trouver un compromis sur la position idéale. De même, l’accoudoir sur la contre-porte est trop loin pour être utilisable. Dommage !

En haut de la console centrale, nous retrouvons un écran flottant allant de 6,5 pouces sur la finition Active à 9,2 pouces sur la finition haute, appelée Style. Le GPS 3D est alors de la partie, tout comme le Digital Cockpit, personnalisable avec 5 vues différentes. A noter que ces mêmes raffinements sont également disponibles sur la finition Business réservée aux professionnels et aux flottes. 

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (9)

Question connectivité, le Kamiq propose les ports USB et le Bluetooth dès la finition Active. Le second niveau baptisé Ambition ajoute le Smartlink+ avec un écran 8 pouces. Ce système permet de bénéficier de la connexion du smartphone sur le système d’info-divertissement du véhicule. Les finitions Business et Style profitent du nouvel assistant vocal de Škoda. Laura, c’est son nom, peut vous aider à vous diriger vers une destination spécifique, choisir votre musique… Néanmoins, ce système, aussi pratique qu’il soit, se montre parfois intrusif en se déclenchant sans aucune raison et s’invitant au milieu de la conversation des passagers…

Côté habitabilité, le Kamiq se veut tourné vers la famille en offrant la meilleure habitabilité en particulier aux places arrière. La longueur aux genoux est généreuse et la garde au toit appréciable. Les gabarits autour du mètre quatre-vingt y voyageront facilement. Les bagages y auront également leurs aises avec un volume de 400 litres. Banquette rabattue, le volume culmine à 1395 L, référence de la catégorie (T-Roc, 1290 L ; Captur : 1275 L).

Un SUV urbain, mais pas que !

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (31)

Sous le capot, trois motorisations essence sont disponibles avec les 1.0L TSI 95 ou 116 ch et le 1.5 TSI 150 ch. En Diesel, une seule proposition avec le 1.6 TDi 116. A noter que seuls les TSI 116 et 150 ainsi que le TDi peuvent bénéficier de la boîte automatique DSG7. Toutes les motorisations sont dans la zone neutre du bonus/malus.

La version choisie pour arpenter les routes alsaciennes est une finition Style mue par le 1,0 TSI 116 ch couplée à la bien connue boîte à double embrayage DSG7. Direction Gunsbach, situé à environ 130 kilomètres de notre point de départ !

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (18)

La première partie du trajet s’effectue sur autoroute. Il est à louer ici le remarquable travail d’insonorisation du véhicule. Les bruits mécaniques et de roulage sont bien maîtrisés et l’absence de bruits d’air, malgré la présence de rafales de vent, est appréciable. Cela nous a permis de voir que le véhicule est peu sensible au vent latéral.

Les sièges sont fermes, maintiennent correctement et se révèlent confortables. Les suspensions filtrent correctement les différentes aspérités de la chaussée. Cela s’est confirmé lors de la traversée de villages aux rues et ruelles pavées. Néanmoins, ces ruelles ont fait entendre quelques bruits de mobilier et ressentir quelques percussions sur les saignées transversales de la chaussée.

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (32)

Un bloc 1.0 TSi bien secondé par la boîte DSG7

La sortie d’autoroute se profile et voici le Kamiq à l’assaut des cols alsaciens. Avec seulement 116 ch pour notre petit 3-cylindres, nous aurions pu craindre un manque de souffle de la mécanique. Il n’en est rien. Le moteur ne peine jamais, bien secondé par la boîte DSG7. Cette dernière s’adapte facilement au profil de la route, ce qui permet d’enchaîner les lacets et autres épingles à cheveux en étant sur le rapport le plus adapté. Notre modèle d’essai était équipé du Driving Mode Select qui vous propose 4 modes de conduite (Eco, Normal, Sport ou Individual) ainsi que des palettes au volant.

Sur le plan dynamique, le comportement du Kamiq est sain et la direction douce. Elle donne suffisamment de ressenti sur l’adhérence du véhicule. Seule est à relever une légère tendance au sous-virage dans certaines épingles au revêtement légèrement dégradé. Les pneumatiques « Eco » de notre modèle d’essai n’y sont probablement pas étrangers. Le freinage n’est également jamais pris en défaut et offre un mordant suffisant en utilisation quotidienne.

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (20)

Les kilomètres passent sans fatigue au volant de notre compagnon de route du jour. Il est temps de s’arrêter à la maison du fromage de Gunsbach afin d’y prendre une collation avant la reprise de notre voyage.

La balade digestive nous amène jusqu’à Strasbourg par les nationales et l’autoroute. Les qualités d’insonorisation et de stabilité de la voiture sont confirmées. Le temps s’est dégradé et la pluie s’intensifie de même que les bourrasques de vent. Là où certains SUV auraient la bougeotte à chaque appel d’air, le Kamiq reste serein.

