Le Nouvel Automobiliste

Un autre regard sur la Traversée de Paris hivernale 2021

Fin janvier se tenait la Traversée de Paris : nous vous en avons proposé une découverte complète en images et vidéos, puis Thibaut vous a emmené à bord d’une Citroën Ami 6 pour revivre le parcours. Mais comme dit l’adage, jamais deux sans trois : découvrons l’ambiance de cette Traversée, et notamment celle vécue à la Place de la Concorde !

La Place de la Concorde, c’est “le” point de passage obligé de toute Traversée de Paris. Difficile de ne pas y passer, encore plus de ne pas s’y arrêter. Sous l’ombre de l’obélisque, devant les jardins du Louvre et les façades imposantes de l’Hôtel de la Marine et de l’Hôtel de Crillon, ce n’est pas exactement le Paris du passé que l’on retrouve, mais un Paris fantasmé. Un assemblage de voitures de toutes origines, sportives ou routières, européennes ou américaines, des années 1910 aux années 2000, en état d’origine ou transformées… De l’hétéroclisme à l’état pur, une fête éphémère dont le programme s’écrit au fil de chaque minute.

Les photos parlent d’elles-mêmes : la fête est populaire, douce et joyeuse, et les sourires se devinent encore derrière les masques. Il faut dire que la Traversée de Paris n’est pas réservée qu’aux seuls participants : touristes et passants sont les premiers à s’arrêter prendre une photo, déambuler à travers les modèles et commenter les icônes resurgies du passé !

Mon œil s’est arrêté sur les Aston Martin DB2/4 et DB6, sur la Ford T de Thierry Dubois aperçue à la première Normandy Beach Race, ou encore sur une réplique de bonne facture de Porsche 550 Spyder à l’immaculée teinte mate. C’est que le rendez-vous a du chien, et pas qu’au sens figuré ! Cependant la vedette fut volée par la magnifique Ferrari 250 GT Lusso, qui ne passa pas inaperçue ! Déjà vue l’année passée, elle participait à nouveau au rassemblement. Cuir camel à l’intérieur, superbe harmonie grigio à l’extérieure, des chromes resplendissants : la GT italienne ultime !

Cette courte matinée de bonheur se poursuivait au gré du tracé imaginé par les organisateurs : officiellement, rendez-vous était pris pour rejoindre l’Opéra Garnier puis le Château de Vincennes, mais nous avons préféré partir à rebours, traverser la Seine et rejoindre la Place Vauban. Sur le chemin, nous ne pouvions pas ne pas nous arrêter sur le pont de la Tournelle, face à la Tour d’argent, afin de saluer Notre-Dame. En Fiat 850 Coupé accompagné d’un très beau cabriolet Mercedes 220 SE “ponton”, nous avons nous aussi à notre façon traversé Paris. Et l’on espère que nous ne le pourrons encore et encore, parce que l’automobile est un patrimoine vivant voué à rouler sous les yeux des passants.

Photographies : Célia Huart – Le Nouvel Automobiliste

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.