Le Nouvel Automobiliste

Honda e-Prototype : la Zoe nipponne se précise !

Parfois, les constructeurs se donnent beaucoup de mal pour baptiser leurs modèles. Mais cela n’a rien de systématique : après avoir présenté l’Urban EV au salon de Francfort en 2017, Honda débarquera cette année à Genève avec un autre concept car : e-Prototype. Explicite au possible : c’est un prototype électrique, comme vous l’avez lucidement deviné. Et c’est surtout un avant-goût très réaliste de la future citadine électrique de Honda : la Renault Zoe et la nouvelle Peugeot e-208 n’ont qu’à bien se tenir !

Honda e-Prototype : de plus en plus réaliste

L’Urban EV avait fait forte impression à sa présentation : citadine compacte, râblée, bien campée sur ses roues, dotée de 3 portes (ça devient si rare !) et dotée d’une ligne évoquant la première Civic. Dès lors, Honda annonçait clairement sa volonté de venir se joindre au bal des citadines électriques. Avec la e-Prototype, le constructeur japonais précise ses intentions. A commencer par le style. La face avant reprend les gimmicks du premier concept avec ses optiques rondes et sa calandre noir brillant, les volumes sont épurés, le capot autoclave ou le montant A est noir. Idem à l’arrière avec un look faisant écho à l’avant. Mais il y a quelques différences de taille : les proportions et le nombre de portes. Car le concept Honda e-Prototype se veut surtout proche de la version de série : on sacrifie alors le look à la commodité et à l’homologation.

Ainsi, les porte-à-faux s’allongent légèrement, les roues se font plus réalistes, le pavillon est moins fuyant et… les portes avant à ouverture suicide cèdent la place à 5 portes : les 3 portes appartiennent presque au passé ! Rassurons-nous, nous échappons toutefois à un énième SUV ! Toujours au chapitre des nouveautés, le traitement biton de la caisse rappelle un peu les Skoda Fabia et Audi A1 au niveau du montant C. Quant aux rétroviseurs, ils sont remplacés par des caméras. Il y a quelques années, on aurait assimilé ça à un gadget de show car, désormais, cela peut très bien être un équipement optionnel, l’avenir le dira. Le concept présente aussi des poignées de portes escamotables, lesquelles contribuent à « lisser » les flancs du e-Prototype.

Écran total

Avec des dimensions contenues, la Honda e-Prototype ne cède pas à la tendance actuelle des citadines : 3,90 m de long, 1,75 m de large et 1,50 m de haut, elle est ainsi plus compacte qu’une Renault Zoe ou qu’une Peugeot e-208. Bien vu pour la clientèle citadine. A bord, la voiture surprend un peu par son instrumentation horizontale courant sur toute la largeur et délimitée par les écrans des rétroviseurs. Entre les deux, on retrouve le combiné et les écrans multimédias. Ce style avait un peu été défriché au début des années 90 avec le coupé Honda Prélude. La zone centrale et passager des écrans est soulignée d’un parement en bois mat très élégant, tandis que la console centrale abrite des commandes de clim issues de la série : à n’en pas douter, nous avons là le style intérieur proche de celui du modèle définitif.

Comme on le voit sur certaines Kei japonaises et l’habitacle joue sur un intéressant contraste entre ses lignes calmes et épurées en opposition avec la multitude d’écrans. La voiture assume un côté zen et techno à la fois : une vraie japonaise !

200 km d’autonomie

Côté moteur, Honda annonce un bloc électrique de plus de 100 ch entraînant les roues arrière et plus de 200 km d’autonomie, ce qui n’a rien d’extravagant face à une Zoe. Mais la Honda e-Prototype semble vouloir cibler avant tout le vrai problème des véhicules électriques : non pas leur autonomie limitée mais leur temps de charge. Cette petite Honda propose donc une charge « rapide » en 30 minutes permettant de disposer de 80% de la batterie.

Rendez-vous la semaine prochaine au salon de Genève pour l’admirer, en attendant de découvrir le modèle de série qui, souhaitons-le, aura un nom plus inspiré.

Via Honda