Le Nouvel Automobiliste
Toyota Celica

Toyota Celica Génération 3 (1981 – 1985) : elle met le turbo !

Toyota Celica
1982 Toyota Celica

Suite de notre série consacrée aux 50 ans de la Toyota Celica : place désormais à la troisième génération, lancée en 1981. Pour l’occasion, Toyota innove aussi bien sous le capot que côté équipements avec deux éléments qui équipent désormais la quasi-totalité des voitures aujourd’hui : un turbo et un système de navigation. Rien que ça ? Non, elle enlève aussi le haut ! Revue de détails.

Toyota Celica au futur antérieur : le premier système de navigation du marché

Toyota Celica

Pour cette troisième génération de Toyota Celica, le constructeur japonais modernise fortement le look de sa voiture, ou plutôt de ses voitures, car la Celica existe encore en Coupé et Liftback, ainsi qu’en Supra. Le style s’inscrit pleinement dans la veine wedge et anguleuse des années 80 et adopte un marqueur fort lors de son restylage en août 1983 : les projecteurs escamotables. Malheureusement aujourd’hui interdits par la réglementation, ces phares avaient un mérite particulier : celui d’avoir l’air cool !

Outre ses habituelles déclinaisons de carrosserie, cette génération de Celica va également enlever le haut. Ainsi, pour la première fois, un dérivé cabriolet est proposé au catalogue. Il s’agit d’une transformation réalisée aux Etats-Unis par ASC (American Sunroof Company) et intégrée au catalogue Toyota sur certains marchés.

A bord, une instrumentation digitale fait son apparition au catalogue des options avec cette troisième génération et côté look, on note quelques différences selon les marchés. En effet, outre les éléments liés aux aspects réglementaires (éclairage et sécurité), les versions américaines n’étaient pas pourvues des extracteurs d’airs sur les ailes arrière, contrairement aux versions vendues ailleurs dans le monde. Enfin, cette Celica s’est caractérisée par une innovation : le premier système de navigation du marché. Fonctionnant sans GPS, il utilisait la boussole et le kilométrage à parcourir pour guider le conducteur. C’était en 1981, bien avant que D.ieu ne nous donne Waze !

Une Celica en cache encore une autre !

Bien entendu, la Celica Supra (ou Celica XX) est également de la partie, contrairement à la Celica Camry, devenue Camry tout court depuis son émancipation. Cette seconde génération de Supra dispose de deux 6 cylindres en ligne : 2,0 l (atmo ou turbo) et 2,8 l. Seul le Japon a connu le petit 6 cylindres, les marchés export n’ayant bénéficié que des versions 2800 GT. Dans tous les cas, les puissances variaient en fonction des marchés mais les Supra offraient le choix entre une boîte mécanique 5 rapports et une BVA4.

La voiture mériterait un article dédié pour aller plus en profondeur sur ses caractéristiques devenues de plus en plus distinctes de celles de la Celica. Au Japon, on note aussi qu’un dérivé de la Celica Supra fait son apparition en 1981 avec une carrosserie coupé et un écran tactile pour commander l’ordinateur de bord et la clim ! C’est la naissance de la Toyota Soarer, distribuée par les Toyota Store, offrant ainsi un grand coupé sportif à ce réseau de distribution. Pour rappel, les Celica et Supra étaient distribuées par les Corolla Store.

La Celica élargit sa gamme et empoche d’autres victoires

La Toyota Celica de troisième génération (codée A60) développe sa gamme et propose de nombreuses versions. Au Japon, le client peut choisir parmi pas moins de 20 Celica différentes auxquelles s’ajoutent 7 versions de Celica Supra ! Les moteurs vont du 1,6 l au 2,4 l (le plus gros moteur alors jamais monté sur une Celica) et sont très nombreux en raison des années et différents marchés auxquels ils se destinent : on dénombre au total sur cette génération deux 1,6 l, quatre 1,8 l, deux 2,0 l et un 2,4 l. Quant au marché américain, il ne sera servi que par le bloc 2,4 l. Boîte manuelle 5 vitesses ou automatique à 4 rapports.

Cette génération innove aussi en étant la première Celica dotée d’un moteur Turbo : le 1.8 litre 3T-GTE. Celle-ci sort en septembre 1982 et se nomme la GT-T. Dotée d’un moteur 1,8 l turbo Twinspark, elle se caractérise par un différentiel à glissement limité et des sièges baquets tandis que le tableau de bord digital est optionnel. 200 exemplaires de la Celica GT-TS, plus extrême, sont produits afin de satisfaire à l’homologation Groupe B. La version Celica TCT Groupe B fait ses débuts en WRC au Rallye de Finlande en 1983. Alors que la voiture de série développait 180 ch, son pendant de rallye en sortait 320 ! C’est le début d’une grande épopée en rallye et la Celica TCT remporte à trois reprises consécutives le rallye Safari, en 1984 (Björn Waldegård), 1985 (Juha Kankkunen) et 1986 (de nouveau Waldegård).

Toyota Celica Rallye

Une longue lignée de victoires en rallye allait s’ouvrir à la Celica mais soyez sages, la suite est au quatrième épisode.

Retrouvez les autres épisodes de la saga Celica :

Sources : Toyota, Wikipedia

Merci à notre lecteur JR Le Roux pour ses précisions