Le Nouvel Automobiliste
nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Essai nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 PureTech 130 ch : graine de sacré numéro

Ca y est, nous y sommes. En début d’année, Renault et Peugeot présentaient coup sur coup leurs nouvelles générations de Clio et 208. Après avoir testé (et approuvé) la citadine du constructeur au losange, nous essayons à présent la nouvelle Peugeot 208 2019. Celle pour laquelle le Lion nourrit de grandes ambitions (ni plus ni moins, la première place du marché français !) est commercialisée ces jours-ci, avec une gamme de moteurs essence et diesel allant jusqu’à 130 ch. Nouveauté : la Peugeot 208 II existera, d’ici quelques mois, en version électrique baptisée e-208 (dont nous vous livrerons l’essai très bientôt). Aux abords de Lisbonne, nous nous sommes d’abord concentrés sur la nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 PureTech (comprenez essence) de 130 ch. Et on vous dit tout !

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.5 BlueHDi 100

Essai nouvelle Peugeot 208 2019 : citadine aux dents longues

Des crocs en avant-propos

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

C’est incontestablement l’un des éléments de style les plus marquants de la voiture : ses « crocs », à l’avant, qui descendent des phares pour venir mourir en bas du bouclier. Avec de telles dents, la nouvelle Peugeot 208 2019 semble afficher ses ambitions. Et par la même occasion, celles de Peugeot : après un virage (esthétique, mais aussi commercial) réussi avec le dernier 3008, ou encore la 508 II, la marque au lion paraît vouloir enfoncer le clou. De fait, la nouvelle 208 II a un design extrêmement travaillé. Les trois « griffes de LED » dans les phares (sur les finitions hautes), couplées aux fameuses dents, marquent le faciès. De profil, le pli de carrosserie accolé à la vitre arrière rappelle beaucoup la Peugeot 205 GTi. Est-ce annonciateur des velléités sportives de la petite lionne ? Malheureusement, Peugeot nous assure qu’aucune nouvelle 208 GTi ne verra le jour. Dommage, car vue de dos, la Peugeot 208 II semble bien campée sur ses roues, et l’on se dit qu’elle pourrait tout à fait intégrer des moteurs plus puissants que 130 ch. Le bandeau noir laqué et, de nouveau, la signature LED en “griffe”, font le lien avec la gamme Peugeot actuelle.

En fait, la nouvelle Peugeot 208 2019 opte pour une stratégie aux antipodes de celle adoptée par sa rivale de toujours, la Renault Clio. Là où cette dernière ressemble beaucoup à un restylage de l’ancienne Clio, la 208 II change du tout au tout. Même la longueur évolue nettement : de 3,97 m, elle passe à 4,05 m. Des mensurations qui la rapproche d’une Peugeot 207 d’il y a 10 ans ! Pourquoi ? Guillaume Clerc, responsable du projet 208, nous disait en mars dernier que c’était pour répondre à une demande…des designers, essentiellement. C’est dire si le style est important pour cette nouvelle Peugeot 208 ! « C’était d’abord une demande du style. Les designers voulaient aller chercher les meilleures cotes architecturales – bonne longueur, bonne largeur et une hauteur contenue » précise Guillaume Clerc.

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Une lionne…expressive

Clairement, cette nouvelle 208 (illustrée ici en finition Allure – l’avant dernier niveau de finition – avec jantes de 17 pouces optionnelles) paraît très féline, voire même très agressive. En tout cas, elle possède un style marqué. Huit teintes de carrosserie sont proposées au lancement : un noir, deux blancs, un gris clair, un gris foncé, un rouge, et un nouveau jaune, le Jaune Faro qui accompagne un nouveau bleu, le Bleu Vertigo. « Notre » nouvelle 208 a beaucoup attiré les regards sur la route. Effet nouveauté ? Réel pouvoir de séduction ? Peut-être un peu des deux ! Quoi qu’il en soit, la Peugeot 208 2019 entend aussi vous en mettre plein la vue à l’intérieur. Trop, peut-être ? Voyons voir.

L’intérieur, l’autre révolution de la Peugeot 208 II

Ambiance !

