Le Nouvel Automobiliste
Essai Mercedes GLC 300de

Essai Mercedes GLC 300de : le SUV hybride idéal ?

Alors que nous avions essayé le Mercedes GLC Coupé en motorisation essence, nous voulions tester sa forme originelle avec un moteur diesel. Et pour accentuer le tout, nous avons pu prendre en mains un Mercedes GLC 300de, soit une version hybride rechargeable diesel. Ce SUV allemand saura-t-il se montrer convaincant ? Saura-t-il se distinguer de ses concurrents avec ce système hybride inédit sur le marché ? Réponse dans notre article qui nous a permis de le tester sur de belles routes bretonnes alliant autoroute mais aussi route nationale.

Essai Mercedes GLC 300de : un design bien sur ses roues

Avec de parler du Mercedes GLC, replongeons dans le passé en commençant notamment par son prédécesseur, le Mercedes GLK apparu en 2009. Dérivé de la Classe C, le GLK est tout simplement la version SUV de celle-ci. Cependant, cette génération se révèle un peu cubique et et cela se voit encore plus sur le SUV. Malgré des chiffres de ventes corrects, celui-ci a été malmené par des concurrents avec un design plus fluide, notamment l’Audi Q5 ou encore le BMW X3.

Face à ce succès un peu mitigé pour la marque, celle-ci dévoile un Mercedes GLC en 2015 avec un dessin plus en harmonie avec la gamme. De plus, sa ligne de caisse se montre plus agréable à l’oeil donnant même l’impression d’avoir un véhicule à mi-chemin entre un SUV et un gros break surélevé. Puis en 2022, la marque à l’étoile présente son nouveau GLC devenant ainsi un peu plus SUV que break tout en s’affirmant face à une concurrence devenue plus aguerrie.

Essai Mercedes GLC 300de

Sur notre modèle d’essai en finition AMG Line, le SUV arborait une calandre avec des petites étoiles chromées donnant une certaine exclusivité au véhicule. Comparé au Mercede GLC Coupé que Guillaume avait essayé en 2020, on note que les feux avants sont plus effilés et donnent un côté moins massif à l’ensemble. A l’arrière, c’est du même acabit avec notamment des feux plus fins et reliés par un bandeau noir. Cela permet d’affiner l’ensemble et ainsi permettre d’avoir une véhicule moins « pataud » visuellement.

Essai Mercedes GLC 300de : un habitacle très typique

Pour l’intérieur, c’est tout simplement du copier-coller de la planche de bord que nous avions pu découvrir dans la Mercedes Classe C All-Terrain. On retrouve ainsi les doubles écrans de 12,3 pouces au niveau du tableau de bord et 11,9 pouces sur la console centrale. Le volant à double branche verticale est toujours présent avec sa multitude de boutons tactiles (sensibles d’ailleurs au quotidien).

Essai Mercedes GLC 300de

Comme sur la plupart des nouvelles Mercedes, les aérateurs façon turbine sont toujours présents et donnent un petit côté cockpit d’avion à l’ensemble. A noter que notre modèle d’essai se parait d’une planche de bord et de la console centrale en plastique à effet fibre de carbone. Pas forcément luxueux pour ce type de véhicule mais elle reste de bonne facture et égaye un peu l’intérieur du Mercedes GLC.

Niveau qualité des matériaux, on voit que l’on est dans du premium avec un assemblage aux petits oignons sans avoir de plastiques durs. Et pour l’ergonomie, c’est plutôt bien même s’il faut un petit temps d’adaptation pour comprendre certaines fonctionnalités et menus. Autre point négatif, l’emplacement de la charge par induction pour smartphone qui est difficile d’accès et surtout impossible de le voir (et potentiellement de l’oublier).

