Le Nouvel Automobiliste
Essai Ford Focus Flexifuel Powershift

Essai Ford Focus Flexifuel Hybride automatique : triplement gagnant !

La Ford Focus Flexifuel Hybride offre une combinaison unique sur le marché et même au sein de la gamme Ford: elle est à la fois dotée d’une hybridation légère, compatible au superéthanol E85 et peut être équipée d’une boîte automatique Powershift à 7 rapports (le besteller Puma dispose du même ensemble mécanique mais uniquement en boîte manuelle). Il nous tardait donc de pouvoir essayer ce modèle, pour tester cette offre mécanique inédite, et nous faire une idée plus fidèle du restylage récent du modèle, faute d’avoir pu croiser cette nouvelle version qui peine à sortir des chaînes de montage. Notre attente a-t-elle été récompensée ? On vous répond après avoir passé le weekend de la Toussaint à bord de cette nouvelle Focus !

Design Ford Focus Flexifuel hybride : plus sérieuse, moins personnelle

Ford Focus Flexifuel Powershift Le Nouvel AUtomobiliste Thibaut Dumoulin 31

La précédente mouture de la Focus avait son petit style à elle, surtout en finition ST-Line. Cette dernière est maintenue au catalogue, tout comme la Titanium, qui fait office d’entrée de gamme mais offre une présentation plutôt chic avec du chrome par-ci par-là, et l’Active, au look baroudeur avec ses arches de roues en plastique et ses barres de toit. En revanche, exit la luxueuse version Vignale, qui arborait elle aussi un faciès distinctif.

Les versions au catalogue conservent donc leurs particularités, avec une calandre à motif nid d’abeille sur notre ST-Line X et des pare-chocs donnant du muscle à la voiture avec de larges ouvertures et ornements. La migration du logo vers le centre de la calandre allonge visuellement le capot. Un effet accentué par l’affinement des optiques avant, plus fines et horizontales. Leur nouvelle signature lumineuse en position basse semble elle aussi rabaisser visuellement le véhicule.

Avec ces quelques changements, ça vous change une silhouette, la nouvelle étant plus ramassée, moins rondouillarde. Les changements sont en revanche mineurs à l’arrière et se résument à l’adoption de feux désormais plus foncés et dotés d’une nouvelle signature lumineuse somme toute assez classique.

Ford Focus Flexifuel 2022 feu arrière LED

Bref, le changement se remarque, sans révolutionner le design de cette quatrième génération de Focus. On regrette en revanche que notre finition ST-Line ne fasse pas plus sportive que ça. La teinte gris Magnetic n’évoque de toute façon pas vraiment la sportivité et ne fait pas ressortir les lignes du modèle. Ford a peut-être voulu creuser l’écart avec la version ST, la vraie sportive de la gamme avec ses 280 ch.

A bord de la Ford Focus restylée : société écran

Ford Focus Flexifuel hybride intérieur

La grande nouveauté à bord de la Focus phase 2, c’est l’introduction du système multimédia SYNC 4, déjà présent dans la Mustang Mach-E et l’Explorer, mais cette fois-ci avec un écran à l’horizontale. Les photos de présentation presse laissaient penser à une véritable TV, mais en réalité la taille est plutôt raisonnable. Suffisamment pour impressionner comme il faut et offrir des informations bien visibles et une manipulation facile, mais pas trop pour ne pas distraire ni gêner la vision.

On note également le retour du levier de vitesse classique. La raison est simple : notre Focus est équipée de la boîte à double-embrayage PowerShift, ex-DTC7. La mollette était réservée à la boîte automatique classique à 8 vitesses, que l’on retrouvait encore dans la Focus restylée lorsque celle-ci était encore proposée en motorisation diesel (celle-ci recevant la BVA 8 vitesses… vous suivez ?).

Dommage dans un sens de retrouver ce levier, qui casse un peu le côté épuré du tableau de bord tout à l’horizontale et débarrassé de la plupart des boutons. Les finitions sont par ailleurs correctes et les décors propres à cette finition relativement sobres et discrets. Petite mention pour le revêtement doux et épais des vide-poches des portes, qui évite les bruits des objets contre le plastique !

