Le Nouvel Automobiliste
Nouvelle Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDI 100 GT Line Peugeot 208 II

Essai Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 ch 2019 : diesel mais pas rebelle

A l’heure où le diesel est pointé du doigt, et que de plus en plus de modèles abandonnent ce type de carburant, la marque au lion continue d’offrir un diesel à sa citadine fétiche. Nous avons essayé la Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 ch 2019, au caractère plutôt tranquille.

Nouvelle Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDI 100 GT Line Peugeot 208 II

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.2 PureTech 130 ch

Essai Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 2019 : le tour du propriétaire

Nouveau design, nouvelle plate-forme, et un seul moteur diesel

Présentée l’hiver dernier, la nouvelle Peugeot 208 a profité de l’été pour dévoiler ses tarifs et ses équipements, et aura attendu l’automne 2019 pour débarquer en concession. Plusieurs mois se sont ainsi écoulés entre les premières photos officielles de la Peugeot 208 II, et cet essai de la version 1.5 BlueHDi 100 ch. De fait, nous avons déjà eu l’occasion de parler d’elle de manière récurrente sur Le Nouvel Automobiliste (retrouvez à ce lien tous nos articles relatifs à la Peugeot 208 2019). Vous avez d’ailleurs déjà pu lire notre essai de la nouvelle Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch (essence).

Pour l’ensemble de ces raisons, nous resterons volontairement laconique sur les aspects extérieurs et intérieurs de cette Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 ; ces données-là restant stable d’une motorisation (diesel, essence mais aussi électrique) à l’autre. Nous allons davantage rentrer dans les détails de nos impressions de conduite de la Peugeot 208 diesel 2019, forcément différentes pour le coup. Rappelons tout de même que la 208 II gagne près de 10 centimètres en longueur (soit 4,05 m), tout comme elle se dote d’un design bien plus agressif qu’auparavant. Elle est basée sur la nouvelle plate-forme CMP du groupe PSA (inaugurée par le DS 3 Crossback), capable d’accueillir des moteurs thermiques comme des batteries. Ainsi, la nouvelle Peugeot 208 2019 existe en version électrique (e-208), développant l’équivalent de 136 ch et que nous essayerons très bientôt. L’offre essence se centralise autour du petit 3 cylindres 1.2 PureTech disponible en 75, 100 et 130 ch. En diesel, la Peugeot 208 2 se cantonne au moteur 1.5 BlueHDi de 100 ch.

Des prix et un équipement…conséquents

Les prix, quant à eux, oscillent entre 15.500 € (Peugeot 208 1.2 PureTech 75 ch Like) et 26.300 € (Peugeot 208 1.2 PureTech 130 ch GT-Line – comptez entre 32.100 et 37150 € pour la e-208 électrique hors bonus de l’Etat de 6000 €). La 208 2019 diesel débute à 18.000 € et termine à 24.000 €. Si la citadine au lion n’est pas donnée, elle peut néanmoins se prévaloir d’avoir beaucoup d’équipements, dont un des principaux se nomme i-Cockpit 3D. Une dalle numérique de 10 pouces prend ainsi place derrière le volant, en remplacement des compteurs analogiques. Sa particularité est de « hiérarchiser » les informations qu’elle communique en fonction de leur importance à un instant t. Ainsi, l’écran projette les informations sur différentes couches, donnant un effet 3D/de superposition. Un équipement original mais surtout, utile et agréable à l’usage.

D’ailleurs, c’est tout l’intérieur de la nouvelle Peugeot 208 que nous pourrions qualifier d’original. Il dispose en effet d’un style très particulier, similaire à celui de la dernière Peugeot 508, tout en affichant une qualité de finition soignée. Dommage, cependant, que la Peugeot 208 II ne soigne pas autant ses aspects pratiques : le coffre, par exemple, de seulement 265 dm3 (- 20 dm3 par rapport à l’ancienne génération) déçoit, d’autant qu’il est très profond.

Essai Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 2019 : passons aux travaux pratiques !

