Le Nouvel Automobiliste
Audi A3 2020

Audi A3 2020 : plus nouvelle qu’il n’y paraît

Après les nouvelles Octavia, Leon et Golf, le quatuor de compactes du groupe Volkswagen est maintenant entièrement renouvelé, avec la présentation de l’Audi A3 2020. Le style s’inspire des récentes productions de la marque (notamment, de l’Audi e-Tron), et les technologies se mettent à jour pour contrer les dernières Mercedes Classe A et BMW Série 1.

Audi A3 2020

Audi A3 2020 : seulement en Sportback

Lancée en 1996, la première génération d’Audi A3 n’existait, au départ, qu’en 3 portes. Il a fallu attendre 1999 pour voir apparaître la version 5 portes, rebaptisée Sportback lors de son renouvellement en 2004. Et si le troisième et actuel opus offrait, il n’y a encore pas si longtemps, le choix entre 3 portes, Sportback, berline et Cabriolet, la nouvelle Audi A3 2020 révélée aujourd’hui se passe de version 3 portes et se passera, a priori, de déclinaison cabriolet. La berline (4 portes) sera présentée plus tard.

L’Audi A3 2020 se pare d’un bouclier au dessin agressif, et d’une calandre/Single Frame en nid d’abeille.

L’A3 Sportback gagne deux petits centimètres en longueur (pour atteindre 4,34 m) et trois en largeur (1,81 m). Si la silhouette générale change peu, le style, dans les détails, évolue davantage. A l’avant, les grands phares ressemblent à ceux de l’Audi e-Tron. Le profil est plus sculpté qu’auparavant tandis que l’arrière s’inspire du récent Q3. Globalement, l’Audi A3 2020 devient plus dynamique, et surtout plus « anguleuse » dans son dessin, à l’opposé des Mercedes Classe A et BMW Série 1.

Audi A3 2020 : de gros changements à l’intérieur

Si les côtes extérieures ne bougent quasiment pas, le coffre croît de 20 litres et propose ainsi un volume de 380 litres (soit, autant qu’une BMW Série 1 F40, et 10 litres de plus qu’une Mercedes Classe A). Mais c’est surtout le design de la planche de bord qui évolue. Exit les formes douces et les aérateurs ronds : place à un dessin faisant largement appel aux angles. Sur ce point, l’Audi A3 2020 s’inspire directement de la dernière A1 et du Q3.

Audi assume une certaine inspiration Lamborghini dans l’habitacle de l’A3 2020. Le côté « dépouillé » de l’ancienne planche de bord n’est plus vraiment là !

L’instrumentation digitale (baptisée « Virtual Cockpit »), derrière le volant, est dorénavant de série (10,3 pouces). Elle peut passer à 12,3 pouces en option. Un autre écran de 10,1 pouces trône au centre de la planche de bord, et est légèrement tourné vers le conducteur. Et ce n’est pas tout, en termes de technologies : assistant vocal Alexa d’Amazon (qui pourra compléter l’assistant vocal d’origine), régulateur de vitesse adaptatif doublé du maintien dans la voie, système permettant de chercher les places de parking disponibles ou encore, système prévenant de l’arrivée d’un cycliste si un passager s’apprête à ouvrir une porte… Ces équipements attestent d’une mise à jour technologique importante, bien qu’ils seront optionnels pour la plupart.

D’une manière générale, l’ergonomie est similaire à celle de ses cousines Octavia, Leon et Golf.

Audi A3 2020 : trois motorisations au départ

Commercialisée dès la fin du mois (pour une arrivée en concession prévue en mai), l’Audi A3 2020 sera disponible avec le bloc 1.5 TFSI de 150 ch (35 TFSI) en essence et, en diesel, avec le 2.0 TDI 116 (30 TDI) et 150 ch (35 TDI). Quelques semaines plus tard arriveront le 1.0 TFSI trois cylindres de 110 ch (30 TFSI), le moteur 1.5 e-TFSI avec micro-hybridation (le bloc essence étant couplé à une batterie de 48 V et un alterno-démarreur) et, également, deux déclinaisons hybrides rechargeables de 204 et 245 ch.

La commercialisation de l’Audi A3 2020 interviendra dès ce mois-ci. Si seule l’A3 Sportback est disponible au départ, les variantes S3 et RS3 arriveront ensuite, tout comme une déclinaison berline 4 portes.

L’Audi S3 et ses 310 ch, ainsi que la RS3, sont programmées pour plus tard. Cela étant, l’Audi A3 2020 se dote d’un train arrière multi-bras à partir de 150 ch. Elle peut par ailleurs recevoir en option une suspension pilotée via 3 modes et une direction à assistance variable repensée. De quoi permettre à la compacte aux anneaux de tenir tête à ses deux concurrentes directes (Classe A et Série 1), mais aussi, d’augmenter ses tarifs : comptez 28 200 € en entrée de gamme essence (110 ch) et 29 200 €. C’est, sur ces versions d’entrée de gamme, un peu plus cher que des Classe A et Série 1 équivalentes. Attendons néanmoins d’avoir tous les prix pour comparer.