Ford Focus Flexifuel hybride powershift sièges arrière

Les surpiqûres rouges apportent une touche de couleur, sur les contre portes, ainsi que sur les sièges. Ces derniers sont accueillants, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, où l’espace aux jambes est généreux. L’absence de vitres de custodes ne nuit pas trop la luminosité.

Ford Focus Flexifuel Hybride coffre

Côté coffre, tablez sur un volume de 392 litres en mode 5 places. Convenable, sans plus. Mais si le volume vous importe vraiment, il vous reste la possibilité d’opter pour la carrosserie SW, portant la contenance à 635 litres (normal au vu de la longueur totale du véhicule accrue de 28 cm)

Essai Ford Focus Flexifuel Hybride Powershift : éloge à l’auto-suffisance

Ford Focus EcoBoost Hybrid logo

Nous ne donnerons pas raison à ceux qui considèrent que l’hybridation légère ne sert à rien (c’est léger et pas cher, une solution à moindre coût et sans trop de modifications pour améliorer un peu la consommation). En revanche, on ressent la présence de cet équipement à la conduite, et pas forcément dans le bon sens du terme.

En mode normal, le frein moteur est assez prononcé, ce qui est déroutant au début. L’effet est moins sensible en mode éco, ce qui est surprenant. Toujours est-il qu’en mode normal, cela rend le freinage compliqué à doser et la conduite dans les bouchons plutôt pénible. Le redémarrage du moteur thermique s’en mêle, il est difficile de bien doser l’accélération et le freinage. Soit c’est trop brutal, soit ce n’est pas assez efficace. En mode Sport, on peut déplorer deux effets opposés : un temps de latence à bas régime et des moments d’accélération brutale qui ne peuvent que surprendre.

Il faut ajouter à ces désagréments une direction certes légère et précise quand on va bon train dans les virages, mais collante, qui donne l’impression de vouloir revenir au centre.

On apprécie toutefois le confort des sièges et le silence satisfaisant à bord. Le 3-cylindres ne donne pas trop de voix, du moins en mode Normal et Eco.

Le top du top, c’est le passage à la pompe et le calcul de la consommation. Premièrement, parce que malgré les rumeurs d’une surconsommation incroyable provoquée par l’utilisation du superéthanol, nous avons consommé en moyenne seulement 6,3 litres / 100km. Deuxièmement, et même si nous l’avons payé 0,81 et 0,88 euros par litre alors qu’on peut le trouver autour des 70 centimes voire moins, un trajet de 640 km nous a coûté, en tout et pour tout, 34 euros. On peut difficilement trouver de solution moins coûteuse de se déplacer !

A noter, le superéthanol contient, comme son nom l’indique, au maximum 85% de bioéthanol. Les 15% restants sont du sans-plomb, dont la proportion varie en fonction des saisons. Ce carburant est donc sujet aux hausses des prix de l’essence. mais puisque celle-ci augmente au moins dans les mêmes proportions, l’écart demeure et l’E85 est toujours plus intéressant financièrement que l’essence classique.

Quant aux rumeurs de nouvelle taxe, elles ne sont que rumeurs puisque basées sur une source du gouvernement qui ne fait référence à aucun projet concret mais à une piste de réflexion sur une éventuelle révision fiscale à long terme. Il va de soi que dans plusieurs années, quand une majorité de conducteurs sera passée à l’électrique, l’Etat cherchera sans doute à compenser le manque à gagner sur les taxes récoltées sur l’essence. Mais ce n’est pas demain la veille !

Equipement Ford Focus Flexifuel Hybride ST-Line : agrément et sécurité réunis

Jante Ford Focus ST-Line

Au vu des contraintes d’approvisionnement et la nécessaire rationalisation des gammes, le nombre de finitions de la Focus est limité et fait l’impasse sur une entrée de gamme dépouillée. On accède donc directement à la version Titanium X. La ST-Line représente le cœur de gamme, au même prix que la baroudeuse version Active, et également le gros des ventes de Focus en France.

L’équipement de série est donc assez généreux, avec la caméra de recul, l’aide au stationnement avant et arrière, le système d’entrée et de démarrage mains libres, le rétroviseur intérieur automatique jour/nuit, le chargeur à induction, les phares et feux à LED, les jantes alliage 17 pouces…

Côté sécurité, la Focus ST-Line reçoit le régulateur de vitesse avec limiteur de vitesse intelligent (il lit les panneaux et adapte la vitesse en conséquence), l’aide au maintien dans la voie, le freinage automatique post-collision pour éviter le sur-accident, ou encore le système de prévention de collision avec détection de piétons et cyclistes.

