Site icon Le Nouvel Automobiliste

Epoqu’Auto 2022 : la double exposition Ford et Ford Performance

Pas le temps de tourner en rond à Epoqu’Auto, tant la marque à l’ovale est l’honneur : Ford est l’autre marque titre de l’édition 2022 avec Lancia et bénéficie de deux plateaux d’exposition très complets. Que voici en images et en descriptions.

Ford : une rétrospective complète de la plus européenne des marques américaines

Ford France, Ford of England, et Ford Germany : trois entités, mais une même marque et une histoire commune rassemblée par les organisateurs du salon Epoqu’Auto. Un défi relevé avec les honneurs, pour donner corps à l’histoire de Ford Europe, qui a fusionné ces entités en 1968.

Côté Ford France, la marque à l’ovale a d’abord produit la Ford T en 1912 dans son usine de Bordeaux, avant de s’installer en Île-de-France au sortir de la Première Guerre Mondiale. La marque y produira, à Asnières, la Ford A puis la V8, avant de produire à Poissy les Vedette et Versailles. Cette production et son usine sont ensuite vendus à Simca, qui fera de Poissy le nouveau cœur de son développement. Entre temps, Ford a s’est aussi rapproché de Mathis pour produire des Matford.

Au Royaume-Uni, Ford of England est représenté par les Anglia, Consul, Capri coupé 315, Cortina et Zephir Zodiac. Des modèles pour certains préservés par la collcetion de Dagenham ou par des collectionneurs privés (le coupé 315 est au Manoir de l’Automobile de Lohéac). Chez Ford Allemagne, on découvre ou redécouvre une OSI, un coupé issu d’une Taunus, ainsi qu’une Buckel, modèle de l’armée allemande resté en France après 1944.

Enfin, le plateau Ford Europe propose la gamme européenne harmonisée au fur et à mesure par la marque, autour des Escort (Mk1, Mk2), Capri (Mk1 et Mk2), Taunus TC (baptisée Cortina dans les pays du Commonwealth), les berlines Granada et enfin la Fiesta, l’héritière du projet Bobcat née en 1976. Une ironie du sort, puisque Ford vient d’en annoncer l’arrêt imminent.

Ford Performance : l’histoire des Ford en compétition

La compétition est aussi l’autre univers retracé par le salon Epoqu’Auto : Ford Performance compte ainsi une large histoire en rallye avec les Escort, Fiesta, Capri, Cortina, Sierra, la RS 200 de Groupe B et la Mustang. Notez que celle exposée reprend la configuration du film Un homme et une femme – 40 ans après de Claude Lelouch. Sont également exposés un moteur Cosworth-Ford ainsi que de quelques monoplaces.

Enfin, Place des Lumières à l’entrée d’Eurexpo, deux Taunus 12 M sont exposées dont une, voiture de record, a parcouru la distance de la Terre à la Lune, qui a donc parcouru 358 273 km et battu 108 records du monde en 1963 ! Elle a par la suite été exposée au salon de Paris 1964. Le modèle a dernière été échangé en 2007 par Artcurial.

Enfin, les visiteurs peuvent retrouver des fourgons Ford sur le plateau réservé aux utilitaires du salon, une autre spécificité d’Epoqu’Auto.

En somme, un menu très riche, et qui mérite désormais d’avoir un plateau plus « moderne », post-1968, avec des Mondeo, Scorpio, des Focus et même des S-Max et Transit, pour proposer un musée européen éphémère des Ford du Vieux-Continent.

La rétrospective Ford en images à Epoqu’Auto 2022 :

Photos : Le Nouvel Automobiliste

Quitter la version mobile