Le Nouvel Automobiliste
Essai Lexus NX450h+

Essai Lexus NX450h+ F-Sport Executive : façon pastèque

Pour éviter toute mésentente avec le constructeur premium japonais…et pour vous éclairer sur le choix de notre titre, quelques explications s’imposent. Si la première génération de Lexus NX était déjà hybride, cette nouvelle itération complète son offre avec une motorisation hybride rechargeable, revendiquant son côté « vert » par une autonomie électrique de 70 km ; mais celui-ci dispose de la bagatelle de 300 ch, invitation à faire monter l’aiguille dans le rouge ! Notamment notre modèle d’essai, littéralement rouge à l’intérieur. Vert dehors, tout rouge dedans et avec « du jus »… ça roule a priori pour ce nouveau SUV. Parce que nous n’aimons pas seulement les jeux de mots et les images farfelues et que nous ne nous arrêtons pas à des a priori, nous l’avons vérifié en détail le temps d’un weekend « normal », histoire de vous fournir un avis précis sur l’intérêt (ou non) de l’hybridation en utilisation courante.

Design Lexus NX450h+ : plus sensuel sans devenir consensuel

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Vous préférez écouter ce sujet ? C’est par ici !

Long de 4,66 m et large de 2,15 m pour 1,67 m de haut, le nouveau Lexus NX450h impose sa présence. Par ses volumes généreux, mais aussi par son nouveau design. Il garde la patte Lexus, dans une interprétation plus moderne, fluide et harmonieuse, même en perdant quelques particularités comme les clignotants intégrés dans des optiques séparées en forme de virgules.

L’avant est très expressif, notamment grâce à cette énorme calandre évasée qui, malgré ses dimensions, ne semble même pas disproportionnée. Les phares sont moins torturés que ce qu’on a pu voir chez le constructeur japonais dans ce domaine et sont eux aussi élégants. Le profil est bien proportionné, élancé vers l’avant, bien campé sur ses jantes de 20 pouces. L’arrière se met aussi au goût du jour avec un bandeau de feux sophistiqué mêlant le rouge et le noir pour un résultat moderne et fluide et élargissant visuellement un arrière massif frappé des lettre L E X U S, dans la tendance.

Notre finition F-Sport se pare de détails noirs comme les contours de vitres ou les barres de toit, de logos exclusifs, pour une touche sportive qui passe bien avec les nervures de la carrosserie sans lui faire perdre son côté chic. On s’arrête aussi un instant sur les poignées, d’apparence classiques mais pas mobiles. Une pression sur la tranche intérieure libère l’ouverture des portes, par ailleurs massives et donc souvent compliquées à refermer du premier coup.

A bord du Lexus NX450h+ : généreux et attentionné

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Mais une fois à bord, un autre effet wahou nous surprend, avec un intérieur en cuir rouge et noir qui hurle « je suis une voiture de sport ! ». Si ces sièges offrent un bon maintien, ils n’ont toutefois pas la fermeté excessive d’une vraie sportive (et tant mieux). Même en optant pour une teinte plus classique (noir et beige par exemple), cet intérieur se montre original, accueillant, malin et aussi très silencieux (merci le vitrage feuilleté).

Le tableau de bord est très clairement orienté vers le conducteur, façon cockpit, avec des commandes qui tombent sous la main, et des écrans bien sous les yeux. Malgré un dessin original, l’ergonomie est très satisfaisante et tout est agréable au toucher et à l’œil. A part peut-être la console centrale noir laqué, qui pourra refléter les rayons du soleil à certaines heures et ne manquera pas d’attirer toutes les poussières et traces de doigts.

Les presque 2,7 m d’empattement rendent le Lexus NX450h+ accueillant à l’arrière, même à la place centrale où le plancher n’est pas tout à fait plat, mais suffisamment pour ne pas voyager les genoux dans le menton.