Cette alerte a fonctionné deux fois…quand il n’y avait pas besoin. Nous n’avons pas croisé la route de piéton distrait ou de cycliste imprudent (pléonasme ?) pour vérifier le bon fonctionnement du système. Tant mieux.

Notre véhicule était également doté d’équipements optionnels, notamment le Pack Aides à la Conduite. Celui-ci comprend les feux de route automatiques, suffisamment réactifs pour s’éviter des appels de phares des automobilistes arrivant en face. Il ajoute aussi au régulateur de vitesse la fonction Stop & Go, très utile dans le trafic. S’arrêter et repartir en fonction des mouvements de l’accordéon de véhicules qui précèdent sans rien toucher est un petit luxe en région parisienne (et ailleurs). Le pack comprend enfin l’alerte de véhicule dans l’angle mort, toujours appréciable, avec une fonction de freinage automatique si, VRAIMENT, vous insistez pour changer de voie alors qu’un véhicule vous double.

En bref, on voyage serein à bord de la Focus, et seule une pluie battante (que dis-je, une drache puisque nous étions alors dans le Nord) nous a contraints de repasser en mode 100% manuel, les caméras étant alors dépassées. Et on les comprend, on n’y voyait pas grand chose nous non-plus, derrière ce rideau gris et humide…

Prix Ford Focus Flexifuel Hybride Powershift : dans les clous, à moindre coût

Ford Focus à partir de 31 250 €
Modèle essayé : Ford Focus ST-Line Flexifuel Hybride 125 ch Powershift à 34 150 € hors options, soit 36 200 € incluant les options peinture métallisée Gris Magnetic, Pack Parking et Pack Aides à la conduite

Concurrence

La nouvelle Peugeot 308 propose une offre classique au niveau de prix de la Focus, avec le fameux moteur 1.2 PureTech de 130 ch comparable au 1.0 EcoBoost de 125 ch de Ford, avec une boîte automatique à 8 vitesses obligatoire (EAT8) mais sans hybridation ni compatibilité E85.
Côté espagnol, la concurrente Seat Leon n’est disponible en essence e-TSi (hybridation légère) qu’en 110 et 150 ch, les finitions les plus hautes étant réservées à cette dernière. Il vous coûtera 36 490 € dans une version haut de gamme et sportive FR. Enlevez 20 ch et ajoutez 2 000 € pour sa cousine la Volkswagen Golf ! Pour trouver plus abordable, on peut se tourner vers les coréens et notamment Hyundai avec sa compacte i30, proposée en 120 ch avec micro-hybridation, à 34 440 € en SW, hors options.

Bilan de l’essai Ford Focus Flexifuel Hybride

La Ford Focus cru 2022 est-elle plus jolie que la version avant-restylage ? On vous laisse juges, mais on vous conseille de vous faire votre avis face au véhicule plutôt que sur photo, le modèle étant plus à son avantage en chair et en os.

Les améliorations de l’habitacle sont-elles suffisantes ? On aurait tendance à dire oui. L’ergonomie est bonne, le système SYNC4 convainc par sa relative simplicité et la taille idéale de son écran, et la présentation est sobre et bien agencée à défaut d’en mettre plein les yeux.

L’association de l’hybridation légère + la compatibilité E85 + la boîte automatique Powershift est-elle idéale ? Si l’on regarde les consommations et que l’on rapporte au coût du carburant, oui. Si l’on considère l’agrément de conduite, c’est globalement bien mais le fonctionnement du système hybride mériterait à être plus discret et homogène dans son fonctionnement.

Pour le reste, on est bien dans une Ford, équilibrée et bien équipée. Et si son nouveau design ne déchaîne pas la passion pour cette Focus, la raison nous guide quant à elle tout simplement vers elle, avec un coût à l’usage imbattable, dans l’immédiat au vu du prix du carburant et dans tous les cas, quelles qu’en soient les variations de prix, comparativement aux carburants classiques qui se maintiennent à environ 1 € de plus au litre !

Album Photos Ford Focus Flexifuel Hybride

Crédit photos : Thibaut Dumoulin pour Le Nouvel Automobiliste

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021