Essai Mercedes GLC 300de : un coffre réduit

A l’avant, les sièges sont confortables avec une bonne assise et un agréable maintien latéral. Même si la console centrale est assez proéminente, chaque passager avant profitent d’une bonne habitabilité. D’ailleurs, avec leur commande électrique, il est très facile de trouver sa position idéale (même l’appui-tête est électrique). Peut-être un léger mauvais point, la lenteur du système.

Essai Mercedes GLC 300de

Pour l’arrière, c’est du même genre avec une banquette permettant d’avoir trois adultes et dans un confort typiquement de Mercedes. Même si l’empattement a été augmenté de 15mm, la longueur est plutôt bonne mais on aurait bénéficié d’un peu plus d’espace. A noter que la garde au toit est suffisante même pour des personnes de plus d’1m90.

Ce qui est le plus pénalisant sur ce Mercedes GLC 300de, c’est son coffre. En effet, dû à la présence des batteries à cet endroit, le volume a perdu 150 litres pour n’arriver plus qu’à 470 litres. C’est à peine mieux que des véhicules du segment inférieur comme un Renault Captur ou encore un Peugeot 2008 (culminant aux alentours de 430 litres). Et c’est encore plus problématique avec l’absence de double-fond qui fait que les câbles de recharge (dans leur sac) traînent dans le coffre.

Essai Mercedes GLC 300de : seulement deux niveaux de finitions mais toujours des options

A l’instar de BMW, la marque à l’étoile rationnalise ses niveaux de finitions en ne proposant plus que deux versions. De base, la finition déommée Avant-Garde jouit d’un équipement de série déjà bien fourni. Vous aurez ainsi de base la climatisation auto bizone, des sièges à réglages électriques et chauffants, un hayon motorisé, une réplication de smartphone sans fil et une recharge par induction de smartphone, une banquette arrière rabattable électriquement 40/20/40, la caméra de recul ou encore des jantes alliage de 18 pouces.

Essai Mercedes GLC 300de

Pour la seconde finition dite AMG Line, celle-ci ajoute les sièges sport, le volant à méplat, le pédalier alu, la suspension affermie et surbaissée, les jantes AMG de 19 pouces ou encore la décoration extérieure plus sportive avec son tableau de bord recouvert de similicuir ARTICO façon Nappa noir.

Essai Mercedes GLC 300de

Mais comme tout bon premium allemand, c’est dans les options ou pack qu’il faut aller chercher pour bénéficier des nombreuses technologies. Par exemple, si vous voulez profiter de l’assistant de régulation de distance DISTRONIC actif, il vous faudra prendre le pack d’assistance à la conduite Plus, facturé 2 950 euros. Pour vous donner un ordre d’idées, notre modèle d’essai équipé de quasiment toutes les options et packs possibles affichait 18 850 euros d’options/packs. Cela commence à chiffrer… en sachant que le tarif de ce modèle débute à 77 850 euros

Essai Mercedes GLC 300de : de quoi faire des kilomètres

Comme la plupart de ses concurrents, le Mercedes GLC s’articule autour de nombreuses motorisations mais avec la fiscalité qui subsiste en France, seulement une partie n’est disponible sur notre marché (un moteur diesel et trois moteurs hybrides rechargeables). Et c’est parmi l’offre hybride que ce Mercedes GLC 300de vient prendre place. Celui-ci s’équipe d’un moteur 4 cylindres diesel de 197 chevaux accouplé à un moteur électrique synchrone de 136 chevaux et portant ainsi la puissance à 333 chevaux tout cumulé.

Avant de parler du moteur mazouté, concentrons sur la machine électrique. Même si la puissance est largement suffisante pour s’insérer dans le trafic, ne vous attendez pas à un foudre de guerre. Mais avec la capacité de la batterie de 31,2 kWh, ce Mercedes GLC profite d’une autonomie intéressante de près de 128 kms selon le constructeur. Et c’est clairement ce qui est appréciable avec ce véhicule quasiment seul sur le marché. Globalement, avec un mix 50% de ville/route nationale et 50% d’autoroute, nous avons atteint plus de 90 kms en tout électrique. Ce qui n’est pas si loin du chiffre annoncé par le cycle WLTP si on omet l’utilisation sur autoroute, grand consommateur pour la partie électrique.

