Le Nouvel Automobiliste

Le freinage automatique d’urgence bientôt de série sur tous les véhicules

Au fil des ans, le prix des véhicules n’a pas augmenté. Mais ça, vous le saviez déjà. Pourtant, des voitures âgées de quelques années seulement pâliraient à la vue de la dotation de série de leurs contemporaines. ABS, ESP, feux diurnes, détection de sous-gonflage ou bien appel automatique des secours (eCall) sont autant d’exemples récents d’équipements devenus réglementaires et dont un acheteur de véhicule neuf ne peut plus se passer. Un petit nouveau devrait bientôt se greffer à la liste : une décision concernant la généralisation du freinage automatique d’urgence devrait se prendre dans les tout prochains jours.

Le freinage automatique d’urgence : un atout sécuritaire majeur

Comme Antoine, beaucoup d’usagers de la route peuvent être distraits ! Inattention, passages piétons masqués par des voitures ou du mobilier urbain, freinage inattendu du véhicule de devant, nombreuses sont les situations qui pourraient mettre à l’épreuve les capacités de freinage d’urgence de n’importe quel conducteur. Selon une étude réalisée par un groupe de travail des véhicules automatisés, autonomes et connectés (GRVA) du Forum mondial pour l’harmonisation des Règlements concernant les véhicules de la CEE-ONU, généraliser ce système reviendrait à épargner 1000 vies par an à l’échelle de l’UE – la vitesse d’impact avec un piéton ayant des conséquences majeures sur la chance de survie de ce dernier.

Harmonisation des systèmes de freinage d’urgence

En dehors de la généralisation d’un équipement de sécurité, une finalité de cette réglementation en devenir est également d’imposer aux constructeurs un cadre strict quant au fonctionnement des aides à la conduite, alors que nous ne sommes qu’aux prémices de la conduite autonome. Aujourd’hui, plusieurs technologies (notamment radar, caméra ou combinaison des deux) peuvent être utilisées dans la détection des véhicules à l’arrêt, des piétons, des cyclistes voire des animaux, afin de déclencher un freinage automatique d’urgence. En résultent des systèmes aux fonctionnements et résultats très divers. C’est d’ailleurs ce que s’attèle à montrer Euro NCAP, en testant les systèmes de freinage d’urgence des nouvelles voitures, en plus des traditionnels crash-tests.

En cas d’adoption, le règlement, qui sera soumis par le GVRA à une cinquantaine de pays (UE, Corée du Sud, Australie, Russie…), inclurait donc un ensemble de critères devant absolument être respectés pour l’homologation, et garantissant l’efficacité de cette assistance.

Si elle est entérinée, la mesure devrait entrer en vigueur pour tous les nouveaux modèles à partir de 2020. Le freinage automatique d’urgence n’étant pas une assistance intrusive mais au contraire un « dernier recours », c’est assurément un bon point pour la sécurité routière, en n’entachant aucunement le plaisir – parfois relatif – de la conduite en milieu urbain.

Illustrations : Citroën/Euro NCAP