Le Nouvel Automobiliste
Ferrari F8 Tributo

Ferrari F8 Tributo : une nouvelle berlinette musclée

A quelques jours du Salon de Genève, Ferrari dévoile la future star de son stand : la F8 Tributo, dotée d’un V8 rempli de chevaux !

Eh oui, déjà une nouvelle berlinette Ferrari !

Née en 2015, la Ferrari 488 GTB vit ses dernières heures puisque sa remplaçante pointe déjà le bout de son museau aérodynamique, en la présence de cette toute nouvelle F8 Tributo.

Un patronyme singulier, qui tranche avec les habituels noms à 3 chiffres utilisés depuis toujours dans la longue lignée des berlinettes à moteur central du cheval cabré : 308, 348, 355, 360, 430, 458 et enfin 488.

F8 Tributo, donc, avec un 8 comme V8 pour perpétuer la tradition, mais pas n’importe lequel puisqu’il s’agit là du plus puissant jamais créé par Ferrari.

Jugez plutôt : 720 chevaux à 8000 tr/min et 770 Nm de couple disponibles dès 3250 tr/min issus du V8 3.9l bi-turbo déjà vu sur la 488 GTB, mais qui gagne 50 chevaux pour l’occasion. Le moteur atteint le rapport faramineux de 185 ch/l, une belle performance qui rapportera peut-être un nouveau titre de moteur de l’année à Maranello après avoir remporté cette récompense en 2016, 2017 et 2018.

Un vrai F16, cette F8 Tributo !

Les performances annoncées sont bien entendu exceptionnelles, avec un 0 à 100 km/h expédié en 2.9 secondes, 7.8 secondes pour le 0 à 200 km/h et une vitesse maxi perchée à 340 km/h !

Outre le travail sur le moteur, qui n’est pas hybride DU TOUT comme l’annonçaient certaines rumeurs, les ingénieurs ont également travaillé pour optimiser encore plus l’aérodynamisme ainsi que la masse totale de cette F8 Tributo par rapport à celle qu’elle remplace.

Ainsi, Ferrari annonce une perte de poids de 40 kg, plaçant se F8 Tributo à seulement 1330 kg sur la balance ! L’appui total généré est supérieur de 10% à celui de la 488 GTB, un gain substantiel obtenu notamment grâce au S-Duct placé sur le capot avant, technologie déjà vue sur la version énervée de sa devancière, la 488 Pista, et qui contribue à lui seul pour 15% du gain en performance aérodynamique.

Les entrées d’air ont été élargies, grâce notamment aux phares plus petits qui permettent d’obtenir des écopes de refroidissement pour les freins plus généreuses, et les radiateurs inclinés vers l’arrière combinés à des ouvertures latérales pilotées permettent d’optimiser au maximum le refroidissement de la mécanique.

Retour vers le passé

A l’arrière, on retrouve un hommage assumé à la légendaire F40 avec la vitre en Lexan ajourée qui nous laisse apercevoir les entrailles de la bête, mais qui permet aussi à l’air chaud d’être évacué directement sur le spoiler, améliorant ainsi encore un peu l’appui généré.

Les doubles feux arrière ronds font également leur grand retour, après avoir été portés disparus sur les berlinettes V8 Ferrari depuis l’arrivée de la 458 Italia en 2009.

Ambiance intérieure soignée

A l’intérieur, on retrouve une planche de bord dans le style maison, à la fois moderne et sportif, les amateurs du genre ne seront ainsi pas déboussolés. La taille du volant a été réduite pour une meilleure prise en main et des sensations de pilotage toujours plus plaisantes, avec un Manettino disposant d’une nouvelle fonction Ferrari Dynamic Enhancer accessible via le mode Race et qui permettra aux apprentis pilotes d’atteindre les limites encore plus facilement.

Le style général reste dans la continuité des 458 et 488, on pourrait presque parler de gros restylage d’ailleurs puisqu’on remarque un profil de vitrage identique. Néanmoins, la forte personnalité des faces avant et arrière ne devrait avoir aucun mal à faire chavirer les cœurs des futurs acheteurs et des visiteurs du stand Ferrari à Genève ou cette F8 Tributo fera sa première apparition publique. Les tarifs n’ont pas été annoncés pour le moment, mais il faudra sans doute compter sur un tarif de base aux alentours des 230 000 €.

Via Ferrari.