Le coffre se montre généreux et pratique. Avec ses 549 litres minimum, il engloutit les valises sans problème. D’autant qu’un double fond permet d’enfouir les câbles de recharges à part. On apprécie la prise 12 volts, les 2 crochets pour maintenir des sacs ou encore la tablette souple, qui se plie en 2 et qu’on n’est pas obligé de laisser au garage quand on doit transporter un objet en hauteur. La modularité est ensuite très classique, avec une banquette qui se rabat en 2/3 – 1/3, avec le bon goût de ne pas embarquer les ceintures au passage.

Essai Lexus NX450h+ : il ménage plus qu’il ne déménage

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Notre Lexus NX450h+ affiche une puissance combinée de 309 ch, dont 185 pour le moteur thermique, un 4 cylindres en ligne. Les moteurs électriques, un sur chaque essieu, offrent respectivement 182 et 54 ch. Ce sont d’ailleurs ces 54 ch qui font la différence avec le NX350h. Ce dernier est toutefois également disponible avec le système de transmission intégrale E-FOUR. Sur le papier, les performances sont logiquement plus intéressantes sur notre version la plus puissante, avec un 0 à 100 abattu en 6,3 secondes seulement. Pas surprenant sur un véhicule de 300 ch… mais n’oublions pas que ce NX pèse pas moins de 2 tonnes ! Un poids qui se ressent à la conduite, d’autant que la priorité a été clairement mise sur le confort.

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Ce qui n’est pas évident quand on regarde la fiche technique et l’équipement mais transparaît derrière le volant. On a la poudre aux yeux avec le sélecteur de modes de conduite : Eco, Normal/Custom, Sport et Sport+, la suspension variable adaptative avec amortisseurs hautes performances ou encore les palettes au volant. Si le Lexus NX450h semble paré pour le sport, le conducteur finira toujours naturellement par rouler cool. D’abord, parce que le confort l’y invite. Par défaut, la suspension est souple, et ne sera jamais beaucoup plus ferme en optant pour les modes sportifs. Ensuite, parce que la direction est certes bien calibrée et se raffermit avec la vitesse, mais toujours un peu trop démultipliée. Et enfin parce que comme dans tout modèle hybride Toyota ou Lexus, on aime simplement profiter de la douceur, rouler au maximum sur l’électrique et apprécier le silence.

Et dans ce domaine, le Lexus NX450h+ excelle. Batterie pleine, il vous emmène hors de la ville jusqu’à 130 km/h par la force des moteurs électriques, en tout cas en mode éco et tant qu’on n’appuie pas sur l’accélérateur avec une semelle de plomb. Dans le cas contraire, le moteur thermique prend le relai, assez discrètement. On aura bien évidemment cette sensation de moulinage sur un faux plat, typique de la transmission à variation continue, mais comme on a la puissance sous le pied et qu’elle répond bien, on y fera à peine attention. Batterie vide, le Lexus NX450h se comporte comme un hybride classique. Il continue à récupérer l’énergie au freinage et donc à utiliser l’électrique pour les phases les moins exigeantes.

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Nous avons essayé les modes sport et sport+ pour révéler les qualités dynamiques du Lexus NX450h+. Ceux-ci sont agréables, équilibrés, et beaucoup plus vifs, dispensant une accélération puissante en effleurant à peine la pédale. Cela ne réussit pas à nous faire oublier qu’on est à bord d’un lourd SUV, certes un peu moins enclin au roulis en mode sport, mais haut et toujours souple de suspension pour préserver le confort.

