Le Nouvel Automobiliste

PSA va fermer son site d’Hérimoncourt

L’information est tombée peu après la mi-journée via le syndicat Force Ouvrière et, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle constitue une surprise aussi inattendue que désagréable, en particulier pour les salariés.

Un site historique

Si vous n’êtes pas franc-comtois, ou féru d’histoire industrielle Hérimoncourt ne vous dit peut-être pas grand chose. Pourtant cette petite commune du Doubs d’un peu plus de 3600 habitants est le véritable berceau de l’entreprise PSA puisque c’est là-bas que la famille Peugeot, qui y était installée depuis plus d’un siècle déjà, lança ses activités industrielles en 1833 en produisant des objets divers basés sur l’acier. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que les Peugeot se penchent sur l’automobile mais, depuis lors, Hérimoncourt a toujours accueilli un site de production de l’entreprise.

Bien entendu l’entreprise Peugeot a au fil du temps déplacé son cœur industriel vers Sochaux, la ville étant même devenu le symbole de la marque au lion. Mais le site d’Hérimoncourt continuait d’accueillir une activité d’assemblage de moteurs et de recyclage en traitant des pièces venant et repartant pour le site de Vesoul.

200 personnes concernées

C’est précisément ce qui pose problème pour PSA, les aller-retours entre les deux sites distant de 80 km et que la firme veut supprimer en rapatriant cette activité sur Vesoul. Lors d’un comité central d’entreprise qui s’est tenu ce jour PSA a donc annoncé aux salariés la fermeture prochaine du site d’Hérimoncourt et proposé des départs volontaires, des formations ou des reclassements sur d’autres sites pour les deux cents salariés concernés.

Le syndicat Force Ouvrière a aussitôt claqué la porte de ce comité central d’entreprise en guise de protestation et diffusé l’information sur son compte Twitter :

Une politique de réduction des coûts

La justification de PSA pour la fermeture d’Hérimoncourt est bien entendu d’ordre économique, le groupe cherchant à réduire ses coûts de production par tous les moyens possibles. Une logique qui avait conduit à une décision similaire il y a quelques mois pour le site de Saint-Ouen. Mais l’annonce passe naturellement fort mal auprès des syndicats et des salariés à l’heure où le groupe affiche une santé économique retrouvée après plusieurs années de vache maigre qui ont même failli conduire à la disparition du groupe. Une assemblée générale des salariés organisée par les syndicats est prévue demain pour décider d’une action à entreprendre en réaction à cette annonce.

Mais au delà de ces conséquences sociales c’est aussi pour PSA un choix lourd de sens et de symboles liés à son histoire. Un passé qu’on imaginait probablement intouchable dans la commune d’Hérimoncourt et qui va donc s’achever dans les mois qui viennent.

Via Les Echos

Crédit photos : Photo d’archives. / © SEBASTIEN BOZON / AFP