Le Nouvel Automobiliste

Mercedes-Benz EQV : la navette Classe V devient électrique

Ce n’était un secret pour personne : le Mercedes-Benz Classe V allait devenir électrique avec une nouvelle version baptisée EQV. Un concept-car à peine différent du modèle de série avait été dévoilé en ce sens au Salon de Genève et qui diffère de son jumeau utilitaire, le eVito déjà découvert dans nos colonnes. Voyons cependant ce que nous réserve ce nouveau Mercedes EQV !

Mercedes-Benz EQV : la première navette électrique

Second modèle 100 % électrique de la gamme « EQ » après le SUV EQC et en attendant la compacte EQA, le Mercedes EQV se positionne aussi comme la première navette de transports de passagers électrique. Un segment où Mercedes ferraille face aux Transporter, Traveller et autres Trafic Space Class, avec un usage tantôt autoroutier, tantôt urbain pour les hôtels et autres VTC. L’arrivée d’une offre électrique permet donc au modèle à l’Etoile de se différencier de ses concurrents.

Esthétiquement, il ne diffère d’un Classe V que par sa calandre, qui comporte un liseré de diodes en partie supérieure, et par les feux qui sont collés à cette calandre tel un masque. Le style est donc discret, et ne fait pas l’objet d’une carrosserie spécifique comme nombre de VE allemands (EQC mais aussi BMW i3 ou encore Audi e-Tron Quattro).

Au programme, 405 km d’autonomie promise (mais le protocole d’homologation, NEDC ou WLTP, n’est pas précisée) rechargeable à 80 % en 45 minutes sur prises 110 kW. La prise de recharge se situe sur le bouclier avant côté conducteur : il faudra faire attention aux chocs en ville mais au moins son accès est pratique pour la recharge sur borne publique (d’autoroute ou en ville). La recharge prend, sur borne publique 11 kW ou Wallbox, aux alentours de 10 heures.

Bride pour les performances, pas pour le volume

Côté performances, comptez 362 Nm de couple pour 150 kW de puissance (204 ch) mais une vitesse maximale bridée à 160 km/h, préservation de l’autonomie oblige (consommation moyenne : 27 kWh/100 km). Il n’y a guère qu’en Allemagne qu’une telle « bride » surprendra, cependant. A bord, l’univers du Classe V se retrouve à 100 % dans l’EQV avec des configurations de 6 à 8 occupants (+1, le conducteur) sans perte de volume de coffre. La batterie (90 kWh) est implantée dans le plancher.

Contrairement au Mercedes Classe V « thermique », qui n’a pas pu encore y goûter, l’EQV reçoit l’info-divertissement avec assistant vocal MBUX sur écran de 10 pouces de diagonale. Cela aurait pu être un comble pour un modèle électrique, mais les portes coulissantes sont toujours électriques sur l’EQV, afin d’accueillir au mieux les passagers à l’arrière. Deux longueurs de châssis seront proposées : 5,14 m et 5,37 m, les tailles « supérieures » (la plus courte, 4,66 m, n’étant pas concernée), de quoi garantir des empattements suffisants (respectivement 3,20 m 3,43 m).

Néanmoins pour de telles prestations, le prix n’est pas encore connu, ni la gamme qui pourrait être composée d’autres niveaux de puissance ou de batteries.

Le Mercedes-Benz EQV en images :

Source : Mercedes-Benz Vans