Le Nouvel Automobiliste

Essai Volvo XC40 T5 BVA AWD R-Design : esprit GTi

Et si les nouvelles GTi étaient des SUV ? C’est ce que pourrait nous laisser penser le Volvo XC40 T5 R-Design que nous essayons aujourd’hui.


Le Volco XC40 a passé son titre à la Jaguar I-Pace, mais il sera à jamais le premier Volvo a être honoré du titre de « la voiture de l’année ». Le Nouvel Automobiliste a souhaité reprendre son volant. Après la version diesel , le Volvo XC40 D4 BVA AWD, c’est vers une version essence que nous nous sommes tournés. Et pas n’importe laquelle puisque nous avons jeté notre dévolu sur le Volvo XC40 T5 BVA AWD R-Design. Du design sympathique et plutôt doux de la version D4, nous passons à une version où le style se fait plus musclé voire agressif. L’habit fait-il du même coup le moine ? C’est ce que nous allons voir !

Volvo XC40 : faux 4×4 vrai SUV ?

Pour commencer l’essai, nous allons tester les capacités de franchissement de ce SUV à transmission intégrale. Pas de montagne en vue, mais quelques reliefs en bord de mer nous attirent. En plus il pleut, donc les chemins sont devenus boueux et les roches glissantes. Ce n’est clairement pas son terrain de prédilection d’autant que les pneus ne sont pas adaptés aux conditions climatiques. Mais le Volvo XC40 nous surprend et il s’en sort plutôt bien. Merci au couple de 350 Nm et aux 4 roues motrices. Il faut cependant, pour obtenir ce résultat, faire avec un ESP très intrusif. On se demande même si ce n’est pas lui qui nous laisserait dans la panade au milieu de ces chemins boueux s’il venait à se déconnecter. Il faut donc faire montre d’un peu de patience et d’une accélération contrôlée et le Volvo XC40 avance doucement. C’est aussi le cas dans certaines descentes alors qu’au contraire on aimerait qu’il s’arrête. C’est là la limite des pneus route.  Pas de grosse frayeurs cependant, les aides à la conduite veillent. Ce qui n’empêchera pas la belle peinture blanc cristal de ne plus être immaculée. Et que dire du pare-brise, l’imposant capot n’ayant pas été suffisant pour faire écran !

Plus blanc que blanc ?

Pour nettoyer ce pare-brise, les lave-glaces sont heureusement efficaces, les gicleurs étant situés dans les balais comme feu le Renault Espace II. Il est temps de nettoyer les pneus aussi ! La route détrempée nous aide bien. La puissance du moteur également. Il ne faut pas trop appuyer pour que la cavalerie des 247 ch se mette en marche. Ou plutôt, en route. C’est impressionnant. Et le gap avec le moteur du XC40 D4 est aussi exceptionnel. Nous ne sommes plus dans du SUV des petites familles, mais dans une GTi compacte haute sur patte. Et la tenue de route excelle avec ce moteur, bien aidée il est vrai par le châssis sport. On en vient cependant à se demander pourquoi proposer un tel moteur sur le marché français tant il sera nécessairement frustrant de ne pas pouvoir en profiter pleinement. Pour avoir l’esprit tranquille, il faudra presque impérativement utiliser le limiteur de vitesse, sinon vous risquez fort de voir vos points se volatiliser.

Volvo XC40 : SUV routier ?

Alors forcément, quand on se dirige vers l’autoroute, le couple et la puissance font la paire. C’est une bombinette sous une robe de SUV. La pluie ne cesse pas mais on se sent en sécurité au volant de la Volvo XC40. Dur de la mettre en défaut sur sol mouillé. Mais qui dit humidité dit buée, et la visibilité en pâtit. Ce problème est vite réglé grâce à la ventilation efficace. Pour les places avant seulement. En effet, rien de se passe à l’arrière. Déjà que les montants C sont épais, mais là, on se croirait presque dans un véhicule tôlé. Volvo pense cependant comme souvent à votre sécurité, et notre version est équipée de quelques options. En premier lieu l’alerte d’angle mort qui contrebalance notre soucis du moment. Elle apparaît sous une élégante virgule dans les rétroviseurs. Suffisamment visible du conducteur, mais aussi des autres voitures probablement rassurées d’être détectées.

