Le Nouvel Automobiliste

Automédon 2019 : les plateaux Citroën en images

A l’occasion du Centenaire de Citroën, Automédon a mis les petits plats dans les grands, ou plutôt, a réuni de beaux plateaux sous les projecteurs ! Au programme, des anciennes mais aussi des concept-cars, à découvrir en images ou tout ce dimanche 13 octobre au Bourget !

Quand le salon Automédon célèbre Citroën

Le rendez-vous des collectionneurs de ce début d’automne en région parisienne, Automédon, ouvrait ses portes samedi 12 pour les refermer, 48 heures plus tard, dimanche 13 au soir. Dans l’intervalle, les visiteurs auront pu déambuler dans les allées et sur les parkings, mais aussi profiter des différents plateaux thématiques autour des 100 ans de Citroën. Que vous soyez Tractionniste, Deuchiste, fan de caisses carrées, admirateurs de DS ou encore babas de design, tous les goûts seront satisfaits ! Et pour ceux qui n’auraient pas leur dose, les clubs offrent la possibilité de retrouver certains modèles dont la sélection aurait fait impasse. Tour d’horizon, thématique par thématique, de ces plateaux !

De 1919 à 1933 : des pionnières aux caisses carrées

Premier plateau situé face à l’entrée, celui des plus âgées des Citroën est aussi le plus varié en types de modèles. Type A, 5HP, autochenille Kégresse ou encore C4 et C6, ces chevronnées de l’entre-deux-guerre ont fière allure, à bientôt 100 ans voire tout juste cet âge pour la Type A de Citroën Héritage. En icône, la Rosalie 15 Speedster reconstituée qui nous présente l’unique Rosalie Figoni dessinée par Jean Daninos en 1933 et dont l’originale a disparu.

Les Traction Avant… en couleurs !

L’association La Traction Universelle avait à cœur de rappeler que la Traction n’était pas « que » de couleur noire. Alors ce sont des modèles colorés qui ont été dépêchés au Bourget ! Bleu Irisé, Beige Irisé, Vert Irisé, de 1936 à 1939, mais aussi Bleu d’Islande, Gris Bruyère, Gris Perle ou encore Gris fumée et Bleu de Nuit, de 1953 à 1957.

Les 2CV et bicylindres

De rares modèles de 2-pattes sont au programme : une des pré-séries TPV retrouvées à la Ferté-Vidame, une 2CV Sahara, une Méhari et surtout une Charleston… neuve ! 12 km, c’est ce que son compteur totalise, et elle n’avait jamais été exposée jusqu’à présent. Depuis sa livraison en concession, plastiques de protection et étiquettes de transport inclus, elle n’a jamais été conduite, ni même immatriculée ! Livrée le 1er juin 1990, elle a la seule option du catalogue de l’époque : la malle arrière à grande ouverture.

Les DS et dérivés

La « voiture du siècle » avait aussi les honneurs d’Automédon avec un plateau de ses plus rares versions. Deux Chapron, bien sûr (une berline Lorraine, un cabriolet Croisette), une DS 21 de rallye, un cabriolet 19 Usine, une ID break… mais la surprise, c’est la présence d’une DS 19 de pré-série ! Plus exactement, la seule DS survivante de 1955, produite à la main avec comme code « DS 31  » sous la baie de pare-brise. Après avoir subit des tests dès septembre 55 en vue notamment des essais presse, elle servit ensuite de voiture de service à la Ferté-Vidame jusqu’à la fin des années 70, et fut gardée jusqu’à l’avènement du Conservatoire.

Les concepts-cars

On en avait vu 10 à Rétromobile, ici la portion est congrue mais pas sans intérêt. On y trouve notamment deux modèles qui sortent rarement du Conservatoire : l’étude C6 Lignage de 1999 et le quasi-showcar Cactus M, sorte de pivot entre le C4 Cactus et l’E-Méhari. La petite Airplay de 2005 est aussi au rendez-vous avec son original volant multifonctions, ainsi que le dernier projet d’André Lefèvre, le C10 « coccinelle ». Quant à la C-Métisse, elle s’offre à nouveau la foule après celle de la Porte de Versailles en février dernier.

Encore d’autres Citroën à Automédon !

L’invasion chevronnée au Bourget ne s’arrête pas à ces modèles : partout et notamment sur les parkings, les Citroën sont au rendez-vous. On notera la présence d’une rare AX électrique ainsi que d’une CX Prestige, pour coller à la disparition de Jacques Chirac, tandis qu’une originale 2CV Chic (série spéciale qui n’a jamais existé) était à voir dehors. Le spectacle continue tout ce dimanche 13 avec, aussi une LNA… qui ne pouvait se retrouver que sur LNA !

Crédit photos : Le Nouvel Automobiliste – François Mortier