Le Nouvel Automobiliste
Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

Essai Toyota Yaris 100h GR Sport 5p. : la doyenne en baskets

Essai Toyota Yaris 100h GR Sport 5p. : la doyenne en baskets

La Yaris collection que nous vous présentions hier vous parait sympathique mais un peu trop sage ? Vous appréciez cette petite Toyota mais vous aimeriez bien qu’elle affiche un peu plus de caractère dans son look ? Vous êtes branché voiture sportive mais vous n’avez pas nécessairement besoin de l’ivresse, juste du flacon ? Pas de soucis, Toyota a pensé à vous et après avoir écoulé la totalité des stocks de sa radicale version GRMN a présenté au Mondial de Paris 2018 une déclinaison originale de sa Yaris 100h commercialisée depuis décembre dernier : la GR Sport. La doyenne chaussée de baskets a-t-elle ainsi plus d’arguments pour vous convaincre ? On les enfile et on vous répond.

Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

Un bon p’tit look

Il suffit parfois de peu de choses pour transformer la perception sur un véhicule. Une couleur, des jantes, un traitement spécifique à tel ou tel endroit et hop, vous voilà face à la même voiture mais pas tout à fait. Bon, n’exagérons rien, en adoptant cette finition GR Sport la Yaris reste une Yaris mais les petits détails de style pourtant simples et pas si nombreux suffisent à insuffler ce petit surplus de dynamisme à la citadine de Toyota.

Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

Reprenant les codes couleur de l’équipe Toyota Gazoo Racing engagée en WRC avec une… Yaris, la petite GR Sport se pare de blanc (beaucoup), de noir (un peu) et de rouge (une lichette). Si la finition est également disponible en Rouge Chilien ou en Gris Manhattan (peintures métallisées à 690 €) c’est cependant avec cette livrée blanche que les petites touches esthétiques ont été pensées et sont les plus convaincantes. La GR Sport joue ainsi sur le contraste du noir et du blanc. La calandre, le fond des optiques, l’insert habituellement chromé qui les prolonge, les entourages de phares additionnels, les rétroviseurs, les protections de bas de caisse, le toit, les vitres arrière surteintées et surtout les jantes de 17 pouces, tous traités en noir ou en noir laqué, viennent ainsi répondre au Blanc Pur de la carrosserie. Il ne reste plus pour parfaire l’ensemble qu’à positionner un peu de rouge sur la lame de spoiler avant, un fin liseré du même tonneau sur le bas de caisse arrière puis à apposer un petit logo GR sport et le tour est joué.

L’intérieur est également légèrement modifié. Ne cherchez pas de bicolore dans cet habitacle, ici c’est le noir, évocation du monde du sport auto, qui règne en maitre quasi-absolu. La seule touche de contraste provient des très beaux sièges sport en cuir et alcantara, dont les surpiqûres et quelques parements sont en blanc. Comme touche finale, ils reçoivent en plus un petit insert métallique GR Sport sur leur dossier. Outre les tapis de sol et les seuils de porte spécifiques, l’autre changement notable par rapport à une Yaris classique c’est le volant lui aussi voulu plus sportif. Siglé GR il est d’un diamètre réduit et provient directement de la Toyota GT86, un véhicule dont nous vous reparlerons très bientôt. Rien ne change en revanche côté instrumentation qu’on aurait bien vu adopter un fond blanc et un petit logo GR (qui apparait toutefois dans l’écran central au démarrage) histoire d’aller au bout du concept.

Presque uniquement un bon p’tit look

Bonne nouvelle, les modifications de la GR Sport ne sont pas seulement esthétiques. Les ingénieurs de Toyota ont ainsi fait le choix de s’attaquer à quelques éléments mécaniques de la Yaris dans le but de lui conférer un comportement routier un peu plus en adéquation avec son apparence. La GR Sport reprend ainsi à l’identique les amortisseurs Sachs de la version GRMN. Elle adopte aussi une barre anti-roulis pleine pour accroitre sa rigidité, abaisse sa garde au sol de 11 mm et chausse de belles baskets : des pneus Bridgestone Potenza RE50 205/45R17 identiques là encore à ceux de la Yaris GRMN. Un attirail qui devrait se sentir rapidement.

Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

Et c’est le cas. Dès les premiers mètres on perçoit des différences notables avec la Yaris Collection que nous venons de quitter. On apprécie immédiatement le petit volant à la jante épaisse beaucoup plus agréable à prendre en main et on constate que la direction est plus directe et plus ferme. De fermeté il est aussi question quant à la suspension qui, associée aux jantes 17 pouces, fait disparaitre la notion de confort de cette Yaris. Soudainement vous réalisez que la chaussée de votre avenue préférée est autrement plus dégradée que vous ne l’imaginiez. C’est dommage car si, indéniablement, le dynamisme et la tenue de route de la Yaris s’en trouvent très nettement améliorés, la dégradation du confort qui en résulte est probablement trop importante pour un véhicule dont la vocation urbaine ne sera pas remise en question.

Un élément compense heureusement au moins partiellement ceci : les sièges. Bien plus enveloppants que dans la version Collection ils vous maintiennent cette fois-ci parfaitement. Le conducteur perd au passage son accoudoir mais il y gagne vraiment en confort d’assise. Il est donc du coup nettement plus envisageable d’aller s’amuser avec la GR Sport sur les petites routes de campagne sur lesquelles elle tient la route, à tous les sens du terme. Sauf que si le comportement routier est transformé par les modifications techniques évoquées plus haut, ces dernières n’ont absolument pas concerné les parties motorisation et transmission.

Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

Les sensations sont donc sur ce point strictement les mêmes avec les aspects positifs (douceur de fonctionnement du système hybride, transmission automatique, consommation ultra mesurée en ville) et, hélas, avec aussi les aspects négatifs (bruit du moteur généré par la transmission e-CVT, consommation élevée sur route, performances très quelconques). Ils s’avèrent ici encore plus criants et mettent particulièrement en exergue le caractère hautement paradoxal de cette finition qui promet du sport, s’habille en sportive, est suspendue comme une sportive… mais n’a ni le cœur ni les poumons d’une sportive et ne procure donc pas beaucoup plus de plaisir au volant comme son apparence pouvait le suggérer.

P’tit look, p’tite rallonge

La Yaris GR Sport adopte une politique tarifaire quasi identique à celle de la version Collection en s’affichant à la base au même prix, soit 20 450 €, et avec la même remise de 2000 € actuelle pour célébrer les 20 ans de la Yaris en France. L’équipement est presque identique, la version GR Sport vous facturant néanmoins en plus la peinture métallisée (640 €), dont on a dit qu’elle n’est probablement pas indispensable pour profiter du look, et le Pack City Plus à 500 € (contre 400 pour le Pack City sur Collection).

Vous arrivez donc à un véhicule d’un peu moins de 21 000 € pratiquement tout équipé. Un tarif relativement élevé là encore mais on n’oubliera pas non plus la spécificité de la Yaris, sa motorisation hybride unique sur le segment.

Essai Toyota Yaris GR Sport Le nouvel Automobiliste

P’tite conclusion

Si vous cherchez une petite sportive polyvalente et que vous êtes sensible au plaisir de conduite et à la performance, passez votre chemin, cette Yaris GR-Sport ne vous conviendra pas. Si en revanche c’est l’efficience de l’hybride qui vous intéresse mais que vous souhaitez en profiter dans un emballage un peu moins passe-partout, quitte à sacrifier le confort, alors la doyenne avec ses baskets pourrait bien vous taper dans l’œil.

Crédit photos : Eddy P. pour Le Nouvel Automobiliste