Avant de commencer, nous devons vous révéler un petit secret : la voiture photographiée n’est pas tout à fait celle que nous avons essayée. « Notre » Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 disposait effectivement d’une boîte manuelle à 6 vitesses, qui est d’ailleurs la seule proposée sur ce bloc. Pour des raisons pratiques lors des essais, nous avons photographié cette Peugeot 208 2019 GT-Line, dotée d’une belle couleur Bleu Vertigo. Maintenant que les choses sont claires entre nous, nous pouvons commencer !

Nouvelle Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDI 100 GT Line Peugeot 208 II

Des bases solides

Indépendamment de son moteur, la Peugeot 208 2019 1.5 BlueHDi 100 jouit de qualités intrinsèques propres à toutes les Peugeot : une tenue de route exceptionnelle, un train avant incisif… Le cocktail est bon. S’y ajoute des suspensions confortables (plus que celles de l’ancienne 208), sans être trop molles. A bord, on prend finalement vite ses marques : le petit volant à méplat est agréable à manier (bien qu’un peu perturbant au départ, de par sa forme…pas très ronde), les commandes tombent sous la main, le système i-Cockpit 3D communique à merveille les informations (notamment celles du GPS – remplaçant ainsi efficacement un affichage tête haute)… Nul doute que la nouvelle Peugeot 208 2019 apparaît bien née. Deux bémols viennent cependant, selon nous, noircir le tableau : la direction est, à notre goût, un peu trop souple, ce qui peut donner l’impression qu’elle ne remonte pas toutes les informations. C’est perturbant car en parallèle, la tenue de route est d’une précision chirurgicale. Par ailleurs, la commande de boîte nous a déplu : elle aussi, manque de précision dans le guidage. Il arrive souvent que l’on se « perde » entre la deuxième et la troisième. Elle invite en fait à un maniement extrêmement coulé, qui ne convient pas à tout le monde.

Pourquoi choisir le diesel quand on a l’essence ?

Concernant le 1.5 BlueHDi 100 en lui-même, son couple de 250 Nm au régime de 1750 tr/min fait que la 208 II, équipée de ce moteur, a de bonnes reprises. Les 100 ch font le job, et l’on se dit qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une plus grande cavalerie pour propulser la voiture. La consommation est par ailleurs raisonnable : 5 l/100 km en cycle mixte sur notre parcours. Pas mal ! Le moteur essence 1.2 PureTech 100 ch consomme un petit peu plus en moyenne… Mais, et c’est l’occasion d’expliciter le titre de ce paragraphe, il distille à notre sens un meilleur agrément de conduite que son homologue diesel, qui a tendance à se montrer bruyant. Le bloc PureTech, avec sa sonorité typique des moteurs 3 cylindres, a beaucoup de charme, et se montre tout aussi performant grâce à son turbo, en étant même plus souple à bas régimes.

Essai Peugeot 208 1.5 BlueHDi 100 2019 : conclusion

Vous l’aurez compris, si la nouvelle Peugeot 208 2019 diesel est incontestablement une « bonne » voiture, elle nous a moins convaincue que son homologue essence. Ce qui n’enlève pas, naturellement, toutes les qualités intrinsèques liées au châssis de cette nouvelle 208, son design original ou encore son intérieur cossu. Il convient de noter quoi qu’il en soit que selon Peugeot, 70% des clients se tourneraient vers les motorisations essences sur la 208 II. D’une part parce que les blocs diesel ne sont plus plébiscités par les acheteurs dans le segment B, et sans doute aussi, d’autre part, parce que la Peugeot 208 2019 offre un bloc essence décliné en trois niveaux de puissance, contre un seul pour le diesel. Clairement, la 208 1.5 BlueHDi 100 n’est pas celle à qui Peugeot entend attribuer le premier rôle !

>> Retrouvez à ce lien notre essai de la Peugeot 208 II 1.2 PureTech 130 ch

Galerie Peugeot 208 II 1.5 BlueHDi 100