Si l’hybridation contribue à la puissance et à l’agrément du NX450h+, sa raison d’être est avant tout économique. Il est donc temps de parler de consommation. Nous sommes partis avec une autonomie électrique annoncée de 70 km, pour un trajet de 400 km sans recharge en cours de route, puis avec une recharge équivalant à 58 km, pour un trajet de 300 km. Nous avons consommé entre 5 et 5,5 litres de carburant aux 100 km. Soit, si on déduit les km effectués en électrique, une consommation comprise en 6 et 7 litres aux 100 lorsque la batterie était déchargée. Pas mal pour un SUV de 2 tonnes et plus de 300 chevaux, et un beau pied de nez au détracteurs des hybrides rechargeables qui partent du principe que sans recharger, on se retrouve avec un engin énorme consommant exagérément. Nous leur rendons toutefois la difficulté de recharger. Notre ville de destination n’offrait que 2 bornes et il nous a fallu attendre 24h que l’une d’entre elles se libère…

En termes de temps de recharge, comptez 9h sur une prise domestique. Sur une borne, c’est environ 3 fois moins, comme nous avons pu le constater : lors d’une charge de 2h, nous avons récupéré 58 km d’autonomie, pour un coût de 4 euros. Les fonctions de connectivité permettent de planifier et de suivre la charge à distance, bien évidemment, pour profiter au mieux du coup réduit de l’électricité par rapport au sans-plomb.

Equipements du Lexus NX450h+ : le premium sans option, c’est possible

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Chez les constructeurs premium, on est habitué aux listes d’options à rallonge pour disposer d’un équipement décent digne du blason ornant le capot. Dans cette finition F-Sport Executive, il n’y en a pas une seule. Dans la gamme, seule la version Executive se montre encore un peu plus équipée. Les autres finitions sont, par ordre de prix, les Pack, Pack Business et Luxe.

Orienté sport et faisant la pare-belle aux équipements, notre NX450h+ F-Sport Executive ne lésine pas sur les technologies de sécurité et de confort. On retrouve donc un régulateur de vitesse adaptatif, par ailleurs convaincant et, comme toutes les autres aides à la conduite, qui sait se faire doux et discret et intervenir a propos. Il dispose d’une fonction de réduction de la vitesse en courbe et change de voie tout seul en activant juste le clignotant, encore un petit plus pour bien marquer l’appartenance au premium et faire la différence sur un marché où ce genre d’équipement est désormais proposé sur de simples compactes. Pour éviter les accidents, un système plus réactif incluant plus de scénario équipe le véhicule, qui analyse l’environnement à 360° pour pouvoir anticiper et réagir en prenant si nécessaire le contrôle de la direction pour éviter un obstacle.

Sur les trajets nocturnes, les feux de route automatiques à quadruple-LED se révèlent une réussite. Ils ajustent le faisceau en fonction du trafic, permettant d’avoir une visibilité optimale. Preuve que ça marche, aucun conducteur ne nous a fait d’appels de phares, ce qui arrive systématiquement au volant de véhicules dotés des feux de route automatiques, trop peu réactifs. Côté sécurité toujours, le NX450h+ se dote du Safe Exit Assist, qui bloque les portes si un obstacle (type un cycliste) se présente lorsque vous êtes sur le point de sortir du véhicule.

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Passons au confort. Le toit ouvrant en verre a le mérite d’exister et d’être inclus dans cette configuration. Le toit panoramique est proposé uniquement sur les NX350h. Le nôtre est donc petit, à l’ancienne, mais apporte une luminosité bienvenue dans cet environnement noir. Il est contrôlé par deux commandes, une pour entrouvrir, l’autre pour ouvrir. Mais si vous voulez ouvrir totalement alors que vous êtes entrouvert, et vice-versa, vous serez obligé de fermer le toit avec le bouton précédemment utilisé, pour le rouvrir avec l’autre. Etrange…

Un véhicule ne peut pas se prétendre premium sans volant et sièges chauffants, à l’avant comme à l’arrière. Le Lexus NX450h+ en dispose pour notre plus grand plaisir. Pour les occupants de l’avant, les sièges sont également ventilés et, mieux, leur régulation est automatique. Vous arrivez par un petit matin frisquet, le siège chauffant s’active de lui-même. Après quelques heures de route, vous commencez à avoir un peu chaud, les sièges ventilés vous apportent de leur propre chef un peu de fraîcheur bienvenue. Des fonctionnalités qui vont de pair avec la climatisation S-Flow, qui agit également en fonction de l’environnement. Il n’y a donc qu’à régler électriquement son siège et le volant, mémoriser la position, et c’est parti pour un voyage tout confort sans rien toucher.