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Sportive dans son look extérieur, la nouvelle Peugeot 208 II l’est aussi à bord. Une fois installé, l’assise basse, le volant à méplat ou encore le pare-brise court vont dans ce sens. Le très beau travail opéré pour faire la « jonction »/assurer une « continuité » entre la planche de bord et les contre-portes renforce la sensation de se retrouver dans un cocon. Les uns se sentiront confinés ; les autres apprécieront de se sentir « maître à bord ». L’ensemble des commandes tombent sous la main. L’écran central (tactile, et visible ici en format 10 pouces – il existe, sur les finitions inférieures, en 5 ou 7 pouces) est même tourné vers le conducteur. Force est de reconnaître que la Peugeot 208 2 (sur les photos, en finition Allure – le haut de gamme juste au-dessus se nommant GT-Line) flatte le regard, malgré une présentation très originale, à l’image de ce que proposent déjà les Peugeot 3008 II et 508 II, qui pourra rebuter certaines personnes.

Le principal sujet de discorde sera sans doute le « i-Cockpit 3D ». L’i-Cockpit a été introduit pour la première fois en 2012, sur l’ancienne génération de 208. Volant compact et compteurs surélevés en étaient les marqueurs, et pouvaient faire, selon la position de conduite adoptée ou la taille du conducteur, que la branche du volant « masquait » une partie des compteurs. Toujours vrai ? Cela dépendra de votre position de conduite ! Un tel dispositif incite, en fait, à abaisser le siège ainsi que le volant, un peu comme dans une voiture de sport. Une « posture » qui va bien avec l’atmosphère interne de la 208 II et avec son volant compact mais qui ne conviendra pas forcément à tout le monde (notamment celles et ceux qui aiment être (très) proche du volant). Sur notre essai, quoi qu’il en soit, ni nous ni nos confrères n’avons trouvé à redire sur ce point. La nouveauté de cet i-Cockpit est que la Peugeot 208 2019 y ajoute…la 3D (d’où le nom, « i-Cockpit 3D »). En effet, la dalle numérique située derrière le volant utilise plusieurs niveaux d’affichage. Ainsi, la vitesse ou les panneaux ressortent visuellement au-dessus des autres informations (régime moteur, jauge) lorsque cela est nécessaire (changement de vitesse, freinage…), grâce à une projection en 3D des informations. Difficile à décrire, encore plus compliqué à prendre en photo mais indéniablement agréable à expérimenter !

Techno-parade

La nouvelle Peugeot 208 2 y va de son armada technologique. L’i-Cockpit 3D n’est pas tout seul : régulateur adaptatif, frein automatique, maintien dans la voie, lecture des panneaux de signalisation, park assist… De plus, l’info-divertissement est compatible Bluetooth, CarPlay et Android Auto (ce qui est la norme, aujourd’hui, à vrai dire). A l’image de la Renault Clio V (ainsi que de la dernière Volkswagen Polo), la nouvelle 208 met le paquet niveau techno. Au point que les deux citadines françaises sont aujourd’hui les mieux capées de la catégorie dans ce domaine. N’en déplaise aux constructeurs premium historiques !

La qualité des matériaux et celle des assemblages font bonne impression.

Un constat positif, qu’il convient toutefois de tempérer : d’une, les équipements précités sont, pour la plupart, optionnels. De deux, si la Peugeot 208 II fait la part belle aux technologies, elle minimise les aspects pratiques. Les rangements ne sont pas si nombreux, et surtout, le volume du coffre déçoit : 265 dm3, contre 285 dm3 pour l’ancienne 208, pourtant plus petite. En comparaison, une Clio V affiche un volume de 366 dm3, une Volkswagen Polo 351 dm3 et une Citroën C3, 300 dm3. On se consolera en constatant que des passagers d’environ 1,80 m peuvent prendre place à l’arrière sans toucher le plafond, et même en étant plutôt bien assis ! Néanmoins, clairement, pour les aspects pratiques, il faudra plutôt de se pencher du côté du Peugeot 2008 II.

