Le Nouvel Automobiliste
Citroën öli profil

Exclusif : nos photos du concept-car Citroën Oli !

Découvrez en images le nouveau concept-car Citroën Oli, qui arbore le nouveau logo de la marque et annonce les nouvelles orientations de style de Citroën.

Ecouter cet article

Concept-car Citroën Oli : l’extérieur

Un command-car ? Un Toyota FJ Cruiser ? Non ! La Citroën Oli ! Oui, le style tranche : pare-brise vertical, capot horizontal, Citroën se réinvente tout en suivant la tendance majeure du marché, les SUV, pour créer un modèle compact – 4,20 m de longueur, 1,90 m de largeur, 1,65 m de hauteur.

Passé le choc esthétique, entrons dans les détails : les optiques présentent le nouveau regard des Citroën, avec deux fines barres horizontales et une verticale épaisse. C’est ce qui remplacera les phares actuels en forme de chevrons, et on en trouve déjà l’idée dans le dernier C5 Aircross restylé. Les phares double-étage sont reconduits : les anti-brouillards sont réduits en taille et présents dans le pare-chocs.

Comme sur la Citroën Ami, les optiques avant et arrière sont les mêmes. Mieux, c’est tout le pare-chocs qui est interchangeable : notez le nez très frontal du capot avec une encoche qui laisse place à l’ouverture du panneau de coffre arrière. Dans le détail, les signatures en chevrons sont partout présentes, et c’est un marqueur fort du style Citroën qui traverse le temps.

En effet, plus qu’un concept supplémentaire, l’étude Oli est fondatrice : c’est le premier concept de l’ère Pierre Leclercq, et c’est la première fois que ses équipes illustrent l’orientation prise par la marque pour les années à venir. Du changement donc pour le logo, les phares, le style général ; mais de la continuité aussi pour les détails.

Le concept-car Oli est également un concept exploratoire du côté des matériaux : le capot et le toit sont en carton alvéolaire recyclé en structure nid d’abeille développé par BASF, suffisamment résistant pour qu’on puisse s’asseoir dessus (oui !) mais aussi bien plus durable et léger que de l’acier. De même, les pneus : si ce sont les jantes en triangle qui attirent le regard, c’est bien le caoutchouc utilisé par Goodyear qui interpelle : la rainures sont profondes, et surtout les pneus sont durables et produits à partir de matériaux pour partie recyclés, une première, commercialisée sous le nom Eagle Go.

Si Goodyear avait déjà contribué aux études 19_19 et The Urban Collëctif, c’est la première fois que BASF est mis en avant sur un concept Citroën.

Concept-car Citroën Oli : l’intérieur

“C’est comme une mangue qui s’ouvre : on doit être surpris de la couleur qu’amène l’intérieur”, explique la designer Muriel Prodault, responsable couleurs & matières du style Citroën. Et c’est effectivement un choc : la teinte Rouge André (clin d’oeil au fondateur, et identique à la teinte du logo) est adoptée pour habiller l’habitacle, dont les portes s’ouvrent inversement sans montant central. Planche de bord simplifiée, structures des sièges apparentes : la 2 CV semble réinventée au XXIe siècle, grâce à, là encore, des matériaux repensés.

A l’image des sièges, qui n’ont que 8 pièces contre plus d’une trentaine pour des sièges classiques. S’ils ne sont pas amovibles, ils sont en matière 100 % recyclées grâce à du polyester lui même recyclable en impression 3D. BASF utilise ici un TPU (Thermoplastic PolyUrethane) léger mais malgré tout confortable et lavable au jet d’eau. Notez la présence ‘amortissement au pied des assises, construits en TPU recyclés eux-aussi, et qui absorbent les irrégularités de la route.

L’intérieur est encore plus signifiant pour l’avenir de Citroën : pas d’écran tactile gigantesque, des commandes simplifiées, bien moins de matières sur la planche de bord, il faut y voir une démarche globale de l’industrie – évoquée de façon similaire par Dacia – vers des intérieurs plus rationnels et fonctionnels.

Les designers et ingénieurs sont repartis du besoin originel des automobilistes : avons-nous besoin de tous nos équipements ? Citroën postule que non, et les propose en option, à l’image des enceintes qui viennent s’ajouter aux extrémités de la barre horizontales d’habitacle, ou de l’instrumentation réduite à un fin écran en pied de pare-brise.

Frugalité, nouveau maître mot

L’expérience acquise sur la Citroën Ami fait école aussi dans les ouvrants : les portières s’ouvrent dans le même sens, mais seule leur peau extérieur de métal est différente. Pas de vitre descendante électrique, mais plutôt ouvrante manuellement avec des vérins par le haut pour amener de l’air frais. Oubliez l’ouverture électronique : les serrures sont de retour. Le coffre de pick-up est inédit –ou presque– chez Citroën, il n’en demeure pas moins fonctionnel avec banquette amovible.

Evoquons enfin les performances car ce concept-car est fonctionnel et roulant : sur une base qui anticipe la plateforme STLA Small des segments B de Stellantis, elle propose 400 km d’autonomie et une consommation de seulement 10 kWh aux 100 km. La clé ? Le poids, 1000 kg seulement et la vitesse maximale, 110 km/h, tandis que la recharge est ciblée dans la fenêtre 20/80 % en seulement 23 minutes.

Conclusion : Citroën revient à l’essentiel !

Et ce ne sont pas que des mots : la Citroën Oli se veut un parangon de simplicité et de rationalité, pas aussi dépouillée que l’étude Dacia Manifesto, mais en tout cas bien plus réaliste et utilisable au quotidien. Comme l’explique la responsable des produits futurs de Citroën Anne Laliron, “A vous d’imaginer la vie qui va avec”. Une phrase qui sonne à la fois par l’évidence – le concept Oli semble prêt à se plier aux volontés des utilisateurs – mais aussi par son évocation du discours qu’adoptait Renault pour la Twingo.

Bien sûr, aucune marque n’a le monopole de la simplicité ou de la frugalité. Pas même Citroën qui avait en 2007 capté avant tout le monde le concept d’Essentiel avec l’étude Cactus, puis en avait fait son mantra post-crise financière en 2014 avec la C4 Cactus. Un concept qui a fait long feu puisqu’il était renié, par les porte-paroles de Citroën, dès 2016… Pas assez en adéquation avec le marché ? Ou trop en avance sur son temps ?

Citroën Oli ? Ou All-in ?

En 2022, l’heure de l’essentiel est peut-être enfin venue. Voir que l’automobile revient à de la simplicité d’usage, de la rationalité formelle le tout en utilisant un maximum de matériaux vertueux, c’est une bonne nouvelle. Mais les clients y sont-ils prêts, après des décennies à ne s’être vu proposer que des voitures aux équipements pléthoriques mais complexes à valoriser ?

Par certains égards, le pari de l’Oli semble tenir du coup de poker, au risque de finir au tapis. Mais le renversement du marché y invite : des difficultés d’approvisionnement à l’inflation en passant par la “fin de l’abondance”, les clients ont montré depuis longtemps qu’ils pouvaient accepter des modèles plus proches des besoins réels du quotidien.

Au-delà du style, inédit, le Concept Oli de Citroën dessine donc une autre révolution : celle de l’usage de la voiture, de la place de la voiture dans nos vies. Cela faisait longtemps que l’automobile ne s’était pas réinventée et rien que cela, c’est une bonne nouvelle !

Crédit photos : Thibaut Dumoulin pour Le Nouvel Automobiliste

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021