Le Nouvel Automobiliste

La Seat El-Born est de retour en public après le Salon de Genève. Cette étude de style, qui a tout d’une voiture de série, annonce ni plus ni moins que la version Seat de la Volkswagen ID.3.

Seat El-Born : El Retour

La naissance de la Seat El Born se poursuit. Son nom est aussi prémonitoire de sa source d’énergie puisque pour rouler, elle devra se brancher comme toute électrique sur cette planète. L’on pourra ainsi dire de cette Seat qu’elle borne. Il s’agira du second modèle « electric » de Seat après la Mii du même nom, et il viendra s’intercaler entre une Ibiza et une Leon (4,33 m tout de même), de même qu’une ID.3 est entre une Polo et une Golf.

On remarque la face avant « façon Tesla Model 3 » avec une absence de calandre compensé par un pli de carrosserie, habillé ici de petits « V » qui signent aussi la custode arrière. Le profil « monospaciant » avec pare-brise trois dimensions est repris de l’ID.3, de même que l’arrière très carré et massif pensé pour réduire la traînée aérodynamique. Le partage d’organes continue à bord, où comme à l’extérieur et -à terme- dans la plateforme MEB et la motorisation électrique, les idées de l’ID.3 sont là (commutateur marche avant-neutre-marche arrière au tableau bord façon satellite, grand écran 9 pouces avec interface vocale, rangements abondants en console centrale). Seuls les aérateurs ont une forme qui leur est propre.

Alors bien sûr, rien de très nouveau par rapport à Genève si ce n’est que cette fois, sa cousine ID.3 est prête à être produite à Zwickau. La naissance (commerciale) de l’El Born pourrait donc s’annoncer pour dès le début 2020, pour une commercialisation en fin d’année. Le moteur devrait atteindre les 204 ch pour une autonomie 50 kWh de 420 km.

Galerie photos Seat El-Born

Crédit photos : Le Nouvel Automobiliste