Le Nouvel Automobiliste
Volkswagen Golf VIII

Volkswagen Golf VIII : Une nouvelle génération… qui change tout !

S’il est un modèle automobile dont le design est stable de génération en génération, c’est bien la Volkswagen Golf. Pourtant, la Golf huitième du nom ose évoluer tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Avant de la découvrir « en vrai » depuis son lieu de présentation à Wolfsburg, voici les informations officielles distillées par le constructeur allemand sur sa nouvelle compacte.

Volkswagen Golf VIII : Du changement dans le style !

C’est la face avant qui évolue le plus entre les Golf VII et VIII : les phares, d’ordinaire en amande, prennent une forme plus complexe, avec un bandeau lumineux en partie supérieure qui mord jusqu’aux ailes et prolonge la calandre, et une partie inférieure en escalier selon les projecteurs. Tous sont désormais 100% LEDs dans toute la gamme avec la technologie IQ.Light à LED matricielles.

La calandre est fine, et se rapproche de celle d’une Up! Plutôt que de la taille des Passat ou Tiguan. Le refroidissement moteur se rattrape avec la grande prise d’air inférieure du bouclier, dont les formes diffèrent selon les versions Style (classique), GTE (hybride rechargeable) ou R-Line (d’esprit plus sportif). La face avant paraît ainsi moins chargée, et plus équilibrée, dans la veine de la petite ID.3.

De profil et à l’arrière, c’est en revanche plus commun : toujours le même pli de carrosserie latéral avec la longue ligne de carre qui meurt dans les feux, feux qui sont toujours partagés entre la caisse et le hayon comme depuis la Golf VI, mais qui deviennent plus anguleux qu’avant. Notez que tout le ¾ arrière est d’ailleurs traité de façon plus massive afin de réduire la traînée aérodynamique et donc les consommations : le Cx diminue à 0,275.

Volkswagen se targue d’avoir une fois de plus réussi des « proportions parfaites » : dans les faits, la Golf VIII mesure

  • 4,284 m en longueur,
  • 1,789 m en largeur
  • et 1,456 m en hauteur.
  • L’empattement atteint lui les 2,636 m.

On notera la disparition de la carrosserie 3 portes, comme chez toutes ses concurrentes. La Golf VIII sera toujours construite sur la dernière version de la plateforme MQB : sept ans plus tôt, la Golf VII était la première VW à étrenner la MQB… que VW annonce produire à plus de 3,4 millions d’unités par an sous son logo, et plus de 5,1 millions d’unités toutes marques confondues en 2018.

Plus connectée que jamais

Quelques semaines après l’ID.3, Volkswagen refait le coup de l’habitacle « cockpit » avec la Golf VIII, à l’instrumentation entièrement numérique.

L’interface homme machine est repensée, avec un écran central à partir de 8,25 pouces, un écran derrière le volant de 10,25 pouces, une commande vocale par Alexa (Amazon) et, d’ici peu, report de la clé de contact sur votre smartphone comme chez certaines marques premium (BMW par exemple). Les services connectés sont permis par un eSim embarquée. La vision tête-haute est optionnelle de même que la hi-fi Harman Kardon à 400 watts. Il faudra s’assurer de la qualité des matériaux, en baisse ces derniers temps notamment sur les T-Roc, T-Cross et ID.3.

La Golf VIII se dote d’un assistant de conduite sur autoroute jusqu’à 210 km/h avec maintien dans la voie, 3 modes de conduite (Confort / Eco / Sport) ainsi que d’une nouvelle fonctionnalité baptisée Car2X qui communique avec les véhicules à 800 m autour d’elles. Ainsi, en cas d’urgence, les voitures équipées se passent le message qu’il faut freiner par exemple. VW promet de déployer rapidement cette technologie.

Des technologies embarquées avec lesquelles VW annonce aller au-delà de la simple mise à jour distance puisqu’il sera possible d’augmenter son niveau d’équipements au fil de la vie de la voiture, et opter ainsi pour des dotations telles que le radar ACC, l’allumage adaptatif ou le système de navigation et le hot-spot Wifi que l’on n’avait pas à l’achat avec le système We Upgrade.

5 motorisations hybrides !