Essai Mercedes GLC 300de

Et côté moteur thermique, c’est plutôt bluffant. Tout d’abord, niveau sonorité, même si on peut remarquer un tonalité rauque lorsque le moteur est froid, celui-ci se montre moins audible à vitesse stabilisée. Pour la consommation, celui-ci n’a rien à rougir (même lorsque la batterie est vide) puisque nous avons atteint 6,7 litres aux 100 kms sur autoroute et voir même moins de 6 litres sur route nationale. Ce qui permet tout plein fait (électrique et gazole) d’effectuer près de 1 000 kms au total.

Essai Mercedes GLC 300de : un peu de roulis dû au poids

Reposant sur une nouvelle plate-forme, ce Mercedes GLC 300de bénéficie de nouveaux équipements comme la suspension pneumatique livrée de série pour les versions hybrides rechargeables. Plutôt typée confort, cette suspension permet de corriger les irrégularités de la roue. A noter qu’en mode Dynamic, on retrouve une suspension plus classique permettant d’avoir un véhicule plus joueur.

Cependant, avec son poids de 2 415 kg sur la balance, on ressent une léger roulis sur les virages un peu appuyés. Rien de grave en soit puisque l’électronique corrige les aléas mais il fallait le souligner. N’oublions pas la direction nette et précise qui permet de gommer un peu ce léger flou au niveau du roulis et offrant un vrai ressenti de la route.

Essai Mercedes GLC 300de

Autre particularité de notre modèle d’essai, la présence de roues arrières directrices braquant jusqu’à 4,5 degrés. Grâce à ce système, il est très facile de se garer et de manœuvrer dans les parkings de plus en plus serrés. Un peu déroutant au tout début mais on y prend vite goût !!!

Essai Mercedes GLC 300de : seul au monde ?

Quand on parle Mercedes, on pense tout de suite à des adversaires plutôt typés premiums allemands, avec l’Audi Q5 ou encore le BMW X3. Cependant, ces deux concurrents même si profitant de versions hybrides rechargeables, ils ne peuvent offrir une version hybridée et surtout diesel. De plus, avec sa batterie de 31,2 kWh, le Mercedes GLC 300de prend largement le large face à ses compétiteurs.

Essai Mercedes GLC 300de

Pour concurrence ce Mercedes, il faut plutôt regarder côté pays nordique avec le Volvo XC60 T6. Avec ses 350 chevaux et son autonomie électrique en WLTP de 79 kms, c’est celui qui peut se rapprocher le plus du SUV à l’étoile. Cependant, malgré de bonnes prestations, il ne bénéficie pas de la notoriété du Mercedes GLC.

Essai Mercedes GLC 300de : un vrai challenger…

Globalement, ce Mercedes GLC 300de nous a fortement séduit. Déjà, son restylage de mi – carrière lui donne une plus grande légitimité face à une concurrence croissante. Bien que son intérieur reste un peu proche de sa petite soeur, la Classe C, il profite d’une habitabilité et d’une modularité convaincante. Reste son point noir, le coffre réduit pour voyager en famille.

Essai Mercedes GLC 300de

Côté mécanique, ce Mercedes GLC 300de écrase la concurrence. Avec près de 100 kms d’autonomie électrique et son moteur diesel suffisant, il est vraiment le seul SUV à proposer ce type de motorisations sur le marché. Cependant, au vu de la capacité de la batterie, on peut se demander si les 2 650 euros supplémentaires demandés face au GLC 300e sont rentables ? De même que les 12 350 euros supplémentaires face au GLC 200d, moins lourd et tout aussi économique niveau moteur thermique.

Crédits photos : Christian CONDÉ

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021