Le Nouvel Automobiliste

Nouvelle Renault Clio V : vraiment tout d’une très grande

Renault Clio 5

Cette fois le voile est totalement levé sur la nouvelle Renault Clio V ! Après nous avoir révélé hier un intérieur complètement transformé et particulièrement soigné, le Losange nous livre enfin les premiers clichés de l’extérieur du véhicule. Comme promis depuis longtemps, notamment par Laurens Van Den Acker, le chef du design Renault à qui l’on doit la nouvelle identité de la gamme, la Clio V se veut plus une évolution qu’une révolution. Mais une évolution très aboutie où tous les petits détails de la précédente génération ont été revus et améliorés pour que cette nouvelle Clio V ait vraiment tout d’une très grande.

Renault Clio 5

Clio V : la même en mieux

Prenez une Clio IV dont le style, tout en galbes, a été maintes fois salué et attachez-vous à en retoucher chaque petit détail afin de le rendre plus percutant, plus juste et plus expressif. On pourrait en gros (en très gros on avoue) résumer ainsi cette nouvelle Clio V tant il est évident qu’elle est la fille totalement légitime de la IV. Les détracteurs auront d’ailleurs beau jeu de parler de léger restylage plutôt que de nouvelle génération et d’accuser le losange de faire du Volkswagen.

Et pourtant, c’est bien une toute nouvelle Clio que vous avez sous les yeux. Et, même si la recette de Wolfsburg a souvent tendance à agacer, il faut bien reconnaître aussi qu’elle fonctionne particulièrement bien. Renault tient aujourd’hui un style propre, intégré et globalement apprécié, la stratégie instillée par Laurens Van Den Acker de la faire évoluer en douceur (ce qu’il n’a cessé de nous rappeler à chaque fois que nous l’avons rencontré ces dernières années) peut à présent se mettre en place.

Clio V : Style affiné et affirmé

Le profil est sans doute la partie qui semble la plus proche de l’actuelle. Il est cependant légèrement simplifié et visuellement étiré. Notamment avec le traitement du bas de caisse dont l’ancienne protection n’est plus que suggérée par le pli de carrosserie au profit d’une simple ligne chromée plus valorisante, avec cette petite virgule dynamisante qui part de l’aile avant ou avec le cerclage chromé de la ligne de vitrage. On a du coup le sentiment d’un véhicule plus élancé et racé ce qui est encore renforcé par l’intégration de la poignée de porte arrière dans le montant. Un artifice repris de l’ancienne mais nettement amélioré et dont le rendu est plus efficace, la voiture se donnant des airs de trois portes voire de coupé.

L’avant se rapproche fortement de la Mégane. Les optiques intègrent la signature DRL maison, le C-Shape, avec des crosses séparées de l’optique à la façon de la grande sœur mais peut-être de manière plus équilibrée et maîtrisée. Le capot se bombe légèrement et adopte un modelé nettement plus agressif avec ces deux traits marqués (qu’on retrouve en imitation à l’intérieur sur la casquette d’instrumentation). La face avant gagne ainsi en expression et en caractère avec un losange profitant d’une mise en scène élargie.

L’ensemble offre un visage un peu moins béat, plus horizontal, et plus déterminé. Remarquez aussi les différenciations de cette face avant selon les finitions proposées : moustache gris alu pour « sportiviser » la version R.S. Line, calandre noire sur les versions plus classiques et au contraire diamantée et siglée sur la version Initiale Paris

L’arrière évolue surtout dans ses optiques sur lesquelles on pourra peut-être formuler quelques critiques. Un peu plus volumineuses elles peuvent au premier regard apparaître moins fines et dynamisantes que celles, très simples, de la version IV. Mais elles renforcent en contrepartie les hanches marquées de cette Clio V et lui confèrent une assise plus marquée sur la route. L’ensemble est là aussi simplifié, la barre de chrome migre vers le bas de pare-choc et le décor qui était apposé sur celui-ci, qui avait déjà été simplifié lors du restylage de mi-vie, disparaît. La version R.S. Line adopte un pseudo diffuseur gris alu.

Plus courte de 1,4 cm, plus basse de 3 cm, la Clio est donc maintenant longue de 4,05 m ce qui reste dans la moyenne haute des citadines, et sans que le coffre n’y perde (391 dm3 contre 300 sur la Clio IV promet Renault). Ce dernier proposera même un double-fond et un fond plat lorsque le rang 2 est rabattu.

Clio V : Et sous le capot ?

Fort peu d’informations pour le moment de la part de Renault. Comme nous l’avons vu hier la Clio sera proposée avec des boîtes mécaniques ou à double embrayage (EDC) mais les motorisations restent pour le moment plus ou moins inconnues. On sait cependant déjà que la voiture offrira une conduite autonome de niveau 2 avec le lane assist et le régulateur de vitesse couplé au radar de distance permettant la fonction stop&go. On sait par ailleurs que la version break ne sera pas reconduite.

La nouvelle Clio V inaugure la plateforme CMF-B ce qui devrait lui permettre de largement renouveler sa gamme de motorisation et, dans un avenir plus ou moins proche (disons une bonne année) d’offrir également une version hybride baptisée 1.6 e-Tech Hybrid. Cette dernière offrira 128 ch et une autonomie en tout électrique de 5 km (grâce à une mini-batterie de 1,2 kWh alimentant 2 moteurs électriques) et il y a de grandes chance qu’elle soit épaulée par une version Plug-in offrant une autonomie en tout électrique largement supérieure.

Côté motorisations plus classiques on devrait retrouver le 1.0 SCe de 75 ch de la Sandero, le 1.0 TCe de 100 ch déjà vu sous le capot de la Nissan Micra et une version un peu plus musclée avec un 1.3 TCe de 130 ch. Les motorisations Diesel seront vraisemblablement les 1.5 BluedCi de 85 et 115 ch.

Cette nouvelle Clio V sera en tout cas l’une des stars du salon de Genève qui ouvre dans un peu plus d’un mois. Renault y dévoilera sa gamme complète et fournira à cette occasion plus d’information sur sa nouvelle muse. Nous serons naturellement sur place pour vous en informer au plus vite.

Via Renault