Le Nouvel Automobiliste
Toyota Tacoma

Essai Toyota Tacoma : mon Tacoma est fantastique ! 

Une nouvelle fois, direction New York grâce à notre ami Le Driveur Ambulant pour essayer une voiture inconnue en Europe : le Toyota Tacoma TRD. Dans les années 80, TRD signifiait que vous aviez une Citroën diesel atmo en finition haut de gamme, de nos jours, il s’agit de l’acronyme de Toyota Racing Division. Accolé à un pick-up de « petit » format de ce côté-ci de l’Atlantique, ça donne un rival tout désigné au nouveau Ford Ranger Raptor sur le marché à la bannière étoilée. C’est parti pour l’essai, la parole est à Le Driveur Ambulant !

Ecouter cet article

Présentation du Toyota Tacoma TRD

Avec la version 2024 du Tacoma (la version 2023 reste quelques temps encore au catalogue comme de plus en plus souvent aux USA) Toyota frappe un grand coup dans la catégorie des trucks de taille moyenne, là où beaucoup ont échoué. Ils auraient même une place légitime en Europe. 

Surtout en finition TRD (Toyota Racing Division) et avec la couleur Solar Octane (orange fluo), le Tacoma affiche d’emblée la couleur du baroudeur pur et dur, prêt pour la Baja Race avec un look ravageur, taillé à la serpe ! Et tout y est : des poignées de maintien de camions, un levier de vitesses XXL, des caoutchoucs anti-dérapants dans tous les sens, le volant à monte large, le bouton rouge pour démarrer, des lignes acérées, des gros pneus tous terrains et jantes type rallye anthracite, un pot d’échappement énorme… le Tacoma ne rigole pas ! Et ce n’est pas que pour le show ! 

Essai Toyota Tacoma TRD : robuste mais pas rustre

Toyota Tacoma

Dès les premiers tours de roues, il est évident que le Tacoma 2024 enterre son prédécesseur et atteint l’âge de la majorité avec brio. Pour avoir essayé l’ensemble des pick-up du marché, je pense pouvoir dire que le Tacoma surpasse tous ses rivaux en termes d’agrément de conduite, tenue de route, précision de la direction, traction, freinage, confort général et douceur de l’ensemble boite-moteur avec un bon coup de boost qui va bien sur demande : wow !

Fini le mouvement de balancier et le côté rembourrage noyaux de pêches typiques de ses rivaux et auquel le grand frère Tundra dont il s’inspire largement n’échappe pas. Le côté péniche disparait pour laisser place à un contrôle parfait des mouvements de caisse et un encaissement remarquable des défauts de la route sans aucune vibration. Chapeau. Encore plus remarquable dans la jungle des parkings urbain…le dosage de l’accélérateur et du freinage est des plus précis en drive ou en reverse… et ça change la vie, en plus de préserver beaucoup de pare-chocs.

Toyota Tacoma

Et puis il y a de l’expérience dans l’ingénierie qui ne trompe pas : sur ces véhicules un peu hauts, il n’est pas inhabituel de se taper le genou en montant contre le tableau de bord, et s’en rappeler pour un bon bout de temps. Mais le Tacoma a pensé à tout : la boite à gants étant amortie au point de s’enfoncer de 2 cm en cas de coup involontaire… il y a de quoi sauver des mariages ou journées de travail avec ça ! 

Dans l’ensemble, la robustesse est palpable : les finitions, jointures, isolations, peintures, claquements de portes, épaisseurs des métaux, accastillage de la benne, insonorisation, coffre sous la banquette arrière, position de conduite, confort des sièges… Malgré des plastiques durs, qui sont de bonnes factures par ailleurs, la qualité de finition et d’assemblage est là et parmi les tous meilleurs pour ce modèle Made in Mexico. Un Mexique qui décidément devient un pôle d’excellence pour beaucoup de constructeurs en termes de qualité.

Et puis niveau 4×4, il n’y a aucun doute que le meilleur de Toyota est dans la boite ! La module de sélection 2H, 4H, 4L, blocage de différentiel, choix des modes normal /

Sport / Eco est une vraie “Game Boy” façon chronographe haut de gamme à vis apparentes, et inclut tout une série de modes spécifiques pour le tractage et autres (Tow Haul, MTS, DAC/Crawl !)… C’est certes peu utile à Manhattan mais ça fait partie de la promesse quand même ! Imperturbable sous la pluie et routes grasses, le Tacoma a tout du crapahuteur hors pair qui pense à tout. La banquette arrière se soulève 2/3 1/3 pour laisser la place à un coffre d’appoint bien pratique. 

Tout est parfait ?

Au niveau des petits défauts… la banquette arrière un peu droite et étroite vous assurera de ne pas vous endormir a l’approche des chantiers (les sièges avant étant excellents, malgré un réglage manuel qui semble me rappeler mon poids et demande à être ajusté tous les quelques jours), l’ouverture de la vitre arrière semble être en option (ok ça ne sert pas tous les jours mais quand même, c’est toujours plaisant à activer depuis le tableau de bord ce qu’on appelle le « California Mode »), le rayon de braquage est vraiment des plus limités (surprenant même), le mode 4×4 à basse vitesse rends les virages serrés en ville impossibles par des blocages de roues intempestifs (assez communs aux 4×4), et en général le mode 4×4 permanent durcit le train avant et la douceur de conduite…mais il n’y a pas photo, tous le font dans la catégorie et les qualités de cet engin plutôt long dépassent largement en ergonomie et qualité technique beaucoup de ses concurrents moins qualitatifs, dont le Jeep Gladiator beaucoup moins précis (même si plus stable que le Wrangler) et les mastodontes dont le grand Tundra ou le Nissan Titan qui semblent faits pour les lignes droites perpétuelles et sans obstacles. 

Toyota Tacoma TRD : l’heure du bilan

Toyota Tacoma

Le Toyota Tacoma a de quoi rivaliser avec le Ford Ranger américain. Enfin de quoi titiller sérieusement le Ford Ranger européen sur ses plates-bandes ? Alors bravo donc à Toyota et bienvenue au nouveau Tacoma qui allie le plaisir de conduite à la polyvalence des pickups. Retour aux sources “lifestyle” et à l’époque des 4×4 qui faisaient envie chez Toyota ! 

Mais au fait, combien coûte un Toyota Tacoma TRD aux USA ?

  • Tacoma SR : 31 500 $ (entrée de gamme)
  • Tacoma TRD Off-Road : 41 800 $ en BVM6 et 44 395 $ en BVA8 (2,4 l L4 turbo 4×4)

Principales concurrentes :

  • Ford Ranger Raptor : 55 470 $ (équipé du 3.0 l V6 EcoBoost)
  • Chevrolet Colorado ZR2 : 48 790 $ 4WD en BVA8
Toyota Tacoma volumes de vente USA
Toyota Tacoma parts de marché USA

Et puisque nous remettons le Tacoma dans son contexte, regardons de près le marché des « compact pick-up » aux USA en 2023 : oui, il y a comme une hégémonie du Tacoma dans ce segment avec près de la moitié des ventes assurées par Toyota ! Même le Ford Maverick, dans le segment inférieur ne parvient pas à de tels volumes (93 000 unités en 2023). Il faut toutefois pondérer le petit score du Ford Ranger américain en se rappelant du fait qu’il n’a été commercialisé qu’à partir du mois de juin 2023. Il devrait probablement doubler ses volumes de ventes en 2024.

Texte et photos : Le Driveur Ambulant pour Le Nouvel Automobiliste

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021