Le Nouvel Automobiliste

PSA annonce la fermeture de son site de Saint-Ouen

Selon France Info, la direction de PSA aurait convoqué un comité central d’entreprise pour le 21 novembre en vue d’annoncer la fermeture du site de Saint-Ouen au Nord de Paris. Même si le groupe affirme qu’il n’y aura aucune suppression d’emploi, la décision est dure à avaler pour les employés du site, d’autant qu’elle ne résulte pas de problèmes de compétitivité.

Une situation indécise depuis des mois

Employant environ 350 personnes, le site PSA de Saint-Ouen est spécialisé dans le petit emboutissage des pièces automobiles. Une activité qui apparaissait relativement pérenne au sein du groupe puisque les responsables ne semblaient jusqu’ici pas vouloir se diriger vers la fermeture de l’usine toujours rentable. Néanmoins, si l’on en croit les propos de certains représentants du personnel le dialogue avec la direction au sujet de l’avenir du site était, depuis de longs mois déjà, bien délicat et ne permettait pas de savoir avec précision quel pourrait bien être cet avenir.

La production était importante et constante mais des débrayages ont eu lieu à plusieurs reprises ces derniers mois. De son côté le groupe ne semblait pas vouloir réinvestir dans la modernisation, ce qui nourrissait les inquiétudes. Le directeur du site avait de son côté affirmé aux personnels de son usine que Saint-Ouen était en « décroissance pilotée ».

Une vente du site à l’AP-HP

Si la décision de la fermeture de Saint-Ouen bien qu’un peu surprenante n’est, au regard de ce que nous venons d’écrire, pas totalement inattendue il faut peut-être cependant la rapporter non à un contexte économique particulier mais bien plus à une question de localisation géographique.

En effet l’usine PSA se situe dans la zone où doit se réaliser le controversé projet d’Hôpital Grand Paris Nord (campus hospitalo-universitaire) mené par l’Assistance Publique-Hopitaux de Paris (AP-HP) et prévu pour une inauguration à l’horizon 2025. Confronté notamment à des problèmes de dépollution ou de risques d’inondation du site initialement prévu des Docks, l’AP-HP a depuis février dernier exprimé son intérêt pour le site PSA afin de réaliser ses extensions.

Durant l’été des négociations entre PSA et l’AP-HP, en vue d’un rachat de la parcelle par ce dernier, se sont tenues. Elles ont naturellement inquiété un peu plus les salariés de PSA et ont surtout donné le sentiment que la messe était dite, même si les syndicats ne semblaient pas si pessimistes. Il n’y a pas eu de communication officielle sur ces négociations mais il semble qu’elles ont abouti à un compromis entre PSA et l’AP-HP. C’est en tout cas ce qui ressort des annonces faites par la direction du site aux représentants syndicaux dans la journée. L’AP-HP a annoncé que l’usine PSA, classée monument historique, était désormais la seule option possible pour son projet de développement et que l’étude de faisabilité était en cours. PSA a désormais trois ans pour libérer le site de Saint-Ouen à l’AP-HP afin que cette dernière y construise son hôpital.

PSA devrait, en toute logique, rapidement communiquer sur le sujet, si ce n’est dans la semaine, a minima après le comité central évoqué en introduction, et nous alors tous les détails de cette décision. La question de l’emploi reste naturellement relativement délicate à juger pour le moment. On ne parle certes d’aucune suppression de poste mais les autres options (reclassement, déplacement, etc.) ne sont pour autant pas toujours des solutions idéales et sans conséquances. Les organisations syndicales en appellent donc déjà aux acteurs concernés directement mais aussi éventuellement à l’Etat pour que la situation soit gérée dans les meilleures conditions.

Via France Info, Site Facebook de PSA Saint-Ouen, Le Parisien, Boursorama.