Autre option intéressante du Volvo XC40, le IntelliSafe assist, qui comprend un pilote semi-automatique. C’est forcément très confortable et il tourne avec une grande douceur. Il reste centré dans le virage, et ne réagit pas par à coups comme on peut avoir ailleurs. C’est une réussite sur cette version, et il permettra de rouler avec l’esprit tranquille. A noter qu’il ne permet pas de lâcher le volant des mains. Au bout de 3 avertissements, le système se désactivera et fera ralentir la voiture. Cette option est proposée à 1 500 €.

Volvo XC40 : cher SUV

Mais pour une version R-Design, le look est aussi important que les équipements de sécurité. Les jantes de 18 pouces sont ici en série, en version 5 doubles branches diamantées. Des jantes de 20 et 21 pouces sont aussi disponibles (entre 470 et 2 460 €). Le blanc cristal de notre version s’échange contre 1350 €, et le toit noir est en série sur cette version sportive. L’intérieur cuir s’ajoute contre 630 €. Notre Volvo XC40 est aussi équipé du système audio signé Harman/Kardon, associé au chargeur à induction. Toutefois, il faut encore ajouter 730 € pour avoir ce pack. Et ce n’est pas fini, nous avons aussi le pack stationnement, le pack visibilité (phares LED) et le pack Prestige (toit vitré ouvrant, vitres arrière surteintées et climatisation bizone), options à 600, 900 et 1 500 €. Soit le modèle totalement équipé à 58 270 €, pour un prix de départ de 49 020 €.

Quelle concurrence ?

On s’approche du prix d’entrée de gamme d’un Porsche Macan de 245 ch. Affiché à 60 860 € il grimpe néanmoins à 71 680 € à équipement équivalent. Autre concurrent plus ou moins direct, le BMW X4. La version xDrive30i de 252 ch M Sport proposée à 58 800 € ou 73 140 € presque aussi bien équipé.

En terme de gabarit, le BMW X2 plafonne à 192 ch en xDrive20i. Avec le Pack M, et quelques équipements clés du Volvo XC40 du jour, monte à 50 340 €, mais il lui manque près de 60 ch… Par contre à l’opposé, avec plus de 50 ch de plus, l’Audi SQ2 s’annonce prometteur, avec un prix attendu à près de 50 000 €. Plus classique, l’Audi Q3 S line 45 TFSI quattro S tronic est proposé à 54 930 € à équipement proche, avec une puissance un peu plus faible (230 ch).

Les consommations du XC40 T5 n’ont pas pu être relevées autrement que via l’ordinateur de bord, nous n’avons pas roulé assez pour faire un plein. Les 10 l/100 km ont été cependant dépassés, alors que le constructeur annonce 7,1 l/100 km. Côté émission de CO2, nous sommes à 164 g/km soit 3 756 € de malus. Il vous coutera donc cher de rouler en T5 !

C’est l’heure du bilan

Alors qu’il est temps de rendre la Volvo XC40 sonne l’heure du bilan. Le Volvo XC40 dans cette motorisation est surprenant. C’est une petite GTi dissimulée sous une robe de SUV. Bien sûr, les Golf et 308 GTi seront plus efficaces, mais le contraste est fort entre le concept du petit SUV bourgeois et le caractère joueur du moteur. Son seul défaut en dehors du budget est l’intérêt d’avoir un tel véhicule en France. Entre le code de la route et le coût du carburant, il aura un peu de mal à trouver sa place sur le marché hexagonal et vous n’en croiserez certainement pas souvent. Et même si il est pointé du doigt, le choix du diesel nous semble peut être plus adapté pour qui veut du couple. Ou alors, il vous faudra patienter un peu avant de pouvoir profiter de l’hybride et de la version électrique annoncées pour 2020…