Le Nouvel Automobiliste

Essai Audi Q2 2017 : le petit SUV aux dents longues

Après le Q7, le Q5 et le Q3, la firme d’Ingolstadt lance l’Audi Q2. Comme son matricule l’indique, c’est le plus petit de la bande, mais sûrement pas le moins ambitieux : nous sommes partis à la découverte de ce nouveau modèle, sur lequel le constructeur allemand fonde de gros espoirs. Let’s go !

Sommaire :

Page 1 : Posons les bases – Design extérieur
Page 2 : Présentation de l’habitacle
Page 3 : Impressions de conduite
Page 4 : Conclusion – Données importantes

Audi Q2 : Posons les bases

Audi Q2 2017

Inutile de rappeler que les SUV plaisent énormément : chez Audi, le succès tonitruant du Q5 (sorti en 2008, et très bientôt renouvelé), vendu à plus d’un million d’exemplaires en huit ans semble le confirmer. Par ailleurs, en France l’année dernière, 257 000 des véhicules vendus étaient des SUV, ce qui représentait 14% du marché : une aubaine pour les constructeurs.

Et s’il y a bien un segment qui cartonne actuellement, c’est celui des petits SUV « urbains ». Renault Captur, Peugeot 2008, Nissan Juke ou encore Mini Countryman : ils sont partout. L’affaire était trop belle pour qu’Audi ne vienne pas réclamer sa part du gâteau : voilà chose faite avec le Q2, qui vient logiquement se placer sous le Q3, qui mesure 20 centimètres de plus (4,39 m).

Pour les plus pointilleux, sachez que ce nouveau modèle est 14,5 centimètres plus long qu’une A1 (la plus petite des Audi), et pile la même taille qu’une TT, soit 4,19 m. Puisqu’on en est à parler des mensurations, sachez aussi que l’Audi Q2 mesure 1,51 m de haut, ce qui est un peu plus bas que les autres SUV (un Renault Captur par exemple fait 1,57 m de haut, un Mini Countryman 1,55 m). Ainsi, visuellement, et même s’il a une garde-au-sol légèrement rehaussée (14,5 cm) par rapport à une citadine/compacte classique, l’Audi Q2 fait clairement moins « 4×4 » qu’un Mini Countryman ou qu’un Fiat 500X, ses concurrents désignés.

Beau comme un camion ?

Malgré tout, il intègre la plupart des éléments qui caractérisent les SUV : protections en plastique noir (même si elles peuvent être couleur carrosserie sur la version S-Line – voir page 4), sabots chromés à l’avant et à l’arrière, surfaces vitrées réduites… Pas de doute, l’Audi Q2 sait y faire. D’ailleurs, si on ne peut pas dire qu’il est « excentrique », on constate néanmoins qu’il apporte plus d’originalité dans son design que les autres modèles de la gamme Audi : la grosse ceinture de caisse, au dessin anguleux, est là pour en attester. Aussi, Audi mise beaucoup sur les « blades » , qui « relient » les vitres latérales à la lunette arrière. Ces inserts peuvent être choisis couleur carrosserie, argent, gris Manhattan, gris titane mat ou blanc ibis. Ça peut même rappeler à certains la première R8 (celle d’Audi bien sûr, pas celle de Renault) !

J’ai d’ailleurs trouvé ça sympa. Des blades gris anthracite sur une carrosserie bleue rendent très bien par exemple. Des blades gris alu sur une carrosserie rouge, moins, le contraste étant trop marqué à mon sens (à vous de juger sur les photos).

Pour le reste, l’Audi Q2 offre une face avant agressive, avec une « nouvelle calandre Single frame octogonale surélevée » (c’est Audi qui le dit) et un bouclier visuellement très ajouré… visuellement oui, car quand on s’approche, on constate que les entrées d’air sont pleines, et donc factices ! C’est encore plus flagrant sur les versions S-Line, au style plus sportif. L’arrière évoque beaucoup les deux premières générations d’A3, ou encore la Volkswagen Polo avec ses feux relativement carrés. Il n’empêche que c’est plutôt agréable à regarder, que la signature visuelle des optiques allumées est belle, et que la voiture fait très « posée », « assise », large.

Audi Q2 2017

En définitive, ça « fait le job », et on est content de voir qu’Audi a apporté sur ce Q2 quelques originalités. Bien entendu, le design reste subjectif. Certains trouveront peut-être ce Q2 trop « chargé » esthétiquement. Il convient tout de même de souligner qu’il rend bien mieux en vrai qu’en photos.

Vraiment « untaggable » ?

Dernier point, avant de passer à l’habitacle : Audi a axé sa communication sur le hashtag « untaggable » (« inclassable »), pour signifier que son Q2 ne rentre pas dans les clous -et pour se faire son propre mot dièse sur les réseaux sociaux. Certes, il est plus bas que les autres SUV urbains, et a un look un peu plus sportif. Toujours est-il qu’il reprend tout de même largement les codes stylistiques des SUV, comme la garde au sol rehaussée, et qu’il est donc bel et bien assimilable à un SUV. La position de conduite assez haute à l’intérieur le suggère. Oups, j’en ai trop dit ! On continue page suivante…

Page 2 : Présentation de l’habitacle