Le Nouvel Automobiliste

Quand la Citroën Ami part à la plage (photos + vidéo)

Jusqu’en septembre, Citroën s’installe sur quelques plages de France pour faire découvrir son nouvel « objet de mobilité », l’Ami. Cette caravane itinérante, partie du Touquet à la mi-juillet, était jusqu’à début août à Ouistreham en Normandie avant de partir sur la côte Atlantique. Alors, après notre essai de la version la plus dépouillée de la Citroën Ami sur le réseau d’autopartage Free2Move, nous vous proposons une nouvelle prise en main du quadricycle, cette fois dans sa version 100 % Citroën telle que vous pouvez la louer en Fnac ou l’acquérir, avec en prime le soleil, une plage et du ciel bleu.

Partir à la plage entre Ami(s)

Rendez-vous est donc pris avec la Normandie. Ce n’est pas un débarquement, la région en est pourtant coutumière, mais la petite flotte de 2 Ami intrigue à côté de l’office de tourisme de la plage de Riva Bella. Les lieux vous paraissent connus ? C’est normal, nous y sommes venus l’an passé pour la première édition de la Normandy Beach Race. Un container, où deux hôtes présentent et prêtent les voitures, permet d’identifier l’opération. Vous pouvez même y commander une Ami : déjà 7 ventes y ont été signées ! Au total, lors de notre passage le 2 août, 240 essais avaient été réalisés, dont un pic à 46 rondes le 1er août. N’importe qui, dès lors qu’il a plus de 14 ans, peut essayer le véhicule pendant une vingtaine de minutes comme nous allons pouvoir l’expérimenter.

Les Citroën Ami sous le soleil…

Par rapport aux Ami de Free2Move, les versions proposées à l’essai par Citroën sont dotées de quelques options qui les habillent et les rendent moins dépouillées. Il s’agit du kit de personnalisation « My Ami Orange », qui ajoute aux Ami de base (appelées « Ami Ami ») de la couleur avec des enjoliveurs, des « gélules de porte » (des autocollants sur les portières) ainsi que sur la custode arrière, et à l’intérieur quatre rangements devant la baie de pare-brise et des filets dans les portières. Ces kits, à 400 euros pièce, sont à assembler soi-même et dans 4 coloris : orange, bleu, kaki ou gris.

Mais pour qui aimerait aller plus loin, 2 packs sont aussi disponibles, mais que seuls des professionnels peuvent poser : My Ami Pop (à 900 euros et avec un aileron !) et My Ami Vibe (à 1360 euros et avec des barres de toit !), et surtout un masque entre les clignotants et des habillages pour les passages de roues.

Quoi qu’il en soit, si ces couleurs égaient l’Ami, il manque encore des équipements comme une pince pour maintenir un smartphone sur la console centrale, des haut-parleurs (rôle dévolu à une enceinte bluetooth optionnelle vendue 149 euros) ou encore un rétroviseur central. Mais ces petits rien l’habillent déjà et suffisent à éviter l’impression de dénuement que provoquent parfois les Free2Move.

…et sous les regards du public

On claque les portières (symétriques), on tourne la clé, et on enclenche le mode D du sélecteur : c’est parti ! Attention au silence, personne ne vous remarque et le très faible sifflement de l’Ami n’est pas aussi reconnaissable que les râles de Renault Zoé. Une fois n’est pas coutume, on prend la route… de la plage et des planches, au milieu des passants.

Des passants loin d’être apeurés et critiques : mieux, nombreux sont ceux à venir vous poser des questions. Vitesse, autonomie, prix, âge pour la conduire sont les principales questions. La prise de courant « 12 ampères » pour recharger rassure, tandis que la carrosserie en plastique gris et la portière « façon 2 CV » suscitent la curiosité ! Mais le plus fou, c’est que beaucoup reconnaissent déjà la voiture, à tout âge : imaginez notre surprise face à ce gamin d’à peine 10 ans nous dépasser en courant et nous lancer « dommage, je n’ai pas encore 14 ans pour conduire ! » On pensait la jeunesse rangée des voitures, loin des grandes villes ce n’est certainement pas le cas. Car c’est bien l’un des talents de la Citroën Ami que de se positionner à mi-chemin entre un vélo électrique ou un scooter, et une voiture conventionnelle. Certaines personnes s’interrogent sur l’absence de volet de coffre et la possibilité d’avoir 2 places supplémentaires moyennant une carrosserie plus longue.

