Le Nouvel Automobiliste
Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Essai Mazda 2 M Hybrid 115 ch : l’inconnue ?

Méconnue voire inconnue par la plupart des acheteurs de citadines, la Mazda 2 est pourtant une très bonne alternative aux stars de la catégorie, notamment pour ses qualités routières dont nous avions pu prendre la mesure avec la motorisation Skyactiv-G de 90 ch. Afin de lui donner un coup de boost sur un marché fortement chargé, le constructeur japonais étoffe l’offre moteur de sa citadine avec un 4 cylindres de 115 chevaux micro-hybridé. Mais cette nouvelle version suffira-t-elle pour venir se battre face aux Renault Clio ou autres Peugeot 208 ? Réponse au volant d’une Mazda 2 en finition Exclusive Edition dans le Vexin !

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : une bouille si attachante

Nouvelle preuve que les SUV ont le vent en poupe même en étant vendus plus chers, le CX-30 se vend largement mieux que la Mazda 2, entrée de gamme du constructeur. Outre leur attrait pour les SUV, les acheteurs de citadines se tournent également plus volontiers vers des Peugeot 208 ou Renault Clio face auxquelles la japonaise ne peut lutter en France en termes de notoriété. Pourtant la bouille de cette Mazda 2 avec des airs italiens flanquée d’une mécanique japonaise réputée pour sa fiabilité a de quoi plaire sur le papier.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Si Mazda a fait évoluer la gamme en termes de coloris, de garnissages et autres, le style très homogène n’a pas été revu depuis notre essai de la version 90 ch. Thibaut nous détaillait alors très bien les courbes de cette citadine à l’esthétique toujours au top.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : un intérieur so chic

De la même manière que l’extérieur, l’intérieur de cette Mazda 2 ne change pas sur cette version 115 chevaux. Mais comme toujours chez la marque japonaise, la finition et la qualité de fabrication restent à un très haut niveau, même pour ce type de voiture. Sur notre modèle en finition haute Exclusive, le revêtement en cuir bleu du bas de la planche de bord donne un aspect so chic à un intérieur un peu austère mais assez aéré. Malheureusement, le haut de la planche de bord reste avec un plastique noir plutôt dur au toucher.

Certains y verront un manque de modernité, d’autres un choix à contre-courant dont est adepte la marque d’Hiroshima : la Mazda 2 n’est pas équipée d’écran tactile. La molette de sélection (située sur la console centrale) est toutefois plutôt réactive et les boutons des menus sont facile à comprendre. Malgré cela, les 7 pouces de l »écran d’info-divertissements sont un cran en-dessous des citadines actuelles et le système GPS date de Mathusalem.

Côté habitabilité, les passagers sont bien installés dans des sièges bien enveloppants avec une facilité pour trouver sa position de conduite. Cependant, étant donné la taille de la citadine, identique à celle d’une Clio, les places arrière sont très exiguës, voire inaccessibles pour des personnes de grande taille. Et c’est sans parler du coffre dont la contenance est de seulement 225 litres. Bref, cela reste une citadine mais certaines concurrentes permettent de faire des trajets courts avec 4 adultes à bord.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : un équipement très complet et sans options

C’est un peu le maître-mot de Mazda : seulement des packs ou des finitions et pas d’options. Grâce à cela, l’acheteur choisit en fonctions de ses besoins la finition qu’il lui correspond et si besoin rajoute un pack. Et sur cette version micro-hybride de 115 chevaux, la première finition dénommée Sélection débute à 23 150 €.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Elle embarque les projecteurs à LED adaptatifs, la connectivité Apple Car Play et Android Auto, le système d’angles morts, l’allumage automatique des feux, la caméra de recul, l’affichage tête haute et la reconnaissance des panneaux de signalisation. A noter que le moteur 115 chevaux n’est pas disponible avec la finition Elegance, exclusivité de la version 90 chevaux.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Deuxième et dernière finition disponible sur le M Hybrid 115ch, la finition Exclusive de notre modèle d’essai. Elle ajoute à la version précédente l’aide au freinage pour les piétons, le régulateur de vitesse adaptatif, l’aide au stationnement avant et la caméra de recul.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : un moteur sympa mais sans plus