Si l’e-Golf disparaît, le rôle de l’électrique étant confié à la gamme ID. et à la dernière citadine ID.3, la nouvelle Golf est plus hybride que jamais avec 5 offres différentes. De nouvelles appellations arrivent :

  • eTSI pour les versions MHEV à hybridation légère. Trois niveaux de puissances cumulée (110, 130 et 150 ch) obtenus avec une batterie 48 volts.
  • eHybrid pour les version PHEV hybrides rechargeables. Deux niveaux de puissance : 204 ch et 245 ch pour la plus puissante, qui conserve -elle- l’appellation GTE, avec batterie 13 kWh (50 % de capacité supplémentaire)

Ainsi, VW promet 17 % de consommation en moins, et n’abandonne pas pour autant le pur thermique. La gamme possédera donc en plus des 5 hybride essence :

  • des blocs essence TSI avec 2 blocs 1,0 l 3-cylindres de 90 et 110 ch, à cycle Miller, 2 blocs 1,5 l TSI avec désactivation de cylindres de 130 et 150 ch et turbo à géométrie variable ; et un 2.0 l TSI pour les sportives
  • des blocs Diesel TDI avec le 4-cylindres 2,0 l de 115 et 150 ch, ce dernier étant proposé avec transmission 4 roues motrices 4-Motion
  • un bloc 1,5 TGI au GNV.

Les puissances s’échelonnent de 90 ch à 300 ch, et 8 niveaux de puissance sont disponibles en boîte auto. L’autonomie tout électriques des PHEV n’est pas encore communiquée.

Quatre niveaux de finitions

Vous étiez un inconditionnel des Trendline, Comfortline et Highline ? Il faudra vous faire à leurs nouvelles dénominations : Golf (base), Life (comme Renault !) et Style. Seul le 4e niveau R-Line conserve son patronyme. Mais en 2020 arriveront les classiques GTI, GTI TCR, GTD, et bien sûr la Golf R, déjà annoncée pour 300 ch toujours.

La finition de base ne sera pas dépouillée contrairement à la pingrerie légendaire des constructeurs allemands :

  • Démarrage mains libres, dialogue Car2X avec son environnement, applications connectées We Connect avec services sur smartphones et écran 8,25 pouces central tactile.
  • La Golf Life y ajoute les jantes alliage, 10 teintes d’éclairage intérieur, la recharge à induction et l’aide au parking automatique.
  • La Golf Style s’offre, elle, des jantes alliage 17 pouces, des chromes à l’extérieur, 32 teintes d’éclairage et un volant cuir, des sièges sport et une clim 3 zones.
  • La Golf R-Line offre enfin la totale, avec jantes Sebring 17 pouces, logos (nouveaux) R-Line, pommeau aluminium de boîte, pédalier aluminium ou encore une sellerie spécifique.
  • Quant à la Golf GTE, qui n’arrivera qu’en 2020, se distingue par ses boucliers et ses jantes seront spécifiques de même que ses monogrammes, ainsi qu’un spoiler arrière.

Rendez-vous en décembre pour la voir dans la rue

C’est à la fin d’année 2019 que la Golf VIII sera mise sur le marché. Une arrivée tôt quand certains concurrents mettent un an à traduire leurs nouveautés en série. C’est que VW ne pouvait plus se permettre d’attendre : après avoir réduit les cycles de vie de ses Golf, passant de 8 à 4 ans avec la Golf VI, la marque a pris son temps et fait durer la Golf VII, « Das auto », plus de 7 ans. Une Golf VII qui se sera écoulée à près de 6 millions d’exemplaires, soit plus d’un sixième des 35 millions de Golf produites depuis 1974.

La Golf VIII sera-t-elle à la hauteur ? Ou le renversement tant annoncé du marché vers l’électrique en fera-t-elle la dernière de sa lignée ? A ce jour, rien ne permet de le dire et, par ce renouvellement de fond en comble, VW prouve qu’il a compris qu’évoluer par petites touches ne suffisait plus. Et rien que cela prouve que la marque croit plus que jamais en sa Golf, son modèle phare depuis 45 ans.

Galerie photos complète de la Volkswagen Golf VIII

Photos : Volkswagen