Le Nouvel Automobiliste
Smart #1 SUV

Smart #1 SUV : premier de son espèce

Cela faisait belle lurette que l’on évoquait l’arrivée d’un SUV dans la gamme Smart. Sauf que celle-ci ne s’était jamais concrétisée. Du moins, jusqu’à hier : Smart a présenté le #1. Juste « #1 », comme pour indiquer l’émergence d’un nouveau genre de modèle chez le constructeur habitué aux mini-citadines. Et pour cause : ce Smart #1, 100 % électrique et long de 4,27 m, est aussi la première Smart née depuis que la marque est sous pavillon chinois.

hx11 launchedition highlightstills exterior 04

Smart #1 : un hashtag pour un SUV

Vous semblez circonspects ? Nous aussi : ce Smart #1 n’a qu’un hashtag et un numéro en guise de nom. Il reprend ainsi l’appellation du concept-car éponyme dévoilé il y a quelques mois, au salon de Munich. Passée cette constatation surprenante, le véhicule que l’on découvre étonne aussi. C’est normal : bien que nous ayons eu vent, ces dernières années, de projets de « Forfour SUV », ceux-là n’avaient jamais aboutis.

Il s’agit donc là de la première fois, véritablement, que nous voyons un SUV Smart qui, contrairement à ses sœurs Fortwo et Forfour, n’a rien de compact : il mesure 4,27 m de long, pour 1,82 m de large et, tout de même, 1,64 m de haut. Il se cale ainsi aux formats Mini Countryman et Audi Q2, bien que ces derniers n’existent pas en version électrique.

Si l’on pense, instinctivement, aux Mini Countryman et Audi Q2, les véritables concurrents de ce Smart #1 100 % électrique seront plutôt les Peugeot e-2008 et Mazda MX-30.

Esthétiquement, le style Smart évolue fortement. Les rondeurs restent, mais les lignes se tendent. Le pavillon de toit « flottant » peut rappeler le Mini Countryman cité précédemment, tandis que l’arrière semble évoquer les productions Mercedes. Détails sympathiques : les poignées affleurantes, ou encore les jantes, paraissent très travaillées.

Smart #1 : modernité et connectivité

Ces rondeurs se retrouvent dans l’habitacle, qui ressemble à un cocon, et qui fait la part belle aux écrans, comme la majorité des voitures actuelles. L’écran central de 12,8 pouces, tactile (et d’une résolution de 1 920 x 1 080 pixels), est complété par une dalle numérique de 9,2 pouces derrière le volant. Ces deux écrans seront disponibles en série sur les trois finitions de ce Smart #1 (Pro, Premium et Launch Edition qui, comme son nom l’indique, sera réservée au lancement et limitée à 1 000 exemplaires). Dès le second niveau de finition, un affichage tête haute de 10 pouces sera aussi proposé.

Limbo Edition1 INT 16 White Gold Floating mid Console Clean

Pour le reste, l’intérieur est d’une sobriété étonnante. L’habitabilité, pour continuer les rimes en « é », devrait être bonne : avec un empattement (distance entre les roues) de 2,75 m, le Smart #1 toise tous ses concurrents. Et cette belle longueur devrait, justement, garantir une belle habitabilité. Le volume du coffre, en revanche, reste dans la moyenne : celui-ci oscille entre 270 et 411 l (la banquette arrière 2/3 – 1/3 étant coulissante).

Les dossiers des sièges arrières sont inclinables dans cinq positions. Il est ainsi possible de les placer totalement droits, pour caler des objets dans le coffre par exemple.

Smart #1 : propulsion, 272 ch

La description ci-dessus peut faire rêver. Et elle est vraie : oui, le bloc électrique de ce Smart #1 développe bien 272 ch, et cette puissance est bien transmise aux roues arrières. Pour autant, il convient de préciser que le SUV Smart pèse… 1 820 kg. Nous sommes bien loin des 750 kg de la première Fortwo ! Sans doute, donc, que si le #1 pourra assurer de belles performances (le 0 à 100 km/h serait abattu, selon Smart, en 6,7 secondes), il n’en deviendra pas pour autant un modèle de sportivité.

Pour en finir avec les aspects techniques, le Smart #1 embarque une batterie d’une capacité de 66 kWh, censée lui garantir une autonomie comprise entre 420 et 440 km en cycle mixte / WLTP. En termes de recharge, le #1 peut recevoir « jusqu’à » 22 kW en courant alternatif et 150 kW en courant continu. D’après Smart, il pourrait ainsi être rechargé en moins de 3 heures dans le premier cas et en seulement 30 minutes dans le second cas. Pas mal du tout !

Il faudra maintenant patienter quelques mois avant de pouvoir l’essayer et de l’apercevoir dans les concessions. Si son arrivée en Chine (où il est fabriqué, Smart étant dorénavant sous pavillon chinois avec Geely) est prévue pour l’été 2022, sa présence en Europe n’est annoncée que pour début 2023, à un tarif de base qui devrait avoisiner les 30 000 euros… Bonus écologique déduit ? Nous verrons !

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021