Le Nouvel Automobiliste

Epoqu’Auto 2019 : un riche programme Citroën pour le Centenaire

Les organisateurs d’Epoqu’Auto espèrent que le Centenaire s’achève sous forme d’apothéose à Eurexpo ! Et force est de reconnaître que les forces en présence sont bien là avec deux galeries riches, l’une consacrée aux voitures de série, l’autre aux véhicules de compétition, ainsi qu’un troisième espace réservé à des carrosseries rares ou uniques !

Epoqu’Auto 2019 : des expositions Citroën exceptionnelles !

La présence chevronnée commence dès le Dôme d’Eurexpo avec la présence de carrosseries qu’on ne voit pratiquement jamais : la SM Présidentielle landaulet 3 PR 75, qui rend un hommage au dernier Président l’ayant utilisée, Jacques Chirac ; la Traction 15/6 d’Yvette Horner, marquée par 11 Tours de France à l’accordéon ; et une première exposition de modèles quasi introuvables :

  • un TUB de la collection du musée Michelin en cours de restauration, déjà vu à la Ferté Vidame,
  • la Rosalie carrossée par Jean Daninos et recréée par Alain Lassalle,
  • une TPV, la survivante reconstruite et restaurée de Citroën Héritage,
  • une MEP, curiosité albigeoise puisque la marque a produit 7 Daphné VII au début des années 1950 sur moteur d’ID 19, dont la seule survivante connue est à Eurexpo,
  • Et une quasi « grande série » à côté de ces raretés, une DS Chapron coupé Le Dandy, une parmi les 50 produites.

Les Citroën rares et uniques d’Epoqu’Auto 2019

Après ce départ en fanfare, que reste-t-il ? Une exposition rétrospective de toute la production Citroën, des Type A de 1919 jusqu’à la XM ; et une autre exposition de voitures de « sport », tantôt de records, tantôt d’exploits, allant de la B2 Autochenille « Scarabée d’Or » et de la Petite Rosalie des records, toutes deux reconstruites, jusqu’aux Xsara et C4 WRC du légendaire duo Loeb-Elena. Des prototypes rares comme une DS Ricou ou encore une MEP X27, elle aussi albigeoise et créée par Maurice Emile Pezous,une monoplace sur moteur de GS 1015 (30 modèles existants).

Il faut être tatillon pour trouver des modèles manquants, tant ces plateaux rassemblent chacun des véhicules attendus pour un tel événement. Un break (CX ? DS ? BX ?) aurait été le bienvenu mais il y avait déjà foule ! Même, sur une allée adjacente, deux « sportives » de série ont trouvé refuge : une ZX rallye de 1991 couleur jaune Taxi Italie, et une Xsara Sport de 2002 Rouge Vallelunga. Quant aux plus jeunes, ils pourront rêver de la mini Deuche réduite à 37 % du volume d’une vraie 2cv, longue de 2,80 m pour 1,10 m de large et 1,20 m de haut et 300 kg !

Ce programme riche s’accompagne de la présence des nombreux clubs du village de l’Aventure Peugeot Citroën DS, qu’il est difficile de résumer en un seul article. Alors pour commencer, voici un tour d’horizon des plateaux « officiels » avant de passer aux clubs et aux autres « chevronnées » du salon.

Le plateau réservé aux Citroën de série du salon Epoqu’Auto 2019

Le plateau réservé aux Citroën de sport et d’aventure du salon Epoqu’Auto 2019

Crédit photos : François Mortier – Le Nouvel Automobiliste