Le Nouvel Automobiliste

De la 504 à la 508 : voyage sur les traces des origines de Peugeot en Franche-Comté (1/10)

Cinquante ans après la Peugeot 504, l’année 2019 verra-t-elle la Peugeot 508 devenir, comme son aînée, la voiture de l’année ? Avant de le savoir, en amont du Salon de Genève, nous avons voulu nous plonger dans l’histoire de la marque au Lion et de l’une de ses gammes les plus célèbres, les 504. Le lancement de la nouvelle 508 est un prétexte tout trouvé pour partir sur les traces des origines de Peugeot, sur ces terres franc-comtoises où depuis 1810, industrie rime avec Peugeot.

Etape 1 : au départ de l’aventure Peugeot

Notre aventure Peugeot commence… à l’Aventure Peugeot. Au musée, bien sûr, et plus exactement, dans les ateliers du Musée. Dans ce bâtiment sont restaurées les voitures de propriétaires privés ou celles des collections de Sochaux. Ces dernières comptent environ 500 lionnes, dont une cinquantaine doit passer entre les mains des carrossiers et mécaniciens pour être restaurées.

Ces artistes aux petits soins des anciennes sochaliennes sont au nombre de 4 et opèrent à moteur ouvert une 201 Cabriolet, refabriquent une rare 203R VSP qui aurait pu être la Jeep à la française, remettent à neuf un fier fourgon D4 ou encore recarrossent une 203 Darl’Mat à la luxueuse calandre.

Premier contact avec les Peugeot 504

De 1968 à 1985, c’est en l’usine de Sochaux que naissaient les 504. Aujourd’hui, c’est ici que celles en possession de l’Aventure Peugeot Citroën DS, l’association en charge de la préservation du patrimoine du Groupe PSA, sont entretenues. Nos trois belles du jour, qui attendent de pneu ferme de se dégourdir les moyeux en pays de Montbéliard sont fin prêtes pour la route !

Accompagnés par plusieurs berlines 508, nous allons pouvoir prendre le volant tour à tour d’une berline 504 GL de 1974, d’un cabriolet 504 V6 à carburateur de 1977 et d’un coupé 504 V6 à injection de 1983, l’un des derniers exemplaires produits de ce type. Avec plus de 3,7 millions d’exemplaires construits en 37 ans, dont 2 644 326 berlines, la 504 fait figure d’icône dans l’histoire sochalienne.

La voiture qui pouvait tout faire

Ce qui rend l’histoire de la 504 marquante, c’est sa variété. Celle qui aurait pu n’être qu’une austère berline sochalienne, digne successeure des 403 et 404, a su incarner tous les rôles, tel un ministre de la Quatrième République. Avec sa malle à pan coupé, elle fut ainsi la parfaite berline tricorps du notable, du taxi ou encore du père de famille, mais elle fut aussi la commerciale ultra-logeable et pratique des grandes familles et des paysans. Pour ces derniers, la 504 pick-up est un must de solidité, quelles que soient les routes, quelles que soient les charges. Mais, changez sa carrosserie et la 504 se mue en coupé ou cabriolet, le plus élégant de sa génération, grâce à Pininfarina.

Et si vous aimez le sport ? C’est possible aussi avec la 504 coupé de Rallye ! Son terrain de jeu favori ? Les plus effrayants ! Bandama, Maroc, Argentine, Kenya, Congo : de 1971 à 1981, elle y remporta des dizaines de victoires. Un exemplaire était, lors de notre reportage, en restauration dans les ateliers. Si la carrosserie est identique à la série, l’intérieur… plus vraiment ! Si l’on retrouve la structure et les compteurs derrière le volant, les aérateurs et les nombreux manomètres sont spécifiques. Oui, la 504 savait tout faire et le fit jusqu’au beau milieu des années 2000.

2019, année historique

Si la berline 504 fut présentée et lancée en 1968, l’année 1969 reste marquante pour être celle qui lui apporta le titre COTY et les variantes coupé et cabriolet. Leur présentation publique remonte en effet au salon de Genève 69. Au demeurant, après les 120 ans de Renault en 2018, et alors que le Centenaire Citroën débute, Peugeot n’est pas en reste côté anniversaires. L’année 2019 marque ainsi les 130 ans de sa toute première automobile, la Type 1, que son créateur Armand Peugeot avait présenté à l’Exposition Universelle de Paris.

De la 504 à la 508, mais aussi, de l’outillage à l’automobile, c’est cette histoire, longue et polymorphe, que nous allons vous raconter ces prochains jours sur The Automobilists. Avec « nos » 504 aux lignes indémodables et au chic irrésistible, nous vous emmènerons découvrir les archives de l’un des groupes industriels les plus âgés encore en activité, nous vous ferons découvrir la fabrication toujours d’actualité des célèbres moulins Peugeot, et nous tenterons de vous raconter cette aventure Peugeot qui se vit aussi bien au musée qu’hors les murs.

Une aventure en 10 épisodes

Prochaine étape de notre voyage sur la route des origines de Peugeot ? Hérimoncourt, à quelques encablures de Sochaux : un lieu d’histoire ô combien important pour le Lion…

Crédit photos : François M – The Automobilist & Peugeot