Essai routier de la nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 PureTech 130 ch

Des chiffres et des lettres…

C’est, forcément, la partie la plus enthousiasmante au moment d’essayer une nouvelle voiture ! Décortiquer son design extérieur, évoquer son habitacle, c’est bien (et nécessaire : nous n’achetons pas uniquement une voiture pour ses qualités routières). Mais pouvoir, en plus, la conduire, c’est mieux ! C’est tout l’intérêt d’un essai, et a fortiori de cet article puisque nous vous avions déjà présenté à de multiples reprises la Peugeot 208 2 sur le site. Avant d’entrer dans le vif du sujet, permettez-nous une présentation rapide de la gamme moteurs de la nouvelle lionne.

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Nous allons volontairement mettre de côté la e-208 (électrique), à laquelle nous consacrerons un essai plus détaillé. Pour ses versions thermiques, la Peugeot 208 II s’épaule du moteur 3 cylindres 1.2 PureTech en essence (en 75, 100 et 130 ch – ce dernier niveau de puissance étant d’office couplé à une boîte automatique à 8 rapports – vous comprendrez donc que le modèle photographié dans cet article, équipé d’une boîte manuelle, n’est pas celui nous ayant servi lors de l’essai) et du bloc 1.2 BlueHDi de 100 ch (BVM6) en diesel. Bonne nouvelle, le poids de la nouvelle Peugeot 208 2019 reste contenu : de 1090 à 1158 kg selon la motorisation choisie ; gage d’une consommation maîtrisée. Voilà pour la théorie : maintenant que vous avez ces données-là en tête, nous pouvons passer à la pratique !

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Vamos !

Ca veut dire “allons-y” en espagnol, mais aussi en portugais (sinon, Google Traduction a fait une légère bourde). Alors on y va ! Pied sur le frein, pression sur le bouton start : nous voilà élancés sur les routes portugaises. Comme indiqué précédemment, la nouvelle Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch est d’office couplée à la boîte automatique à 8 rapports EAT8. La commande se fait via un petit levier, repris des 3008 et 508, plutôt agréable à manier. Et globalement, il faut le dire, cette boîte est un régal : il est satisfaisant de constater qu’avec l’EAT8, PSA tient une boîte auto digne de ce nom, renvoyant ainsi à de lointains (et mauvais souvenirs) la période BMP6. Les rapports se passent sans à-coups, et la boîte gère relativement bien les changements lorsque le conducteur a le pied plus lourd. Si bien que le mode manuel, avec palettes au volant, peut paraître superflu, même s’il reste toujours “jouissif” d’utiliser les palettes – de surcroît facilement accessibles sur cette 208.

Parlons un peu du moteur, à présent : nous ne l’avions pas encore précisé, mais le 1.2 PureTech est un 3 cylindres. Il vous gratifie donc d’une sonorité toute particulière (propre aux moteurs 3 cylindres) qui, si elle peut avoir du charme au départ (et sait se faire discrète), peut aussi finir par agacer les oreilles à haut régime, d’autant qu’au-delà de 4000 trs/min, le manque de couple-moteur se fait vraiment sentir. Malgré tout, et compte-tenu du poids raisonnable de cette nouvelle Peugeot 208 2019 PureTech, les 130 ch du moteur suffisent amplement, et même plus : cette 208 atteint facilement des vitesses non autorisées. Le tout, avec une tenue de route irréprochable.

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Il y a tout de même deux points qui étonnent. Le premier concerne les suspensions : nous les avons trouvées relativement souples, en tout cas bien plus que celles de l’ancienne génération de 208. De fait, la voiture est extrêmement confortable… Ce qui est très bien, bien-sûr, mais ce qui surprend aussi un peu au vu des qualités intrinsèques du châssis qui inviteraient plutôt à une conduite sportive. Le deuxième est à propos de la direction : là, nous avons été un peu déçus. Elle est, là aussi, très souple et semble manquer légèrement de précision, nécessitant donc de faire régulièrement des micro-corrections. A noter que le mode Sport, disponible sur la version GT-Line (“au-dessus” de notre niveau Allure), gomme assez efficacement ce défaut.

Au global, le 1.2 PureTech 130 ch semble être un bon allié de cette 208 II. Il nous a en tout cas plus séduit, malgré ces quelques remarques, que le moteur BlueHDi 100 (diesel) sur lequel nous reviendrons.

