Le Nouvel Automobiliste
croquis non reveles pour le concours interne ASL concept car Geoffrey Rossilion

Quand Thierry Metroz lève le voile sur les coulisses du design DS

Sur ses réseaux sociaux, le directeur du style de DS Automobiles se livre à quelques confidences en dévoilant à ses abonnés des chimères, des ébauches de silhouettes ou des avant-projets d’études entre-temps annulés. Ensemble, découvrons ces DS qui n’ont de réalité que dans les rêves.

Qui n’a jamais rêvé de savoir ce qui se trame dans un bureau d’études ? De découvrir des projets qui ne verront jamais le jour ? Des pistes de réflexion qui annoncent le style du futur, ou simplement sans lendemain ? Régulièrement si vous le suivez sur Instagram ou Facebook, Thierry Metroz surprend en rendant publics des planches d’inspiration et des designs complets.

Bien sûr, ne nous leurrons pas : l’exercice est calculé. Il permet de donner à voir toute l’étendue de la créativité au pouvoir derrière les murs du Design Studio de Vélizy, sans dévoiler trop précipitamment les prochains modèles de la marque. C’est pourquoi, à l’image de l’étude Mi 21 dévoilée en juin 2023, et qui présentait un projet déjà âgé de deux ans, ou de l’étude Code X au printemps 2019, ces révélations ne sont pas des scoops mais plutôt des morceaux choisis, qui permettent de comprendre le cheminement créatif de la marque. Et au-delà du simple plaisir de découvrir de l’inattendu, elles ont pour but de faire parler et d’inciter des designers à candidater pour rejoindre les équipes de DS.

Dans les coulisses du projet ASL

Souvenez-vous de l’année 2020 : elle devait couronner l’annonce du positionnement de DS sur les silhouettes Aero Sport Lounge, mixant à la fois position de conduite haute des SUV et un aérodynamisme soigné digne d’une berline. Las, la pandémie empêcha le grand public d’approcher ce concept-car complet (extérieur et intérieur), fonctionnel et roulant. Pour le préparer, les équipes de DS ont toutes été mises en compétition et ont proposé des planches de style. Ces documents ne sortent normalement jamais du secret où ils sont plongés, mais en juillet 2023, ils ont été projetés en pleine lumière pour le plus grand plaisir des fans de design et des followers de Thierry Metroz.

Sous forme de planches de sketchs, les six projets en lice pour le style extérieur du concept-car ont été présentés. Si le brief initial n’est pas dévoilé en détail, comparer les différents designs permet de se faire une idée dessus, et de comprendre comment chaque designer s’approprie les codes de DS. Ces créations sont signées Kevin Hua, Damien Fressard, Geoffrey Rossillion, Romain Saquet, Jean Hiss et évidemment Thomas Duhamel, dont le projet a été choisi pour ciseler les lignes du concept ASL.

Des designers en pleine lumière

La créativité des designers ne s’applique pas qu’à des projets promis à devenir réalité : ainsi de la réinterprétation de la SM, thème récurrent chez DS. Dernier exemple en date, le projet de stage de Swapnil Desai dévoilé courant décembre 2023.

SM Stage DS Swapnil Desai

Ce n’est pas la première fois que le mythique coupé est repensé : déjà en 2020 pour ses 50 ans, Thierry Metroz avait mis en avant six réinterprétations modernes signées par les designers extérieurs du studio DS. L’occasion de mettre un nom sur des lignes, alors qu’à l’inverse l’attribution du design d’une voiture de série à une seule personne est plus contestable. En effet, sur un modèle de production, toute une myriade de métiers s’ajoute au designer initial. Avec les planches de style, ces derniers sont les seuls à tenir le crayon.

Et le défi est encore plus grand avec la réinterprétation de la SM, tant DS se refusait jusqu’à présent à tout esprit néo-rétro, et tant la modernité des lignes d’Opron et Giret demeure saisissante. Bob Romkes, Geoffrey Rossillion, Romain Saquet, Jean HIss et Kevin Hua s’y étaient attaqués avec célérité, s’attachant à repenser la verrière frontale ou l’aérodynamisme du coupé par l’adjonction d’appendices autour des roues.

AeroShape : la dernière création digitale de DS

C’est une silhouette fugitive apparue en trois étapes sur les réseaux sous le nom de « Free AeroShape study », ou étude libre AeroSpape si vous préférez. Et son but est simple : donner une carrosserie formelle à l’habitacle Mi 21 dévoilé durant l’été. Le résultat est une maquette 3D qui s’affranchit de réalisme (pas d’ouvrant, des optiques très fines, des pneus ultra taille-basse) tout en utilisant les idées fortes du Manifeste d’intérieur, notamment les immenses cercles lumineux dans les contreportes ou les camaïeux de couleur.

En effet, là où l’ASL était beige et noir, l’AeroShape préfère un bleu turquoise, parfois par touches (étude n°1), parfois en biton (étude n°2), ou en reflets (étude n°3). Si chaque forme est différente, des principes clés demeurent avec un pare-brise plongeant, des surfaces vitrées amincis sur les flancs, des jantes pleines et des volumes fluides parfois sans ligne de carre sur les côtés de carrosserie.

Le design en pleine lumière

Au-delà des créations, la démarche suivie par DS avec ces publications échantillonnées montre une évolution profonde du métier de designer. Naguère figures de l’ombre, les stylistes entrent en pleine lumière pour plusieurs raisons : parce que la créativité qu’ils affichent est une valeur ajoutée à l’image de la marque ; parce qu’elles présentent un savoir-faire rare et valorisent les produits qui en découlent ; et parce que les métiers créatifs et de talents sont souvent en tension et nécessitent d’attirer les plus fines lames.

Et pour toutes les petites souris que nous avons un jour rêvé d’être pour fureter dans les bureaux d’études, de tels morceaux choisis agissent comme des succédanés à notre imagination. Sans pour autant que voir des designers ainsi s’épancher ne réussisse à étancher notre soif de vouloir en découvrir davantage !

Nos réseaux sociaux

Alimenté avec passion par l’association Le Nouvel Automobiliste

Copyright © 2021