Le Nouvel Automobiliste
Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (23)

Essai Peugeot 3008 Hybrid4 : Le tournant de l’e-motion

Chez Peugeot, l’électrification se veut excitante, gratifiante pour le conducteur et vertueuse pour l’environnement. Des notions synthétisées dans le terme « e-motion » du slogan de la marque sochalienne et dans l’accroche « Unboring the future ». Comment faire pour rendre le futur palpitant et l’électrification désirable ? 300 ch et 4 roues motrices ! C’est ce que propose Peugeot avec le 3008 Hybrid4, un SUV hybride rechargeable aux dents longues…

En attendant le restylage…

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (36)

Le surnom du 3008 pourrait être « le roi lion ». Indétrônable depuis son introduction, séducteur de clients premium, référence en termes de dynamisme et de design. Pourtant, ce SUV commence doucement à vieillir et même si cela ne se voit pas de but en blanc, ses phares séparés d’un croc trahissent son appartenance stylistique à une aire révolue chez Peugeot. Las, le constructeur n’a pas profité des nouveautés techniques pour rafraîchir l’esthétique du 3008. Il ne le fera du moins pas tout de suite.

C’est donc un véhicule très familier que nous retrouvons sur les routes espagnoles. Bien campé sur ses roues, le Peugeot 3008 nous séduit toujours par son caractère affirmé. Face avant agressive mais pas dépourvue de sensualité, profil plongeant vers l’avant grâce à l’artifice du décrochage de la ligne de vitre, arrière massif arborant le bandeau noir orné des trois feux façon griffures. La recette fonctionne toujours et renvoie une impression de dynamisme, de raffinement et de modernité, dont le caractère baroudeur est souligné par les protections faisant le tour des bas de caisse et jupes.

Au chapitre des distinctions par rapport à un 3008 100% thermique, on relève simplement les badges « Hybrid4 » sur le hayon et les ailes avant, ainsi que la trappe supplémentaire pour le rechargement de la batterie électrique (du côté gauche, celle de droite étant dédiée au remplissage du réservoir à essence).

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (24)

Intérieur du Peugeot 3008 Hybrid4 : ça ne tourne pas rond !

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (56)

Dans l’habitable, c’est encore du pareil au même : seul le revêtement des sièges permet de savoir au premier coup d’œil que nous sommes dans une version Hybrid. Il s’agit ici d’un Alcantara de couleur gris Gréval, dans les tendances du design contemporain.

Le reste se passe sur les écrans, adaptés aux informations supplémentaires requises. Derrière le volant, le combiné numérique affiche toutes les données liées à l’électrification, tel que le mode sélectionné, le type d’énergie en cours d’utilisation (éco, power ou charge selon qu’on roule sur l’électrique, le thermique ou que la décélération ou le freinage recharge la batterie). Bémol, pour avoir un compte-tours, il faut aller le chercher dans les personnalisations de l’affichage en dehors des modes proposés d’office. Et celui dont on dispose alors n’est pas des plus satisfaisants puisqu’il semble s’inspirer du compteur à rouleau de la Citroën GS !

Pour le reste, on retrouve tout ce qui fait le succès du modèle, à savoir des sièges trouvant le bon compromis entre maintien et confort, un tableau de bord très joliment dessiné, orienté vers le conducteur, avec ses gâchettes type aviation et son écran tactile bien lisible. La qualité des matériaux est toujours dans les standards actuels, tout comme leur dessin. Quant à l’espace à bord, il permet de loger 5 occupants dans les 4,45 m de l’auto dans des conditions plus que décentes. Les bagages prennent place dans un coffre de 520 L, qui ne souffre pas de l’implantation de la batterie.

Essai du Peugeot 3008 Hybrid4 : Une référence électrisante

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (46)

Avant de partir sur les routes sinueuses de la côte espagnole, parlons technique. L’hybride rechargeable proposé par Peugeot consiste en un moteur thermique PureTech de 200 ch (180 ch pour les versions Hybrid à 2 roues motrices), épaulé par un moteur électrique de 80 kW à l’avant et, en version Hybrid4 uniquement, un second de la même puissance à l’arrière. L’énergie électrique est stockée dans une batterie Lithium-ion 240-400V.

Niveau performances annoncées, la puissance cumulée atteint 300 ch, le couple maximal 520 Nm et le 0 à 100 km/h est donné pour 5,9 s. Ce qui s’annonce pas mal pour un engin de 1 853 kg ! À titre de comparaison, avec un moteur électrique en moins, la version traction Hybrid s’allège de 92 kg… mais réduit aussi de fait son autonomie en tout électrique, annoncée à 40 km, contre 59 pour l’Hybrid4.