Nouvelle Peugeot 208 2019 : la gamme et les prix

15 500 € : c’est le prix de la nouvelle 208, en finition Like, avec le moteur 1.2 PureTech 3 cylindres de 75 ch. Cette finition d’entrée de gamme dispose de la climatisation manuelle, de la radio à écran tactile 5 pouces ou encore de l’allumage automatique des phares. Côté diesel, le premier prix démarre à 18 000 € avec la même finition (1.5 BlueHDi de 100 ch).

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Le niveau Active ajoute : l’écran tactile de 7 pouces, des jantes en alliage de 16 pouces et le volant en cuir multifonction, tandis que la finition Allure offre le système mains libres, la surveillance des angles morts et 4 ports USB. Enfin, la Peugeot 208 2019 GT Line se distingue par ses jantes de 17 pouces, ses extensions d’aile noir brillant et son GPS. Ci-dessous, l’ensemble des prix (e-208 compris) :

Gamme 208 essence :

  • 1.2 PureTech 75 chevaux BVM5 Like : 15.500€
  • 1.2 PureTech 75 chevaux BVM5 Active : 17.500€
  • 1.2 PureTech 75 chevaux BVM5 Allure : 19.200€
  • 1.2 PureTech 75 chevaux BVM5 GT-Line : 21.500€
  • 1.2 PureTech 100 chevaux BVM6 Active : 18.700€ (BVA8 + 1.700€)
  • 1.2 PureTech 100 chevaux BVM6 Allure : 20.400€ (BVA8 + 1.700€)
  • 1.2 PureTech 100 chevaux BVM6 GT-Line : 22.700€ (BVA8 + 1.700€)
  • 1.2 PureTech 130 chevaux BVA8 Active : 22.300€
  • 1.2 PureTech 130 chevaux BVA8 Allure : 24.000€
  • 1.2 PureTech 130 chevaux BVA8 GT-Line : 26.300€

Gamme 208 diesel :

  • 1.5 BlueHDi 100 chevaux BVM6 Like : 18.000€
  • 1.5 BlueHDi 100 chevaux BVM6 Active : 20.000€
  • 1.5 BlueHDi 100 chevaux BVM6 Allure : 21.700€
  • 1.5 BlueHDi 100 chevaux BVM6 GT-Line : 24.000€

Gamme e-208 (électrique), bonus de 6.000€ à déduire des tarifs ci-dessous :

  • e-208 Active : 32.100€
  • e-208 Allure : 33.300€
  • e-208 GT-Line : 35.600€
  • e-208 GT : 37.150€

En comparaison, sa grande rivale la Clio apparaît plus compétitive en termes de tarifs. Mais l’équipement est légèrement moins poussé, ou plutôt, la citadine du losange impose de choisir des niveaux de finition plus hauts que ceux de la 208 II pour avoir le même équipement. La Citroën C3, quant à elle, est clairement moins chère, mais aussi clairement moins bien équipée.

Conclusion : la nouvelle Peugeot 208 2019, une citadine attachante

Autant aller droit au but : avec les nouvelles Clio et 208, Renault et Peugeot proposent deux excellentes citadines. Indépendamment de leurs styles, radicalement différents, la grosse différence entre les deux est en fait une différence de philosophie : la nouvelle 208 semble parfois faire dans la surenchère (design extérieur très agressif, intérieur à l’ergonomie originale…), là où la Clio est hyper-rationnelle. Mais c’est peut-être, au fond, ce qui fait le charme de la citadine au lion… Et parallèlement, ce qui a déçu certaines personnes lors de la présentation de la très classique Clio. La Peugeot 208 2019 ne fait pas que donner l’impression de changer, elle change réellement. Et à entendre Peugeot, les clients semblent suivre : les carnets de commande commencent a priori à bien se remplir, et la version e-208 représenterait même 22% des commandes en Europe. La Peugeot 208 II va-t-elle piquer la place de numéro 1 des ventes à la Renault Clio (en France) ? Elle en a les arguments, en tout cas… Mais la Clio aussi. Nous on dit : kamoulox !

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.5 BlueHDi 100

nouvelle Peugeot 208 2019 1.2 Puretech 130 ch nouvelle 208 Peugeot 208 II

Galerie photos essai Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.