Le Nouvel Automobiliste

Second modèle de la gamme EQ, inaugurée par l’EQC, le Mercedes-Benz EQV est aussi la première navette électrique de l’Etoile. Un modèle qui pourrait se tailler une part de marché intéressante faute de concurrence à l’heure actuelle dans le segment pur électrique des navettes de transports pour 6 à 9 personnes.

Mercedes-Benz EQV : discrète électrification

Contrairement à la Mercedes EQC, l’EQV n’est pas une pure nouveauté. C’est même un léger relifting du déjà restylé Mercedes Classe V, récemment appréhendé dans nos colonnes. Au programme extérieurement, une calandre, un logo sur le pied de pare-brise, un logo sur le coffre… et c’est tout ! Ah, si bien sûr, il y a une prise de courant, étrangement positionnée dans le pare-chocs. C’est (très) proche des chocs en ville mais c’est aussi pratique pour se recharger en parking. Soit.

A bord, les habitués du Classe V apprécieront l’arrivée tant attendue du MBUX ! L’EQV en a la primeur, quelques mois avant le Classe V classique, mais cela ne transfigure pas la planche de bord pour autant : pas de large écran comme sur une Classe E ou une Classe A. L’ergonomie demeure donc classique et l’accès à bord, avec les portes arrière coulissantes électriques, tout aussi intuitif que dans la version thermique. L’EQV arrive d’ici la fin de l’année et sans nul doute fera-t-il partie des flottes d’hôtels ou d’aéroports, tirant parti de l’absence d’opposants notoires sur le marché.

Galerie photos Mercedes-Benz EQV

Crédit photos : Le Nouvel Automobiliste