Lors de cette deuxième partie de trajet, la boîte abuse un peu trop du mode « roue libre » au lever de pied. Pour bénéficier d’un semblant de frein moteur, il est alors nécessaire de prendre le contrôle en utilisant les palettes au volant ou en utilisant le levier de vitesses via le mode manuel.

Le temps s’éclaircit et nous voyons poindre au loin le clocher de la cathédrale de Strasbourg… et ses embouteillages. Cela nous permet d’apprécier la douceur de la boîte DSG7 ainsi que l’absence d’à-coups de la mécanique. Entrés dans la capitale alsacienne et se faufiler dans les rues strasbourgeoises est un jeu d’enfant avec le Kamiq, la maniabilité étant évidente et la surface vitrée suffisamment importante pour avoir une vision périphérique correcte en toutes circonstances. En cas de nécessité, le Side Assist de série sur notre finition Style veille au grain dès 15 km/h. 

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (5)

Que vaut la boîte manuelle contre la boîte automatique ?

Nous changeons de monture mais si les moteur et finition restent les mêmes, nous troquons la boîte DSG7 et au châssis « normal » contre la boîte manuelle à 6 rapports ainsi que sur le châssis « sport ».

Nous quittons donc la ville de Strasbourg direction la Suisse par l’autoroute dans un premier temps puis par les routes sinueuses des vignobles alsaciens, dominées par les châteaux forts et les contreforts locaux. Le châssis sport met en avant un confort et une direction légèrement plus fermes, mais offre une pointe de dynamisme au comportement de notre Kamiq du jour.

La commande de boîte, douce, se révèle parfois accrocheuse lors des changements de rapports. Cependant l’ensemble moteur/boîte reste très agréable à utiliser. À savoir que la boîte manuelle « tire » plus long que la boite DSG7 et nous a permis de relever à l’ordinateur de bord une consommation de 6,1 L/100kms en moyenne, contre 6,3 L/100km pour la boîte auto.

Les équipements du Škoda Kamiq

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (13)

En version Style, qui chapeaute la gamme, le Kamiq de notre reçoit de série un équipement complet : les radars de stationnement avant (qui s’ajoutent à ceux de l’arrière) et la caméra de recul, le système d’ouverture et de démarrage sans clé, les rétroviseurs rabattables électriquement et électrochromatique côté conducteur (en plus du rétroviseur intérieur qui reçoit la même technologie), les inserts de bas de caisse gris platine, les projecteurs avant full LED avec clignotants à défilement, les jantes alliage 17’’, les vitres et la lunette arrière surteintées, l’entourage des vitres chromés, les rampes de pavillon argent, la navigation 3D sur écran tactile 9,2 pouces et le digital cockpit…

Un supplément d’équipement facturé 3 000 euros de plus que la version intermédiaire Ambition, soit un surcoût honnête compte-tenu de la dotation. Celle-ci peut toutefois être encore complétée par un vaste panel d’options… Skoda se germanise à tous points de vue !

Le Škoda Kamiq côté tarifs

Skoda Kamiq Cousse LNA 2019 (39)

La gamme du Škoda Kamiq débute à partir de 19 870 €.
Notre modèle essayé : Škoda Kamiq 1.0 TSi 116 ch DSG7 Style à 27 880 € hors options. Total, 30 390 € incluant les options :

  • Toit vitré panoramique à 680 €
  • Peinture métallisée à 990 €
  • Sièges avant chauffants et buses de lave-glace chauffantes à 230 €
  • Pack Simply Clever à 200 €
  • Régulateur de vitesse adaptatif à 410 €

Concurrence

Nous le disions en préambule, les concurrents sont légion parmi les SUV citadins. Le Kamiq n’apparaît pas vraiment bon marché dans cette version Style, bien au contraire ! Il faut cependant procéder à des ajustements d’équipements : le Peugeot 2008 demande plusieurs centaines d’euros pour arriver au même niveau d’équipements que la tchèque ; l’EcoSport quant à lui ne peut même pas suivre du fait de grosses lacunes technologiques -le Puma arrive au second semestre 2020.

  • Renault Captur TCe 130 ch EDC Intens à partir de 26 400 €
  • Peugeot 2008 1.2 PureTech 130 EAT8 Allure à partir de 27 100 €
  • Citroën C3 Aircross 1.2 PureTech 130 ch EAT6 Shine à partir de 24 750 €
  • Seat Arona 1.0 EcoTSi 115 ch DSG7 Excellence à partir de 24 650 €
  • Ford EcoSport 1.0 EcoBoost 125 ch BVA6 Titanium à partir de 24 650 €

A l’heure du bilan, le Kamiq montre une réelle polyvalence sur tout type de parcours. Bénéficiant d’équipements dernier cri, d’une offre moteur/boîte complète, d’un sens de la famille certain et de la philosophie « Simply Clever » made in Škoda (parapluie dans la porte chauffeur, grattoir dans la trappe à carburant…), le Kamiq dispose de sérieux atouts pour se faire une place sur ce segment concurrentiel des SUV urbains.

Galerie photos Škoda Kamiq