Le Nouvel Automobiliste

En images : la Traversée de Paris Hivernale 2019

Premier événement automobile de l’année en France ou presque, la Traversée de Paris Hivernale se tenait dimanche 13 janvier 2019 avec une thématique forte : la bande dessinée ! La couleur est annoncée dès l’affiche, avec une planche dessinée par Thierry Dubois : la 19ème Traversée passe par de hauts lieux de la BD dans Paris. Prêt ? Alors on embarque pour un retour en images de cette belle matinée !

L’album souvenir de la Traversée de Paris hivernale 2019

7h30, Château de Vincennes

Il fait encore nuit noire à l’est de Paris lorsque les premières voitures se rejoignent autour du Château de Vincennes. Les odeurs, d’essence et d’huile, ainsi que les glouglous de certains gros moteurs ne trompent pas : il y a là une concentration de voitures anciennes, et l’une des plus importantes en nombre avec plusieurs centaines de voitures. Les organisateurs avaient annoncé 700 véhicules anciens, ce qui couvre les voitures mais aussi les autobus, les cycles motorisés ou encore les tracteurs !

Une fois chaque inscrit muni de sa plaque et du carnet de route du jour, chacun commence à prendre le départ dès 8h. Direction la Porte Dorée et l’avenue Daumesnil avant de continuer sur les anciens boulevards extérieurs, suivant le tracé des lignes de métro 6 et 2. Le jour peu à peu se lève, mais le ciel reste nuageux. Cap vers le sommet de Paris : Montmartre !

9h10 : sur la butte Montmartre

Sous les yeux des touristes et des parisiens matinaux, le défilé mécanique hors du temps de la Traversée de Paris n’éveille que sourires et gestes de la main. Nombreux sont ceux qui s’arrêtent, sortent leur téléphone pour prendre une vidéo d’une circulation venue d’un autre âge. Il y a bien sûr l’immanquable grincheux, prêt à klaxonner ou à vigoureusement rappeler que lui ne défile pas mais travaille ou doit rouler « vite », mais l’ambiance n’est qu’au beau fixe. Traverser le XXe arrondissement nous ramène dans l’univers de Tardi et de Nestor Burma, que l’on retrouvera plus tard sur le Pont de Tolbiac en fin de Traversée.

Si tracteurs et bus suivent un itinéraire « bis », les voitures affrontent pour leur grande majorité les pourcentages des rues Custine, Caulaincourt et Lamarck avant de passer devant le Sacré-Cœur et de pouvoir admirer Paris. Modèles individuels, telle cette Fiat 1500, cette Jensen C ou cette TVR Chimaera, ou groupes unis tels ceux venus en DeLorean ou en Facel Vega, il y en a pour tous les goûts ! Quant aux collectionneurs de bédés, ce passage leur rappellera aussi quelques épisodes de la série d’Yvan Pommeaux, Marion Duval.

10h20 : à la place de l’Etoile

Après le traditionnel passage à Montmartre, cap est mis vers l’Est pour rejoindre l’Etoile et les Invalides. La Concorde ? Ce ne sera pas pour cette fois et l’on emprunte donc quelques uns des beaux boulevards du très chic XVIIème arrondissement, longeant le Parc Monceau notamment. Aux abords du célèbre Rond-Point, notre Renault 25 du jour est entourée de tracteurs que l’on a fort peu l’habitude de voir en pareils lieux ! Deutz, Mac Cormick, Renault, Porsche même : seraient-ils venus pour les Champs ? En tout cas ils se faufilent dans la circulation trépidante qui tourne autour de l’Arc de Triomphe avant de descendre l’avenue Marceau.

Se poster près du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), qui contemple la Place, permet d’immortaliser certains modèles qui ont foulé naguère ces pavés. Peugeot 203, Renault 12, Renault 4 ou encore… Renault Citybus, conservé par l’Association Autobus Passion et qui circula dans Paris et sur la ligne 84 jusqu’en 2013. Un « jeune » retraité accompagné d’un autre « ancien », un Renault Agora.

11h30 : devant l’Esplanade des Invalides

Le cortège traverse la Seine maintenant avant de rejoindre l’autre de ses quartiers habituels dans Paris, l’Esplanade des Invalides. Le long boulevard, suivi du rond-point devant l’ancien Hospice des Armées, est constellé de véhicules ! De petites citadines telles les Daf Variomatic, de (très) grosses cylindrées américaines… Un véhicule amphibie de l’armée soviétique (baptisé de l’adjectif « Petit » sur son flanc !) ou une BMW Isetta 600… Et les traditionnels autobus de collection du Musée des transports urbains, interurbains et ruraux (AMTUIR) : il y en a plus encore que pour tous les goûts ! Leur SC10 est d’ailleurs le 10.000ème exemplaire produit. Il était accompagné de 2 Renault TN  -un TN6 et un TN4H)- et d’un Somua OP5.

Cela n’empêchera pas quelques habitués de retraverser la Seine et de stationner, pour un instant, à la Concorde puis Place Vendôme, l’occasion de rassemblements plus typés « allemandes » pour certains notamment ! D’autres ont pour leur part rendez-vous sous la Tour Eiffel pour un déjeuner sur un bateau mouche.

13h30 : retour à Vincennes

Hélas, toutes les bonnes choses ont une fin. Ou, plus exactement, une faim car, au volant depuis le petit matin pour certains, il est temps de se restaurer. Une partie du cortège se disloque déjà au sortir des Invalides, mais les plus fidèles rejoignent Vincennes. Le tracé passe par le Boulevard Saint-Germain et le Pont de Tolbiac, sans brouillard contrairement à la BD de Jacques Tardi. L’on aurait pu pousser aussi vers Denfert-Rochereau, en clin d’œil à L’Affaire du Collier de E.P. Jacobs, mais ce sera peut-être pour une prochaine fois !

On termine ainsi notre voyage dans le temps par un amical salut à nos amis « Gendarmes » qui cette fois s’étaient grimé en Dupondt au volant de leur Mehari qui diffusait, à qui voulait l’entendre, le célèbre thème du dessin animé Tintin. Rendez-vous est pris pour la prochaine Traversée, estivale cette fois, et avant cela, pour les prochains rassemblements devant le Château organisés par Vincennes en Anciennes !

Crédit photos : Célia Huart et François Mortier – The Automobilists