Mais étonnamment, le surpoids impliqué par l’électrification ne se ressent pas en prenant le volant du 3008 Hybrid. En le menant comme on mènerait un véhicule thermique ordinaire, les premiers tours de roues s’effectuent dans la plus grande normalité, donc en toute sérénité. En silence (parfois après que le moteur thermique ait bruyamment préchauffé), le SUV se meut de manière volontaire, sans latence et sans imposer d’à-coup au freinage. Nous retrouvons donc toutes les qualités dynamiques – et quelles qualités ! – d’un 3008 ordinaire, même pas entachées par le poids, avec un surcroit de confort acoustique.

Du moins en roulant normalement en mode Hybrid, ou en mode électrique. La fluidité de la boîte EAT-8, revue spécialement pour l’hybridation, contribue à l’agrément de conduite au long cours. Deux autres modes sont à disposition du conducteur : le mode Sport, et le mode 4WD. Le premier offre une nette différence dans la direction, beaucoup plus communicative, et dans la réactivité à l’accélération, qui se montre alors très franche. Le moteur monte plus haut dans les tours et donne par conséquent de la voix.
Le mode 4WD est quant à lui conçu pour les conditions exigeantes puisqu’il enclenche la transmission intégrale. Nous sommes d’ailleurs passés sur des terrains boueux en côte prononcée, sans rencontrer de souci de motricité.

Enfin, sur les petites routes montagneuses qui mènent à la digue de Stiges, nous avons apprécié le mode B, qui accroit le frein moteur et permet de ménager la pédale de frein tout en augmentant la régénération de la batterie.

Équipements Peugeot 3008 Hybrid4 : GT ou ne pas être

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (54)

Vous l’avez sans doute remarqué, la technologie d’hybridation rechargeable est souvent élitiste en plus d’être réservée à des modèles de gamme supérieure. La Peugeot 3008 Hybrid4 ne déroge pas à la règle puisqu’il n’est proposé qu’en finition GT (contrairement à la version 2 roues motrices disponible en finitions Allure et GT-Line).

Mais celle-ci a l’intérêt d’offrir un équipement de série relativement complet. En dehors d’une mesquinerie sur les sièges chauffants facturés en option, on trouve hayon mains libres, toit contrasté Black Diamond, barres de toit en aluminium et jantes 19 ». Ces équipements spécifiques à la version GT viennent compléter les phares Full-LED, l’accès et le démarrage mains libres ou encore le système multimédia Peugeot Connect avec navigation connectée 3D.

Côté assistances à la conduite, le 3008 reçoit le Pack City 1 pour des manœuvres plus faciles ainsi que le Pack Drive Assist Plus incluant le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Stop & Go.

Prix Peugeot 3008 Hybrid4 : au sommet…

Essai peugeot 3008 hybrid LNA Dumoulin (11)

Peugeot 3008 Hybrid4 à partir de 53 800 €.
Modèle essayé : Peugeot 3008 Hybrid4 GT à 57 480 € incluant 3 680 € d’options (Peinture blanc nacré, toit ouvrant panoramique, sièges chauffants, système audio Focal et Pack City 2).
À noter :
À finition équivalente (GT), la différence de prix entre une version Hybrid 2 roues motrices 225 ch et une version Hybrid4 300 ch s’élève à 5 550 €

Concurrence

Il n’y a pas encore foule sur le segment des SUV familiaux hybrides rechargeables généralistes. Le Toyota RAV4 PHEV fera son apparition au troisième trimestre de cette année. Quand au cousin de chez Citroën, le C5 Aircross, il n’est proposé en 2 roues motrices 225 ch (la même configuration que le Peugeot 3008 Hybrid « simple ») et arrivera au deuxième semestre 2020. Il faut donc se tourner vers le seul SUV hybride rechargeable du marché, ce qui le rend incontournable, le Mitsubishi Outlander. On peut également considérer le nouveau Ford Kuga hybride rechargeable, si on le met face à l’équivalent Peugeot 2 roues motrices.
Et puisqu’on est dans les SUV de 300 ch… autant regarder du côté du tout thermique, avec le Cupra Ateca ! Même en intégrant le malus de 5 100 €, il reste intéressant financièrement (et pas que !)


L’hybridation ne dénature en rien le Peugeot 3008. Peut-être même pas assez ! Car si la puissance offre un surcroit de nerf bien accepté par le châssis parfait et les différents modes sont convaincants, un peu de renouvellement ou de différences esthétiques aurait donné encore plus d’intérêt à cette nouvelle version et justifié son prix encore élitiste. Peugeot est bel et bien dans une logique de montée en gamme : conservatisme et tarifs ambitieux !