Le Nouvel Automobiliste

Visite de l’Autostadt (1/3) : le monde automobile selon Volkswagen

Nous approchons de la fin de la trêve des confiseurs, et avec elle de la fin des festivités de Noël. Il est un pays où cette période compte plus encore qu’ailleurs : l’Allemagne. Outre-Rhin, on le sait, l’automobile a meilleure presse que dans nos contrées, et ça ne date pas d’hier ! Si l’image d’Épinal de cette « autophilie » est le réseau d’autobahn, il s’agit plus concrètement d’une véritable culture : soutien à la production nationale, musées, ferveur lors de manifestations… et même un parc de loisirs entièrement dédié à la voiture, l’Autostadt de Volkswagen. On vous emmène à la découverte d’un lieu qui porte bien son nom, celui d’une ville entière autour de l’automobile.

L’Autostadt, un parc d’animations autour de l’automobile

Sur une superficie de 28 hectares autrefois réservée au dépôt de charbon de son usine historique de Wolfsburg, en Basse-Saxe, Volkswagen a ouvert en l’an 2000 l’Autostadt. Y sont rassemblés plusieurs espaces uniques au monde : les fameuses tours de voitures où l’on prend livraison de son véhicule, un riche musée historique Zeithaus et des lieux d’animations y compris scolaires autour des différentes marques de la galaxie Volkswagen. De l’autre côté de l’Autostadt, le stade de Wolfsburg s’appelle Volkswagen Arena… En somme, voici un monde à part où l’on vit au rythme de la première entreprise d’Allemagne, visité par deux millions de personnes chaque année.

On doit cette « folie » à Ferdinand K. Piëch, disparu fin août 2019 et qui souhaitait par ce lieu montrer le sens et le fonctionnement du groupe qu’il avait conçu, faisant de VW, constructeur mal en point au début des années 90, le n°1 mondial du début des années 2010. Depuis le VWgate de 2015, le lieu prend une ampleur nouvelle : outre l’autosatisfaction, toute une exposition autour de la transition énergétique a été ajoutée.

Lorsque nous l’avons visité, c’était la pleine période de Noël avec ses décorations et ses spectacles spécifiques. Le petit lac central devient patinoire, et des spectacles de patinage sont organisés devant l’espace Porsche notamment.

Des Volkswagen, mais pas que…

En effet, à chaque marque du Groupe Volkswagen son pavillon à l’Autostadt. Une manière pour les fans d’en découvrir les modèles, de la Skoda Citigo à la Bugatti Veyron, de monter à bord, de les tester voire de passer commande ! Certains modèles rares ou de commandes publiques, notamment de la Polizei, sont aussi exposés.

A tout seigneur, tout honneur : Volkswagen n’a pas un ni deux mais trois pavillons à son effigie. Le premier est un petit cube situé près du lac consacré au futur de la mobilité : lors de notre passage, un showcar Tiguan, une Golf GTI et une XL1 y étaient. A noter, c’est la seconde XL1 de l’Autostadt puisque le musée Zeithaus en compte aussi une… alors qu’il n’y en a eu que 250 unités de produites ! Puis, au pied des Tours de voitures, un deuxième grand bâtiment rassemble la gamme actuelle…Et juste à côté, un troisième espace d’exposition est consacré aux véhicules utilitaires, abritant un adorable petit T2 et toute la gamme California !

Chez Porsche, dernière marque à avoir intégré l’empire VW à la fin des années 2000, le pavillon inauguré en 2012 est aussi l’objet d’un tour de force architectural : la voûte de béton, dont la courbe reproduit la ligne d’une 911, enveloppe tout le bâtiment avec une partie largement en porte-à-faux. A l’intérieur, des maquettes à l’échelle 1/3 reproduisent chaque modèle créé par Porsche depuis la 356 A de 1948, et quelques modèles de sport comme de tourisme sont exposés.