Mazda est un peu le dernier des Mohicans à croire aux moteurs atmosphériques et ce 4 cylindres de 115 chevaux ne déroge pas à la règle. Et afin de ne pas souffrir du manque de punch d’une motorisation turbocompressé, c’est la cylindrée de 1,5 litre qui permet de combler le déficit. Grâce au surcroit de puissance face à la version 90 chevaux testée par Thibaut et le couple de 151 Nm, le gain est vraiment perceptible. Seul petit désagrément, le couple arrivant à 3 500 tr/min, la Mazda 2 se montre légèrement peu expressive en deçà de cette vitesse de rotation.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Pour la transmission, c’est assez simple puisque seule la version manuelle est disponible. Plutôt bien guidée avec sa commande précise, c’est sa longueur qui fait un peu défaut. Du fait de manque de couple à bas régime, on est sans cesse en train de rétrograder pour relancer les 115 chevaux de la Mazda 2. Rien de grave tout de même car on ne cherche pas une citadine sportive mais on aurait aimé un étagement plus adéquat.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Et dans tout cela, qu’apporte cette micro-hybridation ? Et bien niveau consommations, cette Mazda 2 MHEV 115 chevaux réalise plutôt un beau score avec 5,5 litres aux 100 km. Et avec une éco-conduite, il est même possible de descendre à 4,9 litres aux 100 km. C’est exactement le même chiffre que Thibaut a obtenu avec la version 90 chevaux mais avec 25 chevaux supplémentaires pour notre version.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : un châssis au top

Même si l’ensemble mécanique se montre convaincant sans être totalement explosif, le châssis reste toujours aussi plaisant. Agile dans les enchaînements de virages tout en étant confortable sur les aspérités de la route, on s’amuse à la chahuter un peu sans qu’elle rechigne.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Et c’est sans parler de la direction qui reste toujours aussi précise. Les remontées dans le volant sont bonnes et il est facile de positionner la Mazda 2 au millimètre près. De plus, en ville, celle-ci se révèle assez souple afin de favoriser les manœuvres au moment de se garer.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Il est à noter qu’avec le restylage de 2019, l’insonorisation a été retravaillée et cette version de 115 chevaux se montre plutôt silencieuse. Ce qui permet d’enchaîner les kilomètres sans être gêné par des bruits mécaniques ou de roulement. Un vrai plus face à des concurrentes qui ne sont parfois pas exemptes de vibrations ou de bourdonnements.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : beaucoup de concurrence

Bien entendu, sur le marché des citadines compactes, cette Mazda 2 se retrouve parmi un panel de concurrentes bien achalandé. Cependant, comparons-la aux best-sellers du marché à savoir la Renault Clio ou encore la Peugeot 208. Commençons tout d’abord par la Renault, qui offre de belles prestations notamment en version GPL. En effet, son moteur de 100 chevaux suffit largement avec un bon point avec son carburant à moins de 1 euro au litre. De plus, avec son tarif à 21 200 euros, elle enfonce le clou avec son châssis tout aussi confortable sans parler de son équipement plus high-tech.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Pour la seconde, à savoir la Peugeot 208 GT Pack 100 chevaux, la sochalienne apparaît certes plus chère mais son moteur est plus agréable sous tout rapport (et ses 55 Nm de couple supplémentaires et disponibles très tôt). Et de la manière que la Renault, le châssis et les prestations sont un cran au dessus de la Mazda 2.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Mais la véritable concurrente de cette Mazda 2, c’est peut-être l’autre Mazda 2 Hybrid, clone de la Toyota Yaris Hybrid. Certes, cette copie quasi conforme de la Toyota Yaris se montre moins bien léchée, mais elle a le mérite de profiter d’une motorisation plus sobre avec un équipement plus dans l’air du temps. De plus, elle profite d’une transmission automatique que la Mazda 2 MHEV 115 chevaux ne peut proposer. Cependant, avec un tarif de 26 500 euros, elle se montre plus chère dans sa finition haut de gamme Select.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch : une citadine qui vaut le coup

Certes, cette Mazda 2 accuse le poids du temps après six années de présence sur le marché des citadines compactes mais elle reste d’actualité de par son design toujours aussi bien fini. Et c’est sans compter par sa qualité de fabrication aussi remarquable. A noter également que la marque japonaise estime vendre autant de Mazda 2 que le clone de la Toyota Yaris, à savoir la Mazda 2 Hybrid. L’avenir nous dira si Mazda avait raison.

Essai Mazda 2 MHEV 115ch

Cependant, si vous cherchez une citadine plus confortable avec un moteur plus punchy et un équipement plus complet, il faudra vous tourner vers des concurrentes qui ont très largement progressé depuis 2015, année de lancement de cette Mazda 2. Mais elle reste totalement honorable notamment dans cette version 115 chevaux et permettra de vous démarquer des aficionados des Renault Clio ou Peugeot 208.

Crédits photos : Christian Condé

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021