Ami(go), vamos a la playa!

Avec sa taille de guêpe (2,41 m), l’Ami se faufile où elle veut mais on ne s’est tout de même pas risqué à l’entraîner dans le sable. Nous avons pu retrouver les qualités des modèles testés dans Paris, à savoir l’amortissement qui compense la dureté des sièges, la facilité de prise en main, ou encore l’espace à vivre. Les 7,20 m de diamètre de braquage sont presque aussi bons que les 6,80 m d’un Twizy, plus court de 9 cm. Les rangements laissent un peu dubitatifs par la finesse de leurs matériaux (et par le manque de sécurité à laisser ses affaires sous une baie vitrée, quand on connaît l’incivilité…). La structure visible étonne et obligera les plus grands à faire attention à leur tête. Même attention pour l’accessibilité très (trop ?) simple aux composants mécaniques (absence de passages de roues, bocal lave-glace quasi à portée de main, etc.) Puisse la nature humaine ne pas se montrer sous son mauvais jour…

Les accélérations pourraient être plus franches mais l’autonomie se maintenaient bien (5 km perdus pour une petite dizaine parcourus) tandis que le freinage n’est pas apparu des plus francs. Surprenant, vu la présence de disques à l’avant (tambours à l’arrière), et alors que le frein moteur traditionnel des électriques ne se fait vraiment sentir que sous les 20 km/h. Si les filets de portière sont appréciables, l’absence de pince pour smartphone dans notre modèle (peut-être retirée pour éviter les vols ?) se faisait sentir. Un détail côté plastiques enfin : ils sont grainés de la même façon que ceux des autres PSA (oui oui, on a remarqué ça !).

A la fin, l’agrément de conduite déconcertant des Ami de Free2Move se retrouve totalement dans ces versions équipées de kits « My Ami », et si le peu de style ne change rien sur la route, il suffit largement pour se démarquer des autres véhicules.

Direction la façade Atlantique

Normalement quand on part en vacances à la mer, c’est pour profiter du soleil, de la plage, des restaurants… De temps à autres les essais de voiture s’y ajoutent. Les constructeurs organisent ponctuellement des tournées des plages, et PSA n’en est pas à son coup d’essai, après quelques caravanes au milieu des années 2010. Pour tester l’Ami loin des centres-villes, Citroën a donc organisé une tournée estivale avec 6 destinations :

  • Le Touquet
  • Ouistreham
  • Biscarosse
  • Lacanau
  • La Rochelle
  • Et Saint-Martin en Ré.

Une trentaine de villes ont été démarchées par Citroën mais quelques-unes ont refusé le dispositif. D’autres se sont montrées enthousiastes comme Ouistreham où le maire est venu tester l’Ami dès le premier jour. Avant d’en commander pour les équipes municipales ? Cela permettrait en tout cas de lever le verrou du fameux « Permis B » sur les CV…

Pour celles et ceux que l’opération intéresse, l’Ami est encore essayable donc à Biscarosse (jusqu’au 12 août), Lacanau (jà partir du 15 août), La Rochelle (fin août – début septembre) puis Saint-Martin en Ré (jusqu’au 10 septembre). Une seconde caravane traverse la France par l’Est, passant notamment par Dijon et Beaune.

Le choix des villes côtières semble ne pas avoir été fait au hasard, et cible notamment des villes où les habitants des grandes villes sont en villégiature… et où, aussi, l’usage des voitures sans permis -VSP- pullule ! Pour peu qu’au-delà d’un certain âge vous ayez quelques kilomètres à faire chaque jour et nulle envie d’une voiture puissante, le « VSP », malgré un coût d’achat parfois élevé, n’effraie pas les clients. Reste à voir celui d’une Ami aussi bien dotée que celles de cette tournée des plages : si les « Ami Ami » les plus dépouillées (celles de Free2Move) sont à 19,99 euros/mois, en « My Ami Orange » et livraison chez vous elle passe à 24,60 €/mois (après 3941 euros de premier loyer, bonus écologique de 900 euros non déduit), et la livraison peut intervenir au plus tard le 2 novembre.

Côté clients, les premières livraisons d’Ami ont commencé, comme l’on peut le suivre sur deux groupes Facebook (ici et ). Et quant au Nouvel Automobiliste, nous vous donnons encore rendez-vous d’ici quelques jours pour d’autres découvertes avec la Citroën Ami !

Photos : Romuald Terranova et François Mortier