Le Nouvel Automobiliste

Essai Audi Q7 e-tron quattro : le colosse branché

Audi nous a conviés la semaine dernière à essayer la version hybride de leur SUV phare : j’ai nommé l’Audi Q7 e-tron quattro. Au programme, un parcours varié entre Boulogne et le parc naturel régional du Perche pour prendre en main le véhicule et découvrir ses principales caractéristiques.

Présentation

Vous connaissez sans doute le Q7 2015 dont vous pouvez retrouver l’essai réalisé par Adrien il y a un peu plus d’un an. Vous aviez jusqu’à présent le choix entre trois motorisations : un V6 3,0 TDI « clean diesel » (les écologistes apprécieront) de 218 ch, un V6 3,0 TDI de 272 ch et et pour les plus fous un V6 3,0 TFSI de 333 ch.

Vous pouvez désormais opter pour la version e-tron mûe par un V6 Diesel 3.0 TDI de 258 ch (190 kW) / 600 N.m et un moteur électrique de 94 kW (128 ch) / 350 N.m. Au final, il résulte de cet ensemble une puissance maximale de 275 kW (373 ch) et un couple maximal de 700 N.m.

Ce SUV hybride n’est pas un coup d’essai pour Audi puisque la marque allemande a commercialisé en 2011 le Q5 Hybrid quattro. Il était équipé d’un « petit » moteur essence 2.0 TFSI de 211 ch (155 kW), d’un moteur électrique de 40 kW (54 ch) mais n’était pas rechargeable. Cette motorisation n’avait pas fait spécialement sensation à l’époque et on lui reprochait notamment des transitions désagréables entre les fonctionnements électrique et thermique.

C’est l’A3 e-tron qui devient le premier véhicule hybride rechargeable d’Audi en 2014 : elle est équipée du moteur 1.4 TFSI de 150 ch (110 kW) et d’un moteur électrique de 75 kW (102 ch). Sa batterie d’une capacité de 8.8 kW.h lui autorise une autonomie théorique en électrique de 50 km.

Avec le Q7, Audi se lance dans l’hybride plug-in Diesel. Une solution qui peut être critiquée mais on verra par la suite qu’on pourra trouver plusieurs raisons à ce choix.

A quoi ressemble cette Audi Q7 e-tron ?

A un Q7. Seuls les plus attentifs pourront différencier un e-tron d’un Q7 classique : on retrouve bien évidemment les logos e-tron sur les côtés et à l’arrière de la voiture, les feux de jours sur les bas de caisse sont spécifiques et les sorties d’échappement ne sont pas apparentes. Pour tout le reste on retrouve le design du Q7, qui a divisé lors de sa commercialisation. En ce qui me concerne, j’ai un avis assez neutre, je ne le trouve ni beau ni laid. Il est indéniablement imposant et statutaire, et je pense que c’est exactement ce qu’on lui demande.

Mais ceux qui me connaissent savent que je préfère vous parler de ce qui se cache sous le capot de ce Q7 plutôt que de vous parler de la calandre chromée ou de la forme des rétroviseurs.

Comment fonctionne son système hybride ?

Comme expliqué juste avant, le moteur Diesel utilisé est le 3.0 TDI qui développe la puissance maxi de 258 ch (190 kW) de 3250 à 4500 tr/min et un couple maxi de 600 N.m de 1250 à 3000 tr/min.

C’est un moteur qu’Audi décrit comme « à l’état de l’art » et optimisé d’un point de vue du frottement, du refroidissement et du poids. Pour arriver à respecter les normes d’émissions polluantes (et, je pense, pour faire figure de bon élève), Audi a mis le paquet . Pour réduire les émissions de NOx, la marque a équipé ce moteur d’un système EGR avec un refroidissement performant, d’un piège à NOx et d’un système SCR.

Le Q7 e-tron utilise une hybridation de type parallèle : les deux moteurs sont sur la même ligne de transmission, comme sur une Honda Insight. La grosse différence par rapport à la japonaise est qu’un embrayage est placé entre le moteur thermique et autorise donc le fonctionnement en 100% électrique.

La batterie est de technologie lithium-ion : sa capacité est de 17,3 kW.h pour une tension de 308V. C’est une batterie énorme pour un véhicule hybride. On a par exemple 9,2 kW.h dans un Volvo XC90 et dans un BMW X5 40e, 10,8 kW.h dans une Porsche Cayenne Hybrid. Pour comparaison (et même si ce n’est comparable), une Renault Zoé (véhicule 100% électrique) a une batterie de « seulement » 22 kW.h.

Cette batterie permet à Audi de revendiquer une grosse autonomie en 100% électrique qu’on détaillera plus tard. Mais ce choix de batterie a également un poids : 202 kg. Avec le système électrique et les autres équipements nécessaires au système hybride, la surcharge de l’e-tron par rapport à un Q7 classique de « base » est de 450 kg environ. On arrive à un poids à vide de 2520 kg.

La batterie est implantée dans le coffre, ce qui a pour conséquence de l’amputer d’un peu plus de 25% : on passe en effet d’un volume de 890 L sur un Q7 5 places standard à 650 L sur l’e-tron. A voir si c’est problématique pour vous. Autre chose également : vous ne pourrez pas opter pour l’option 7 places, l’e-tron se partage à 5 maximum. Vous ne pourrez pas non plus opter pour le système à 4 roues directrices.