Le Nouvel Automobiliste
Nouvelle Skoda Octavia 3

Nouvelle Skoda Octavia : auto-émotion ?

Skoda présente sa nouvelle Octavia et un mot inhabituel revient comme une ritournelle tout au long du communiqué de presse : émotion. Étonnant pour une marque et un modèle on ne peut plus pragmatiques, plébiscités pour cette raison par les chauffeurs de taxis notamment. Au bout de 60 ans d’existence, le nom Octavia serait-il enfin devenu synonyme de plaisir automobile ? Tour d’horizon sur les nouveautés de cette nouvelle génération !

Cure de jouvence et de croissance

Nouvelle Skoda Octavia

D’un point de vue esthétique, la nouvelle Skoda Octavia se met au goût du jour et ose quelques originalités esthétiques. Comme au niveau de la nouvelle calandre, dont le contour est ajouré, ou plutôt doublé par un second jonc noir sur la partie inférieure. Ce nouveau museau élargit visuellement la voiture et occupe une grande partie de la face avant. Avec son contour façon chrome épousant la forme des phares et du bosselage du capot typique des productions tchèques, ainsi que ses barrettes noires verticales, cette calandre est grosso –modo celle d’une BMW dont on aurait réuni les doubles- haricots.

Si l’air de famille avec la Superb, fraîchement restylée, est indéniable, elle s’en distingue par ses antibrouillards avant moins larges et aux inserts plus hauts ainsi que ses phares plus sans décroché. Ceux-ci reçoivent par ailleurs la technologie Matrix LED, qui s’illustre notamment chez Audi au sein du groupe VW.

À l’arrière, les feux à LED reprennent le design de ceux du petit SUV Kamiq, avec un décroché rappelant par exemple le Toyota RAV4. La ligne générale semble plus fluide, avec une malle bien intégrée ne rompant pas la fluidité des traits et formant presque un becquet de coffre. On retiendra de ce design qu’il est autrement plus dynamique et attractif que celui de la génération d’Octavia actuelle.

Côté dimensions, l’Octavia atteint la taille respectable de 4,69 m, soit 19 mm de plus que sa devancière et quelques 18 cm de moins que sa grande sœur Superb. En break Combi, la prise de croissance atteint les 22 mm. En largeur, 15 mm sont gagnés. Un accroissement modéré, donc, mais cela profite tout de même à l’intérieur…

Volume et formes

On connaît l’Octavia pour l’espace généreux à bord. Une fois de plus, Skoda justifie cette réputation. Le coffre de la version berline atteint en effet le seuil des 600 litres, soit 10 de plus que la génération précédente, tandis que la version Combi passe à 640 litres (+ 30 litres). L’espace à bord n’est pas transcendé : on gagne simplement 5 mm de longueur aux jambes.

Fidèle au concept « simply clever », l’Octavia renouvelle ses petites attentions comme le parapluie dans le montant de porte, et en ajoute de nouveaux, comme un pack sommeil sur le Combi disposant d’appuie-tête plus grands, de store latéraux et d’une couverture ! Ou encore des sacoches étudiées pour les smartphones dans les dossiers des sièges avant.

Mais en dehors de ces aspects pratiques, l’Octavia entend également gagner en séduction. Le tableau de bord y contribue, avec un dessin pouvant être mis en valeur par un éclairage d’ambiance suivant ses contours. Épuré, il fait la part-belle à l’écran tactile trônant en son sommet. Quelques boutons demeurent sur une planche de bord épurée, discrètement intégrés dans la continuité des aérateurs centraux. 

Le levier de vitesse de la boîte DSG libère on ne peut plus d’espace. Consistant en un petit interrupteur, il contribue avec le frein de parking électrique à un sentiment d’espace encore plus grand. Derrière le volant à deux branches, la dalle du cockpit virtuel étend ses pixels sur un diamètre de 10,25 pouces.

Des motorisations à foison

nouvelle skoda octavia_019

Sous le capot trouveront place des blocs bien connus dans le groupe VW : en essence, les trois-cylindres TSi 110 ch et 1.5 150 ch (bientôt à l’essai sur le VW Tiguan) ou encore le 2.0 TSi de 190 ch donnant accès à la transmission intégrale ; en Diesel, le 2.0 TDI se décline en 3 puissances (116, 150 et 200 ch), en manuelle ou en DSG, 2 ou 4 roues motrices.

Mais la grosse nouveauté, c’est l’hybridation. Légère, sur les motorisations essence, mais aussi rechargeable. Ce plug-in hybrid permet une autonomie de 55 km en tout électrique grâce à sa batterie lithium-ion de 13 kWh. Associée à un moteur thermique 1.4 TSi, elle permet une puissance cumulée de 204 ch.

Enfin, Skoda intègre à sa gamme un 1.5 TSi fonctionnant au gaz naturel, une alternative intéressante à l’électrification.

À noter, la nouvelle Skoda Octavia pourra recevoir selon les versions 4 châssis différents, allant du châssis sport de l’Octavia RS au châssis surélevé de la version Scout

Tchèque techno-logique

nouvelle skoda octavia_076

La berline tchèque profite de sa mutation pour une bonne mise à jour technologique. Détecteur d’angle mort, freinage d’urgence en ville avec reconnaissance des piétons et cyclistes, régulateur de vitesse adaptatif avec assistant de conduite en embouteillage (allant jusqu’à l’arrêt avec la boîte DSG)… Associé à l’assistant au maintien de voie, il procure à la nouvelle Skoda Octavia une conduite autonome de niveau 2.

Nouvelle Skoda Octavia 6

À l’intérieur, la nouvelle Skoda Octavia fait également un pas vers le premium. De série, le démarrage s’effectue sans clé, et le système Kessy permet de déverrouiller chaque portière sans télécommande. La dotation peut se compléter pour atteindre un niveau digne d’un haut de gamme, avec une climatisation tri-zone, un vitrage acoustique à l’avant ou encore un système audio 12 haut-parleurs…

Galerie photos Nouvelle Skoda Octavia