Le Nouvel Automobiliste
Nissan Ariya 2020 électrique SUV

Voici le Nissan Ariya, avec 500 km d’autonomie

Nissan a été l’une des premières marques automobiles à miser sur l’électrique. C’était en 2011, avec la Leaf. Presque 10 ans plus tard, la firme japonaise présente l’Ariya : un SUV 100% électrique dont l’autonomie peut atteindre 500 km.

Nissan Ariya 2020 électrique SUV

Nissan Ariya : bienvenue dans une « nouvelle ère« 

Bien souvent, les communiqués de presse des constructeurs paraissent un peu pompeux. A propos de l’Ariya, Nissan va jusqu’à parler de « nouvelle ère« . L’est-ce réellement ? Nous vous laisserons juges. En tout cas, une chose est sûre : le Nissan Ariya fait très moderne.

Le design du Nissan Ariya apparaît bien plus lisse que celui du Juke, par exemple.

Cela commence par sa calandre intégrant un motif 3D baptisé « Kumiko » et un logo Nissan éclairé par 20 diodes. Les phares, ensuite, sont soulignés par des feux de jour à LED en forme de crosse qui devraient assurément faire leur effet dans la circulation. Enfin, et d’une manière générale, le design très « lisse » de ce Nissan Ariya ressemble à celui d’un concept-car. Avec une longueur de 4,60 mètres (pour 1,88 mètres de large et 1,66 mètres de haut), ce SUV électrique croisera sur sa route des modèles hybrides comme le Toyota RAV-4 ou le Peugeot 3008 Hybrid4, mais aussi 100% électriques : nous pouvons considérer le Kia e-Niro voire le BMW iX3 et, plus sûrement, le futur Volkswagen ID.4. Comme lui d’ailleurs, le Nissan Ariya repose sur une nouvelle plate-forme qui sera dédiée aux futurs véhicules électriques de Nissan et de Renault. C’est sans doute cette nouvelle architecture qui permet à l’Ariya d’arborer des proportions si « spéciales ».

Le volume du coffre est de 468 dm3, ou 415 dm3 avec la transmission intégrale. L’absence de tunnel de transmission sera bénéfique à l’habitabilité des passagers arrière.

Le constat est le même à l’intérieur : le Nissan Ariya étonne par son côté épuré, assez différent de ce que l’on trouve dans les voitures thermiques. Si ce n’est peut-être pas suffisant pour parler de « nouvelle ère« , l’ère du digital est quoi qu’il en soit bien installée : avec deux écrans de 12,3 pouces et un assistant vocal, le SUV nippon offre un habitacle dépouillé à l’extrême. Il intègre même des commandes de climatisation à retour haptique (comprenez qui renvoient des vibrations).

Nissan Ariya : cinq configurations allant de 360 à 500 km d’autonomie

A son lancement prévu fin 2020, le Nissan Ariya offrira deux capacités de batteries : l’une de 65 kWh (dont 63 utilisables) et l’autre de 90 kWh (dont 87 utilisables). Les Ariya disposant de la batterie de 63 kWh développeront 218 ch pour 300 Nm de couple ou 279 ch (pour 560 Nm de couple) si vous optez pour la transmission intégrale nommée « e-4orce ». Les niveaux de puissances pour les Ariya dotés de la batterie de 87 kWh seront les suivants : 242 (deux roues motrices), 306 (transmission intégrale) et 394 ch (transmission intégrale). Les autonomies annoncées varient, selon les modèles, entre 340 et 500 km ; la « palme » revenant à l’Ariya 87 kWh deux roues motrices de 242 ch.

Avec de telles autonomies, Nissan montre que les véhicules électriques n’auront plus vocation, dans un avenir proche, à jouer les seconds rôles. Les ventes record de modèles électrifiés enregistrées en juin le prouvent. Il faut maintenant que l’infrastructure de recharge publique suive : à fin mai 2020, la France comptait près de 30 000 points de recharge selon le baromètre de l’Avere-France. Leur déploiement a été ralenti par la crise du Coronavirus : espérons qu’il reprenne rapidement, afin d’atteindre l’objectif du gouvernement des 100 000 bornes à fin 2021.