Le Nouvel Automobiliste

Fin de carrière pour la DS 3 Cabrio

Après les DS 4 et DS 5 en juillet dernier, c’est au tour de la DS 3 Cabrio de quitter la catalogue du constructeur premium de PSA. Il ne reste donc plus que la DS 3, modèle originel de la marque, comme représentant de la première génération de la gamme DS.

DS 3 Cabrio : une carrière à 25.821 exemplaires

Présentée au Mondial de l’Auto 2012, la DS 3 Cabrio, code projet A56, a représenté le premier et à ce jour unique cabriolet de l’histoire récente de DS. Sur le même modèle que la Fiat 500 C, cette DS 3 était davantage une décapotable qu’une découvrable, avec une capote en toile signée Webasto glissant jusqu’à la lunette (position 1) puis jusqu’au panneau de coffre (position 2), le tout en 16 secondes et jusqu’à 120 km/h. C’était une solution à la fois plus rapide à développer et moins coûteuse qu’un cabriolet véritable, façon Mini Cabrio. A la clé, aussi, une ouverture de coffre fortement réduite, alors même que la toile permettait de garantir un volume de coffre à peine inférieur à la berline (245 litres contre 285 l).

L’arrivée de la DS 3 Cabrio fut aussi celle des feux à filaments effet 3D à l’arrière, offrant une signature lumineuse originale et identifiable au jeune blason français, à une époque où celui-ci officiait encore dans le giron de Citroën. Devenu autonome en 2014, la DS 3 Cabrio reçut, quelques mois plus tard début 2016, le même restylage effaçant ses chevrons. Entre temps, elle était devenue démoniaque en version Racing puis Performance avec le bloc 1.6 l THP (202 puis 208 ch). Sa meilleure année reste sa première année pleine, 2013, avec 11.246 unités produites.

A Poissy, cap vers le SUV avec le DS 3 Crossback

Jusqu’à maintenant, la citadine chic produite à Poissy (78) continuait sa carrière au rythme des séries spéciales qui animent le constructeur : Givenchy – Le Make-up, Inès de la Fressange… Mais la gamme, depuis juin dernier, s’était réduite au seul bloc essence 1.2 PureTech 110 ch en boîte EAT6, comme le reste de la gamme DS 3. C’est maintenant sur les stocks neufs que vous pourrez en trouver une, même si l’arrivée de l’hiver n’est pas propice à l’achat d’une découvrable. Et rien ne dit que dans les prochaines années une telle proposition reviendra dans la gamme de DS -voire, d’un constructeur français, la Citroën E-Méhari étant maintenant la dernière proposition d’un cab’ à la française.

Du côté de Poissy, son départ permet de faire un peu de place à la nouvelle production de l’usine, le SUV DS 3 Crossback attendu en début d’année prochaine dans les concessions du nouveau réseau DS.

Enfin pour l’anecdote, on gardera en mémoire que la toile de la DS 3 Cabrio servit aussi à la DS 5 de François Hollande lors de son défilé d’investiture sur les Champs-Elysées.