Le pavillon le plus majestueux est aussi l’un des plus petits : c’est celui de Bugatti. Là aussi, la forme choisie est l’arc de cercle, hommage au style caractéristique des Bugatti et notamment de la Type 57 SC Atlantic. Une seule voiture trône cette fois, non loin de son moteur : une Veyron à la carrosserie entièrement chromée. Une peinture qui réfléchit dans tout l’espace du pavillon.

La partition est plus mesurée chez Lamborghini qui, sous la forme d’une animation son et lumière tous les quarts d’heure, se « limite » à faire tourner un mur pour présenter une Aventador.

Un lieu de culture automobile au sens large

L’Autostadt n’est pas qu’un supermarché automobile grandeur nature. C’est aussi un lieu éducatif, destination de visites scolaires, afin de comprendre la conception et la production industrielle. Ces dernières années s’y est ajoutée une exposition relative au réchauffement climatique et aux implications des transports.

Dans l’Autowerk, on apprend ainsi avec une maquette grandeur nature le montage d’une voiture. Toutes les marques du Groupe VW sont mises à contribution pour illustrer la fabrication d’un modèle, de la plateforme jusqu’aux détails de finition. Et pour s’assurer de la fabrication finale, plusieurs parcours de roulage ont été créés pour tester les véhicules :

  • devant les tours de voitures, une longue route avec différents revêtements, le Parkstraße
  • et de l’autre côté du canal, sur un parcours de tout-terrain, le GeländeParcours.

L’Autostadt est enfin le point de départ du Werktour, c’est-à-dire la visite de l’usine historique de Wolfsburg. Le lieu fait cependant l’objet d’une entrée séparée (8 à 10€/personne) pour 90 minutes de visite, et ne peut pas être pris en photo tout à fait librement. Outre le secret de ces murs, les salariés ne peuvent pas être pris en photo sans autorisation. Nous nous limitons donc à ces quelques clichés des véhicules dédiés à la visite : des Volkswagen Golf transformées ! Après tout, la ville a pour surnom « Golfsburg »…

Naguère, c’était une Cox qui tirait le convoi ! Une visite qui ne saurait être complète sans un passage par la cantine de l’usine, où sont servies la célèbre Volkswagen-Currywurst. Produite en 2017 à 6,8 millions d’unités, c’est la référence VW la plus vendue chaque année, plus encore que n’importe quelle voiture du Groupe ! Et tout ici vit au rythme de VW, jusqu’aux lignes de bus !

L’Autostadt, une ville dans la ville

L’usine de Wolfsburg est une des plus grandes usines automobiles au monde et la première en Europe en volume, avec près de 6,5 millions de mètres carrés de superficie et une production de près de 800.000 voitures par an. Créée à partir de rien au milieu des années 1930, c’est aussi le siège du groupe VW et, à raison, une ville dans la ville. Le nom Autostadt prend alors tout son sens.

Comme pour être en contraste avec l’image d’une industrie qu’on dit sombre, sale et poussiéreuse, les bâtiments sont lumineux, impressionnants, et parfois même détenteurs de records telles les portes d’entrées, parmi les plus grandes portes en verre au monde. En tant que « ville », l’Autostadt dispose aussi d’un cinéma, de plusieurs restaurants aux noms évocateurs (La Coccinella par exemple !), d’une librairie (dotée de livres parfois introuvables) et d’un hôtel 5 étoiles.

Loger sur place permet ainsi de profiter de l’Autostadt la nuit, un moment où les lieux prennent une autre dimension. On découvre alors les silhouettes des Tours de voitures mais aussi une partie des collections du musée Zeithaus, deux sujets sur lesquels nous allons revenir dans de prochains articles.

Il est temps ensuite de regagner la France. Le trajet le plus direct est de passer par l’aéroport d’Hanovre où, curiosité, vous trouverez des taxis Volkswagen bien sûr… mais d’un modèle quasi introuvable chez nous, la Phaeton. Mais aussi la preuve qu’en Basse-saxe, on ne renie pas les productions de l’enfant du pays.

Crédit photos : François Mortier – Le Nouvel Automobiliste

Découvrez aussi :