Le Nouvel Automobiliste
24h du Mans 2024 village hydrogène Mission H24 ACO

Live 24h du Mans 2024 : le village hydrogène

Aux 24h du Mans 2024, les activités ne manquaient pas, en parallèle de la course qui bourdonnait dans les oreilles. Parmi ces activités, le village hydrogène, largement investi par Toyota.

24h du Mans 2024 village hydrogène

Beaucoup annonçaient l’hydrogène comme le carburant du futur : force est de reconnaître que, pour l’instant du moins, ce rôle semble dévolu aux véhicules électriques à batteries.

Il n’empêche que quelques constructeurs y croient encore, dont Toyota : venue en force, la marque japonaise exposait au Mans deux Mirai (l’une des seules voitures hydrogène aujourd’hui commercialisée), dont une aux couleurs des Jeux Olympiques (Toyota étant partenaire mobilité de l’événement). Plus originaux, nous pouvions également apercevoir un prototype d’Hilux à hydrogène ainsi que le désirable GR H2 Racing Concept.

L’hydrogène, le carburant du futur dans la compétition automobile ?

24h du Mans obligent, le village hydrogène mettait en avant des voitures de compétition, comme la très médiatique MissionH24, portée par l’Automobile Club de l’Ouest et H24 Project et soutenue par divers industriels de la filière (Symbio, Michelin, TotalEnergies…).

Encore à l’état de prototype, la MissionH24 est censée ouvrir la voie à une catégorie électrique – hydrogène dès 2027. Et ce n’était pas le seul “concept” présent sur place : Alpine, également investi dans l’hydrogène, montrait son Alpenglow. Doté d’un moteur thermique alimenté par de l’hydrogène, il sert aussi de laboratoire à Alpine, qui envisage de produire un modèle de série carburant à l’hydrogène d’ici la fin de la décennie.

24h du Mans 2024 village hydrogène Alpine Alpenglow

Aussi exposé, le projet Foenix H2 de Solution F. Parmi les présents aussi : Bosch Engineering et Ligier Automotive, avec un véhicule nommé Ligier GS2 RH2.

Hydrogène : pédagogie… et patience

Au-delà de montrer des véhicules, notamment sportifs, le village hydrogène avait bel et bien une mission pédagogique. Les équipes de France Hydrogène (la fédération réunissant et représentant les intérêts des acteurs de la filière) étaient présentes au Mans pour sensibiliser les visiteurs à cette technologie, aussi crainte que fantasmée.

Car oui, avant de voir, un jour peut-être, les véhicules à hydrogène envahir nos routes, les différentes entreprises du secteur doivent encore “débunker” la technologie. Passer entre autres, pour cela, par la course automobile, peut être un beau moyen d’y arriver.

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021