Le Nouvel Automobiliste

Essai Volkswagen Golf VII restylée : lutte pour un trône

Si elle domine toujours le marché européen, la Volkswagen Golf doit désormais lutter avec une cohorte de rivales toujours plus nombreuses et toujours plus abouties. Mais pas question pour Volkswagen de laisser son modèle-star se noyer dans la masse. Une mise à jour profonde s’imposait donc. Car, comme le veut la tradition Volkswagen, si ce restylage s’avère des plus discrets, les modifications techniques sont importantes…

Sommaire :
Page 1 : Changements dans la subtilité
Page 2 : A conduire, on est comme à la maison
Page 3 : Une Golf un cran au-dessus

Changements dans la subtilité

Et si, pour débuter et découvrir cette nouvelle Volkswagen Golf, nous jouions au jeu des sept erreurs ? Commençons par les boucliers. L’avant comme l’arrière sont totalement redessinés. A l’avant, il reçoit un prise d’air moins haute et plus large, des antibrouillards redessinés et une baguette chromée sur toute sa largeur. A l’arrière, on trouve également une baguette chromée et des catadioptres inédits vers lesquels se prolonge la fente accueillant la plaque d’immatriculation. Avec ces nouveaux éléments, les designers ont voulu élargir visuellement la Volkswagen Golf et donner l’impression d’une voiture plus basse.

Continuons avec les phares. Si leur forme générale ne change pas, leur dessin interne est totalement modifié. Quelle que soit la version, les feux de jour sont désormais à leds. Mais, selon leur disposition, il est possible de déterminer la technologie qui compose les éléments éclairants. Sur la plupart des versions, on trouve des phares halogènes, reconnaissables à la petite barrette de led qui prend place dans la partie inférieure du phare. Une intégration assez grossière qui a visiblement pour but d’inciter les propriétaires à opter pour des phares full led, à la signature lumineuse plus élégante.

Des phares à led, justement, il en existe deux types. Les premiers, fixes, ont droit à des feux de jour en virgule. Les seconds, directionnels, profitent, pour leur part, de deux virgules dans chaque phare. Petite astuce de style, les virgules intérieures sont virtuellement reliées l’une à l’autre par la baguette chromée située dans la calandre. Les projecteurs à led sont de série sur la finition Carat et les éléments directionnels sur la Carat Exclusive.

A l’arrière, aussi, les optiques sont nouvelles. Désormais, elle sont composées de led sur tous les niveaux de finition. A partir de la version Carat, leur signature lumineuse diffère toutefois, ils sont plus sombres et les clignotants sont à défilement.

Naturellement, l’incontournable collection de jantes inédites et nouvelles couleurs, dont le très lumineux jaune Curcuma de notre voiture d’essai, complète cette mise à niveau extérieure.

Par petites touches

A bord, il faudra réellement un oeil d’expert pour repérer les modifications reçues par cette Golf 2017. Sur les finitions Trendline, Confortline et Carat, seul le dispositif multimédia change. Comme précédemment, il est à écran tactile couleur sur toutes et reçoit au moins une prise USB. A partir de la version Confortline, son écran est plus grand (8 ») et il est compatible avec Android Auto, Apple Car Play et Mirror Link. Le GPS arrive, de série, sur Carat, et le magnifique écran de 9,2″, qui est visible sur les photos de notre essai, l’est sur Carat Exclusive. Cette dernière reçoit également sans supplément l’autre nouveauté intérieure de la Golf, l’Active Info Dispay. A la manière du Virtual Cockpit Audi, cet équipement remplace le bloc compteurs traditionnels par un écran haute définition de 12,3″ qui permet un affichage détaillé des instructions du GPS et est presque entièrement paramétrable.

Sans surprise, les matériaux choisis sont, dans l’ensemble, de très bonne facture. En chipotant, on regrettera les inserts décoratifs un peu fantaisistes que l’on trouve face au passager avant et sur les portes, ainsi que le côté un peu basique du tissu des selleries. En digne Golf, cette nouvelle version affiche une qualité de finition qu’il est quasiment impossible à prendre en défaut.

Pour le reste, rien ne change. L’habitabilité est toujours suffisante pour quatre adultes, mais l’éventuel cinquième passager pestera contre l’inconfort de la place centrale de la banquette. La place allouée aux bagages, est, elle, juste dans la moyenne avec 380 l sous le cache-bagages et 1 270 l lorsque la banquette est rabattue.

Page 2 : A conduire, on est comme à la maison
Page 3 : Une Golf un cran au-dessus