Citons également le hayon électrique avec la fonction mains libres, une bénédiction quand on arrive avec les bras chargés ou qu’on ne souhaite pas se salir les mains. Et pour se détendre après avoir porté tous les sacs à bout de bras, on peut compter sur le système audio Mark Levinson à 17 haut-parleurs pour se relaxer à l’écoute de ses morceaux préférés.

Côté technologies, l’affichage tête haute 10 pouces est parfait. Avec sa taille généreuse, les informations sont toujours bien lisibles (même si parfois l’affichage tremblote quand le moteur thermique est sollicité) et en quantité suffisante. C’est même sur cet écran que s’affiche un message « voulez-vous fermer vos vitres ? ». Si vous répondez oui, les vitres se ferment. Autre équipement qui fait son petit effet, les commandes tactiles sur le volant. Pas besoin d’appuyer, votre doigt est reconnu en se posant simplement.

Pour la connectivité, on compte 1 port USB et 1 USB-C à l’avant et deux USB-C à l’arrière et un chargeur à induction à l’avant. L’écran tactile de 14 pouces impressionne et nous semble idéal dans la qualité de l’image, sa taille et son implantation. Sur la version d’entrée de gamme, il faudra se contenter d’un écran de 9,8 pouces. La caméra de recul a toute la place pour offrir des créneaux premium, avec une vue devant, derrière, du dessus et même en extérieur, façon jeu vidéo.

Prix Lexus NX450h+ : la bonne fourchette

Essai Lexus NX450h+ F-Sport

Lexus NX450h+ à partir de 64 690 € (Lexus NX350h FWD à partir de 51 790 €)
Modèle essayé : Lexus NX450h+ F-Sport Executive à 73 200 €

Concurrence

Notre modèle d’essai ne manque pas de rivaux chez les autres constructeurs premium., en hybride rechargeable de 300 ch environ. Commençons par les français (c’est plus rapide, il y en a un seul !) avec le DS 7 Crossback E-Tense qui, pour un prix proche en finition Opéra apporte juste en plus la vision nocturne et un vrai toit panoramique. Du côté des allemands, les BMW X3 xDrive30e Luxury, Mercedes-Benz GLC 300e 4-MATIC Avantgarde et Audi Q5 50 TFSI e Avus se montrent un poil plus cher mais aussi plus classiques. Ce qui pourra faire pencher la balance, outre l’image, c’est sans doute la fiabilité, un domaine dans lequel Lexus se classe ni plus ni moins que le 1er parmi les premiums !


Le Lexus NX450h+ est une pastèque qui n’a pas le melon. Rouge à l’intérieur et pourtant accueillant, vert à l’extérieur (surtout si vous optez pour la teinte Vert Kaki !) et pourtant aussi vigoureux qu’économique à l’usage, il offre un bon compromis entre design distinctif, conduite dynamique et confortable, équipement de premier ordre, le tout à un tarif dans la norme sur ce segment. Ce premier essai d’une Lexus nous rassure sur l’identité propre de ce constructeur face à Toyota dont il est la marque premium. Le NX450h+ prend le meilleur de ce que fait son frère, à savoir une motorisation hybride très convaincante, et porte les prestations à un tout autre niveau de raffinement et d’exclusivité. Entre le petit UX au dessin torturé et le grand RX moins abordable, ce NX devrait être le modèle phare de la gamme du constructeur. Il a en tout cas les atouts pour y parvenir.

Album photos Lexus NX450h+

Crédit Photo Thibaut Dumoulin pour Le Nouvel Automobiliste